• trois petits tours et puis s'en vont

    Les comptines de nos enfances s’appliquent aussi aux grands, et tout le moins à ceux qui, voulant être grands,  après avoir cheminé, beaucoup parlé, énormément promis, un tantinet emphasé, largement dénigré, quelque peu dénoncé, grandement exagéré, maladroitement démenti, ont attendu le verdict des urnes.
    Et quand il est tombé, le cycle des remerciements émus, des timides reports est entré dans sa phase convulsive.
    Juste après lui, dans un spectacle comique télévisé, des experts en tout de tout poil, ont exposé, la main sur le cœur, l’évidence du résultat qu’ils connaissaient bien sûr mais ne voulaient pas dire pour "ne pas troubler les électeurs" .
    Tout en gardant un oeil rivé sur la caméra pour vérifier si leur bon profil est bien montré.
    Bien entendu les incontournables journalistes et commentateurs divers ont expliqué la situation "aux français ".
    Je suis depuis toujours fortement intrigué, car je me pose la cuisante question de savoir pourquoi lesdits commentateurs , sans la moindre vergogne et sans complexe, disent aux téléspectateurs " vous allez voter, pour élire votre président ".
    De deux choses l’une : ou bien ils ne sont pas français, et donc bien sûr le président qui sera élu ne sera pas le leur.
    Ou bien ils sont au dessus des contingences populaires. On peut dès lors se demander si il n’existerait pas un cabinet noir, une espèce de secte parolière, composée d’une sorte d’entités hybrides d’homécranmicro socialement située au-dessus de la piétaille .
    Bien sûr, on peut aussi espérer croire qu’ils parlent ainsi pour être indépendants, comme en dehors, voire au-dessus des partis.
    Ce qui n’est pas le cas des politiciens politisant, des traverseurs de déserts involontaires, ceux-là qui, pour
     diverses raisons douteuses ou judiciaires,  ont été mis se sont trouvés en dehors du cénacle.
    En effet ces gens là , eux aussi savent, depuis toujours, ce qui allait sortir du chapeau, et espèrent ainsi se montrer , et voir reconnue leur incontournable valeur si méchamment ignorée.
    Tout en espérant, secrètement, attirer l’attention de l’impétrant, et ainsi revenir au paddock, ou tout au moins sur le champ de courses...
    Et, bien sûr, le démentant fermement si d’aventure un quidam curieux leur posait la question, leur seule préoccupation étant, évidemment, l’avenir du pays et le bonheur de la plèbe, en dehors de toute éventualité de soupçon de lucre ou de pouvoir, non mais !!!
    Décidément, les saisons électorales sont génératrices de jouissives perspectives.
    Ô Peuple ! Finalement, elle a du bon , cette bonne vieille Démocratie.

    images : youtube.com ; qqcitations.com ; franceculture.fr


  • Commentaires

    6
    Lundi 24 Avril à 10:25

    Cela n'est pas aussi simple qu'il n'y parait .Il faut attendre pour savoir comment sera composée l'Assemblée Nationale, car être Président sans réelle majorité validant les propositions émises , c'est retourner une fois encore dans une vie politique difficile.Hamon a joué le trublion ( avec d'autres ), il a réussi a écarter Hollande et à laminer le PS qui l'avait fait gagner la primaire, alors que Fillon soutenu mordicus par son parti a réussi lui a faire que la droite ne soit pas au deuxième tour pour la première fois de la V ième République. Cela est rassurant quand même les Français ne sont pas encore dupes

    Bonne semaine.

      • Mardi 25 Avril à 01:23

        l' Assemble Nationale étant élue dans la foulée du scrutin présidentiel, une majorité est probable, mais nous entrons dans une ère nouvelle, alors .....en politique comme partout, il faut savoir ce que l'on veut et assumer ses choix...

    5
    Lundi 24 Avril à 08:29

    Sans  être voyante, j'avais prévu ce duel final.  La démocratie s'est exprimée, les français ont montré qu'ils en avaient assez de la traditionnelle alternance gauche/droite et des affaires, au deuxième tour voteront-ils encore selon leur conscience ou suivront-ils les consignes de vote qui leur sont données par certains?

    Contrairement à notre ami Claude, quoiqu'il en sorte j'ai peu d'espoir pour l'avenir du peuple français, celui qui chaque jour rame pour surnager dans ces eaux troubles.

    Kisetoj Peache , bonan semajnon.

      • Mardi 25 Avril à 01:17

        depuis la nuit des temps, les gens d'en bas ont toujours ramé, et ils rameront toujours, mais entre la galère et le canoë, il y a une grosse différence dans le poids de la rame ..............

        nihil novi sub sole disaient les vieux latins

        esperplenaj kisetoj, amikino !

    4
    Lundi 24 Avril à 07:35

    Oui pour le première fois depuis 50 ans nous allons changer de politique et ça c'est un immense espoir, car je reste persuadé que la France ne perdra pas son âme

    Amicalement

    Claude

      • Mardi 25 Avril à 01:13

        et l'espoir fat vivre............

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :