• vous avez dit égalité?

    Peut-être, si, au cours d'une de vos journées, vous vous intéressez un tout petit vous avez dit égalité?peu à ce qu'il est convenu de nommer l'information, mais qui n'est que l'aussi perpétuel qu'indécent étalage des turpitudes du monde, peut-être donc avez vous entendu, et même peut-être écouté, au détour d'une promesse, l'un ou l'autre des candidats aux fonctions diverses, variées et … lucratives qui s'ouvrentvous avez dit égalité? en cette période électorale.
    Une bien longue périphrase pour dire que les promesses en la matière sont emportées par le vent des résultats des scrutins.
    Parmi les avalanches de félicité qui nous sont promises, il en est une fréquente, qui présente un aspect particulier : la récurrence de sa non exécution. 
    J'ai nommé la situation, et les conditions de vie des handicapés.
    Actuellement, à Sotchi, tout près de cette Ukraine objet de l'attention internationale, se déroulent les jeux paralympiques d'hiver.
    Ce devrait être l'occasion, pour les prometteurs patentés et les médias, de mettre vous avez dit égalité?l'accent sur les conditions de vie des handicapés.
    Quel candidat n'a pas assuré promis, la main sur le cœur, de tout faire pour les aider à simplement vivre normalement.
    Il suffit de se promener dans n'importe quelle ville, sur n'importe quel trottoir à vous avez dit égalité?bord d'un fauteuil roulant, d'essayer d'entrer dans un magasin, un bus, un train, de descendre du trottoir pour s'apercevoir que , en ce domaine-là aussi, les promesses sont très loin d'être synonymes de tenue...
    Mais les handicapés sont aussi électeurs, et, pour peu que l'accès aux bureaux de vote leur soit possible.....

     

    photos:soukainaelalami.wordpress.com;miltondassier.over-blog.com; larepublique77.fr;vivrefm.com


  • Commentaires

    3
    Vendredi 14 Mars 2014 à 03:33

    Depuis quelques années, les jeunes handicapés, notamment les handicapés physiques, bénéficient de services d' aide à la personne ( auxiliaires de vie scolaire, en particulier ). Par exemple, ma petite fille, qui est tétraplégique depuis 13 ans, a pu poursuivre des études ici, à Nouméa, et à l'Université de Montpellier, où elle a obtenu en 2013 un master 2 en économie, après avoir sauté en parachute et pratiqué la méharée dans le sud marocain.
    Elle était l'objet de mon immense fierté et de  mon article "Raison d'espérer" du 26 mars 2012.
    Les problèmes d'accessibilité, en ville, sont, par contre, encore à l'état embryonnaire, et ils nécessitent une implication  immédiate et importante de ceux qui voudraient bien nous diriger .....

    2
    Jeudi 13 Mars 2014 à 21:33

    Des laissés pour compte assurément car au problème de déplacement, s'ajoute les problèmes liés à la poursuite de leur scolarité et de leurs études, non seulement pour accéder au salle de classe mais aussi pour avoir une personne pour les assister en cours.... Un parcours du combattant ! Merci de penser à eux

    1
    Lundi 10 Mars 2014 à 11:24

    Après la journée de la femme, c'est bien de parler de cette seconde catégorie de laissé pour compte

    amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :