• Vie fœtale

     

        

    vie fœtale

    Un mercredi de  février 2008, la Cour de cassation de Paris a jugé  qu'un fœtus né sans vie peut être déclaré à l'état civil, quel que soit son niveau de développement.

         Si cette décision, prise pour faire suite à la demande d'une femme qui ne pouvait parvenir à faire son deuil à la suite d'une fausse couche, est, à première vue, louable et a une tendance à la compassion, elle ouvre néanmoins la porte à des dérives pour le moins dangereuses, qui, les magistrats étant ce qu'ils sont, n'ont pas pu ne pas être évoquées, pesées, et finalement écartées. 

         Le fait de  dire qu'un fœtus mort  peut être déclaré à l'état civil, lui  reconnaît implicitement une identité, donc une vie légale. La vie, juridiquement,  ne commencera donc plus à la naissance, mais à la conception, ce qui est la base des théories des anti-avortement, et remet tout aussi ipso facto que de facto en cause l'interruption volontaire de grossesse, qui devient ( ou plutôt  redevient ) un crime.

         En effet, si il peut être déclaré né sans vie , le fœtus était évidemment vivant avant,  car, même dans l'ère sarkoziste , il faut être vivant pour pouvoir mourir. Donc il faut, à peine de se méjuger, que la Cour de Cassation rende obligatoire la déclaration à l'état civil de tout embryon, dès que son existence est connue, et finalement exige la déclaration provisoire en mairie de tout acte sexuel dans les quarante-huit heures de sa commission, avec la production  de témoins, quitte à annuler cette déclaration si la conjonction n'a pas produit l'effet pour lequel elle est prévue , c'est à dire la procréation.

         Quand il s'agira d'une fausse couche, les tribunaux, qui seront forcément saisis, puisqu'il y aura eu mort d'être, pourront conclure à un homicide involontaire, qui pourra être considéré comme un accident. Cependant, il y aura forcément suspicion de faute , tant il est vrai que si on a respecté toutes les règles de conduite,  d'hygiène, de modération et de tout ce qui a pu se passer depuis la naissance de la mère, ce drame, tout au moins juridiquement, ne peut pas se produire . 

         Quand il y aura interruption volontaire de grossesse, il y aura forcément crime, puisque les trois éléments constitutifs de l'infraction seront réunis , à savoir l'élément  matériel : l'IVG, l'élément légal : le fœtus, humain puisqu' ayant  une identité, qu' il est interdit de tuer, et l'élément moral: l'intention coupable , puisque le médecin et la patiente ( peut-on utiliser le mot "parturiente" dans ce cas ?) auront du mal à faire croire qu'il s'agit d'un  fait indépendant de leur volonté.

         Par ailleurs, les disciples d'Onan ont tout intérêt à encore plus masquer leur distraction favorite, car qui nous dit qu'un jour un illuminé 

    vie fœtale- et il n'en manque pas dans nos sphères " dirigeantes " –

     ne nous déclarera pas que la projection de spermatozoïdes ailleurs que dans le réceptacle prévu par le Créateur pour la pérennité de l'espèce ne sera pas elle aussi considérée comme une atteinte à la vie . 

         Peut- être pourrait-on trouver les origines de cette décision dans les accointances entre l'ancien inquisiteur qui règne à Rome et le petit homme pieux bien que trois fois marié qui croit régner à Paris ? C'est  Malraux, devenu avec l'âge plus proche des Cieux qui, je crois, a affirmé péremptoirement que le 21ème siècle sera spirituel ou ne sera pas. 

         Et il se  trouve, que, par un concours de circonstances finalement pas si étrange que cela,  les plus chauds partisans anti-avortement se rencontrent et se recrutent chez nous dans les rangs des  religieux...convaincus. 

        Ah !  Courage, Madame Veil, vous allez encore  être insultée par les tenants de l'obscurantisme machiste, marque de fabrique des assemblées que nous avons - assez inconsidérément, il faut bien l'avouer  - élues au cours de ce siècle ... matérialiste.

         Nous vivons une époque formidable.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    5
    Lauryale
    Jeudi 23 Avril 2009 à 14:54
    Et tu crois que je deviens parano ????? Je ne sais plus où nous allons, mais nous y allons tout droit !
    Un argument de plus pour les ultras.

    Lauryale
    4
    el mektoub
    Jeudi 23 Avril 2009 à 14:22
    OUPS !!!!!!
    3
    Dieu
    Mercredi 22 Avril 2009 à 19:22
    Avec les pédés on est pas dans la merde
    2
    peache Profil de peache
    Mardi 21 Avril 2009 à 11:01
    Que nenni, mon cher, que nenni ! Je n'ai aucunement considéré l'intention comme coupable.
    Seulement, pour qu'une infraction existe Il faut trois éléments ( ce n'est pas moi qui le dis, c'est  le Code Pénal ) . Ces trois éléments sont:
    -l'élément légal(une loi, un décret ou un arrêté),
    - l'élément matériel (le fait en lui même),
    - et enfin l' élément moral, ( la volonté, donc l'intention de commettre un fait qu'on sait délictueux ou criminel).
    Si il manque un   de ces éléments, il n'y a pas d'infraction.
    Il est bien évident qu'avoir l'intention de commettre n'est pas une culpabilité.
    Ĉu vi bone komprenas ? 
    1
    el mektoub
    Mardi 21 Avril 2009 à 09:15
    ? , je te lis et à plusieurs reprises, remarque tu considères l'intention comme coupable, or à moins que sarkonain ne soit encore passé par là, l'intention N' EST pas coupable cu ne
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :