• sondages

    sondagesIl fut un temps où, pour trouver des ressources, on procédait à des sondages des tréfonds de la planète.
    On perçait des trous, plus ou moins profonds, jusqu’à ce que jaillisse la fortune liquide. Ces opérations étaient donc efficaces.
    C’est peut-être ce qui a donné aux politiciens curieux, inquiets, ambitieux, prétentieux et autres journaleux se pensant influents de tenter de fouiller les abyssales profondeurs des crânes de nos concitoyens - et les nôtres aussi, évidemment – pour y chercher de quoi décrypter l’avenir de la République, et trouver les clés du bonheur national brut.
    Et peut-être, de jouer les pythonisses et connaître les éventualités de progression de leur carrière.
    Ainsi, à chacune des élections, ou à l’occasion de n’importe quoi, les sondeurs essaient de farfouiller sous nos cheveux ou nos moumoutes pour y dénicher les martingales qui leur permettront de gagner le gros lot.
    Après tout, cela pourrait être une méthode comme une autre pour, sinon forcer, tout au moinsessayer de découvrir nos pensées profondes. Un comploteur pourrait peut-être évoquer comme une sorte d’espèce de discrète "bigbrotherisation" sous-jacente. Allez savoir ! Car l’organisateur du sondage, bien que se défendant avec une énergie offensée d’une quelconquesondages partialité, pose ses questions en fonction de ses propres desiderata, de sa façon de penser, plus ou moins consciemment , plus ou moins volontairement.
    Par exemple, il se pourrait qu'un citoyen lambda, d’obédience droitière, gauchère, centrale ou extrême, désirant influencer l’opinion publique, pourrait poser ses questions à des gens ayant tendance à penser comme lui, ce qui donnerait un résultat conforme à ses espérances....
    Et pourrait ainsi déclencher des heures de discussions oiseuses ou polémiques, qui mettront un voile pudique sur ce qui doit passer sans trop être remarqué.
    Bien entendu, il ne s’agit là que d’hypothétiques éventualités, ce genre de traficotage tripatouilleur d’opinion n’ayant pas, n’ayant pas eu et n’aura naturellement jamais cours chez sondagesnous , c’est évident !
    Un peu comme les soupçons de détention d’ armes de destruction massive dont on commence évoquer la peut-être existence chez les sujets d’un tyranneau asiatique. Ce qui pourrait éventuellement peut-être pourquoi pas, presque justifier une mise au point musclée, comme au début de ce siècle, entre Tigre et Euphrate.
    En tous cas, les rodomontades, coquecigrues, billevesées et autres calembredaines qui polluent les ondes pourraient bien le laisser croire... 

    images : planete-tp.com ;1jour1actu.com; mots-surannés.fr


  • Commentaires

    3
    Dimanche 13 Août à 07:07

    Nous connaissons tous la valeur des sondages et des sondeurs, pas de quoi nous inquiéter, par contre les échanges verbaux entre le tyran nord coréen et le pas encore tyran américain a de quoi nous effrayer. 

    Amicalement

    Claude

    2
    Samedi 12 Août à 16:20

    Cela fait partie du grand jeu de la manipulation des médias dont bien évidemment je me méfie.

    Bon week end.

    1
    Samedi 12 Août à 16:09

    Bonjour Peache, je crois en effet qu'il ne doit pas être difficile aux instituts de sondage de créer des questions "orientées" afin d'influencer les réponses dans le sens qu'ils souhaitent. Et ainsi quand ils publient les résultats, ceux-ci influencent à leur tour ceux qui sont censés en faire quelque chose, comme les électeurs indécis par exemple.

    Mais comme tu le précises, pas chez nous évidemment! smile

    Bonan semajnfinon mon cher Peache, amikaj kisetoj.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :