• Y a-t-il une vie après la mort?

     Ce matin, vers 7 heures, comme d’habitude, je mangeais un morceau sur le balcon. Le temps était frais, et je commençais à rentrer dans la cuisine, quand quelqu’un a tiré sur moi avec un fusil à air comprimé. J’ai reçu un plomb en pleine tête et je suis mort sur le coup.

        Bon jour ! Quelques instants après, je marchais dans un long corridor,Bon jour ! vers une grande lumière, accompagné par une musique suave.  Subitement, une voix me parla, me disant : "  viens tu es au paradis, maintenant ! "
         Debout près de la porte lumineuse, je vis un grand barbu blanc et souriant.
         Quand même ces paroles me surprenaient, car je ne pensais vraiment pas  être un ange. En effet, j’ai volé quelques fois quelques menues choses, mais c’était seulement pour manger, j’ai aussi quelquefois pourchassé les éléments féminins, et j’ai probablement en quelque endroit un deux héritiers inconnus.
         Le barbu reprit la parole et dit « Si tu veux, tu peux retourner sur la Terre, car tu n’as pas terminé tes sept vies. Tu peux être maintenant homme, femme, chatte, Bon jour !chien, blatte ou crocodile, car au cours de tes sept vies, tu dois obligatoirement  être successivement un ou l’autre . La Roue de la Destinée dira ton avenir, et le barbu fit tourner la roue. Pas très tranquille, je fermai les yeux.
         La roue ralentissait lentement, en grinçant, et finalement s’arrêta. Je vais encore devoir graisser cette damnée roue, grommela le barbu ! Inquiet, j’ai entr’ouvert mes yeux et j’ai vu la flèche de la roue arrêtée sur la marque «  homme « . Instantanément , je devins miraculeusement un bel et grand homme sportif, transporté devant la porte de l’appartement, et je sonnais .
          Une  femme merveilleuse ouvrit la porte. Elle pleurait et les larmes trempaient ses joues. Elle me montra, sur le balcon, le cadavre d’un chat, avec  une petite goutte de sang perlant de sa tête, là ou le plomb était entré, et se jeta contre moi.  
            Je la pris dans mes bras avec plaisir, et souris au cadavre.
          A mon cadavre.Bon jour !
         Car l’admirable femme qui sanglotait dans mes bras était ma maîtresse, dont j’étais tombé follement amoureux quand, encore chaton, j’étais entré dans cette maison.
         Je suis  vraiment  veinard. Bon jour !Car, si la flèche de la roue s’était arrêtée sur la marque "cafard".....?      Je serais déjà écrabouillé, non ?
         Désormais je suis sûr qu’il y a une vie après la mort . Et vous ?

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    4
    Samedi 12 Juin 2010 à 08:56
    oui je veux bien.

    Mais encore heureux que ta maîtresse ne t' avait pas fait castrer hein!
    3
    hem
    Samedi 12 Juin 2010 à 07:52
    rêve ?   anticipation ?  de toute évidence tu as une imagination féconde !
      l'art du suspens ajouté à une faconde bien réelle  ! et voilà une aventure  aussi jolie qu'inattendue
    moi aussi j'ai bien aimé !
    2
    Vendredi 11 Juin 2010 à 13:42
    tant qu'à rêver, autant que ça soit joyeux, non ? J'ai pondu ça en espéranto, pour mon cours de samedi. je te l'enverrai, si tu veux!
     
    1
    Vendredi 11 Juin 2010 à 11:22
    tu as vraiement la rêverie chevillée à l' âme mon vieux zoreille, j' ai bien aimé, mais n'aurais-tu pas pu revenir homme perclus de douleurs arthritiques et autre syndrôme de la peyronie, chez cette même maîtresse qui aurait été ton arrière-petite-fille? mai slà je te le concède ce n'est plus qu'un cauchemard
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :