• Un pas en avant, deux pas en arrière

        Hier le congrès américain a refusé d’allouer à l’exécutif les crédits nécessaires à la fermeture de Guantanamo. 
         Le président Obama  serait donc désavoué ? Oui. Mais, à mon avis  en partie seulement, car les élus accorderont ces crédits quand  ils connaîtront la destination donnée aux 240  hommes détenus, qu’ils ne veulent pas dans les prisons  américaines, ces dernières étant exclusivement réservées aux américains. 
    Un pas en avant, deux pas en arrière      Chacun chez soi, quand même ! Par ailleurs, les remettre en   liberté serait dangereux  pensent-ils. Ce qui se conçoit     aisément : allez passer 6 ou 7 ans à Guantanamo, en               compagnie des psychopathes  de la cia, et vous éprouverez peut-être  aussi quelque ressentiment, non ?   
    Il est vrai aussi qu’il est bien étrange que les barbus de       Cuba  acceptent cette présence  sur leur sol. Y aurait –il des   accords plus ou moins secrets  ?  Mais non ! Qu’allez-vous inventer ?
         Le pays qui s’auto-déclare la plus grande démocratie du monde détient, sans aucun droit, dans des conditions indignes  d’êtres humains (en l’occurrence cela s’adresse aussi bien aux gardiens qu’aux détenus), sur un  territoire étranger, des  gens arrêtés souvent sans preuves, par des agents américains opérant en territoire étranger, sans aucune autorisation. Et qui ont été détenus dans  ces pays dans des lieux secrets, transportés secrètement, sans aucune complicité, bien sûr. Enfin, on peut le croire.     
          En effet, si  il y avait des preuves, il y a belle lurette que ces individus auraient été jugés et condamnés, puisque chez ces gens là,  dans ces cas là, les juges ont le choix entre la peine de mort et la prison à vie (cette dernière étant prononcée si les intéressés plaident coupable), à l’exclusion de tout autre verdict.. 
         En fait, le refus des gens du congrès américain   est motivé par la peur panique d’actes de terrorisme  qui pourraient être commis par Un pas en avant, deux pas en arrièreces gens - s’ils étaient libérés  -  qui ont été arrêtés au pif et qui ont été  détenus dans des conditions que ledit vertueux  congrès refuse à ses citoyens,
         Il est vrai que l’invasion  de l’Irak n’était pas un acte terroriste, puisque le mal élu qui dirigeait alors cette malgré tout grande nation l’avait décidée pour le bien de l’humanité. Un  peu aussi pour le pétrole, bien sûr, mais il faut bien compenser les pertes, n’est-il pas ?
          Rassurez vous, je ne suis pas islamiste ni intégriste en aucune manière, et je ne fais pas non plus preuve d’antiaméricanisme primaire. Les salauds qui ont commandé, qui ont participés aux attentats du 11 septembre doivent être arrêtés, et sanctionnés. 
         Mais il n’existe pas de preuve que la plupart des détenus de Guantanamo y ont participé.
         Et détenir des gens dans ces conditions met les gardiens au même niveau  que les barbares qui ont commis ces horreurs.
         Quand on se dit le plus grand, encore faut-il  le démontrer. Mais ce n’est pas facile, Alors…
         Monsieur Obama, je vous souhaite bien du courage.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    3
    Samedi 23 Mai 2009 à 15:43
    Au Canada, nous vivons une grande honte présentement. Un jeune canadien de 22 ans (il avait 15 ans au moment du "méfait") est toujours emprisonné à Guantanamo et le Canada refuse de le transférer dans une prison canadienne.

    Notre premier ministre est pourtant hyper-religieux (lire extrême-droite). Ne serait-il pas favorable pour son âme de montrer un peu de pitié envers ce jeune homme qui a eu droit à 7 ans de tortures et de privations ?

    Peu importe ses crimes (à 15 ans, je ne crois pas qu'il avait le choix et la maturité de décider de ses actes), il a payé de sa vie et mériterait de revoir sa famille, même si c'est derrière des barreaux.

    Lucie
    2
    peache Profil de peache
    Jeudi 21 Mai 2009 à 05:17
    tout a fait d'accord avec toi, Bernard, mais je pense aussi que c'est le début de l'évolution de ce grand pays vers l'humanité, et que la mise au pouvoir de cet homme est l'ultime espoir d'un peuple au bord de la déconfiture. 
    De tout coeur, bonne chance , Barak 
    1
    Bernard Rousseau
    Jeudi 21 Mai 2009 à 03:59

    Excellent papier qui résume bien ce que je pense de ce pays sans nom.
    Quand ils sont rendus à mettre au pouvoir une de leurs victimes préférées, soit un noir issu de l'esclavage, c'est que ce pays est rendu au bord du gouffre.
    Monsieur Obama, je vous souhaite aussi bien du courage.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :