• verbatim et cetera

    Bon jour !   Aujourd'hui, les moyens de communication ont rendu pratiquement instantanée la connaissance de ce qui se produit dans le vaste monde et bientôt peut-être, allez savoir, serons nous informés avant, ce qui, comme vous vous en doutez, sera bien pratique.   
          La communication, préoccupation immémoriale  s’il en est, peut se faire de nombreuses manières, dont les plus anciennes,  et toujours aussi fréquentes sont indiscutablement l’écrit et la parole. Ils ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients.
        Si la parole est spontanée, l’écrit est posé. La parole est parfois plus rapide que la pensée, ce qui peut être gênant, mais elle s’envole, comme disaient les anciens, tandis que l’écrit laisse des traces souvent profondes, facilement ranimées par une simple relecture, ce qui peut être aussi embarrassant que bénéfique.
        La parole étant souvent rapportée par l’écrit, et l’écrit signalé par la parole, il s’agit de moyens de communication osmotiques ou symbiotiques, selon le désir et les intentions des communicateurs. Il ne doivent, en aucun cas, être le chemin ou le but d’une rivalité , qui serait nocive à la notion même de communication.
         C’est seulement dans les sociétés archaïques, n’ayant pas eu accès auxBon jour ! moyens modernes de communication, ( ou les ayant refusés, pouvant ainsi laisser supposer une certaine sagesse … ou une sagesse certaine), que l’oralité a encore l’importance originelle.
          Dans ces collectivités, l’histoire, les us et la forme des costumes, l’esprit, pérennisés par la parole sont conservés sans support écrit. Curieusement, elle ne s’envole pas, et reste présente à l’esprit de tous. Chacun se sent responsable de sa transmission. Ce mode d ’expression reste cependant limité à la narration de faits, de croyances, d’habitudes, mais exclut la transmission Bon jour !de techniques sophistiquées, ce qui, finalement, est aussi une forme de sagesse
       Bien sûr on rétorquera que la parole  originelle a subi bien des altérations, depuis la nuit des temps, en raison de problèmes naturels de mémorisation.
         Mais on ne peut nier que l’écrit, bien que beaucoup plus récent, a subi lui aussi un phénomène d’érosion, conséquence de lisibilité, de qualité de copie, voire de transcription plus ou moins fidèle. Ces défaillances n’ont toutefois pas les mêmes conséquences, en raison des valeurs données à l’oral et à l’écrit, leur objet, et le nombre de leurs utilisateurs.
          A peine de perdre leur âme, les membres des civilisations orales étaient - et pour certains, sont toujours - tenus de garder en tête le souvenir précis de ce qu’ils ont entendu, afin d’être en mesure de le restituer et de le transmettre.
         Dans les sociétés  utilisant la communication écrite, les individus n’y sont pas systématiquement astreints, puisqu’ils ont la possibilité, à tout moment, de revoir ( de relire), donc de retrouver facilement le sens originel de ce qu’ils ont appris
        Ce qui ne  les empêche pas  d’être, eux aussi, tenus de conserver intactes les connaissances reçues, et de les transmettre précisément. Ils ont, en plus, l’avantage d’avoir la possibilité de les améliorer. Ce qui est un mal, si le sens du texte originel est modifié négativement, et un bien si ces transformations en parfont l’objet.
           Une des raisons qui ont provoqué la perte progressive du souvenir deBon jour ! la tradition et des enseignements des anciens, est peut-être la quasi disparition de la transmission orale, conduisant à une sorte de négligence, pour ne pas dire au mépris, de la parole, considérée un temps comme désuète, voire obsolète.
         Ce n’est pas l’absence de support écrit qui a obligé à garder la parole vivace, car il est bien évident que si les anciens avaient évoqué cette raison, c’est qu’ils auraient connu l’écrit, et auraient donc eu l’alternative du verbe ou de la lettre.
          Le geste  a été le premier vecteur de la communication. Il a été suivi par la voix, jusqu’à la découverte et la généralisation du dessin, de l’écriture. L’enseignement de ces moyens d’expression s’est fait d’abord oralement, puis par l’écrit. La parole est donc à l’origine de toute communication, et le plus grand respect est dû à ceux qui lui permettent de perdurer.
         Tout cela pour en arriver à cette conclusion : quels que soit leur cursus, leurs professeurs et leurs universités , les modernes maîtres à penser – ou ceux qui croient (espèrent ? ) l’être – ne sont et ne seront jamais que des Bon jour !griots en costume trois pièces, ce qui peut être un fameux compliment, ou une grosse injure, selon le personnage considéré. D'ailleurs les policiers et les pandores sont les preuves vivantes de cette hérédité, puisqu'ils établissent des procès-verbaux ... écrits . 
         Chacun d’entre nous ayant, au tréfonds de l’esprit, un Socrate et unBon jour ! Virgile qui sommeillent, le dilemme n’est pas près d’être tranché, ce qui promet encore beaucoup de ces discussions aussi stériles qu’indispensables à notre équilibre.
            C’est moi qui vous le dit .


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :