• Soifs populaires

     Bon jour ! Depuis quelques mois, le monde qu’on dit occidental pour lui donner une importance, regarde, qui avec effarement, qui avec crainte, mais beaucoup avec plein d’espérances, le monde arabe d’Afrique du Nord  s’agiter, demander, exiger.Bon jour !
         A Tunis, au Caire, des milliers de gens normaux, c'est-à-dire comme vous et moi  se sont lancés à la conquête d’une démocratie n’existant que sur le papier dans leurs pays.
        A Tunis, le président et sa famille, après avoir fait le tour de leurs  réserves financières, ont sans crainte ni vergogne quitté  leurs palais en catimini.
          Leur départ fut  rapide. Trop rapide semble-t-il  pour ne pas avoir été préparé. Et Bon jour !cette préparation donne a penser sur la confiance qu’ils avaient dans leurs capacités à se maintenir. Que vont devenir ces gens-là ?  Ne vous inquiétez pas , l’énormité de la fortune qu’ils ont laborieusement amassée au cours des années  aidera beaucoup de pays "démocrates" à les accueillir. Ils pourront résider dans un  pays ou l’autre, comme ce pauvre  Bébé Doc, en exil doré ( très doré ), qui est rentré  sans vergogne dans le pays que son père et lui avaient asservi, avec des intentions  que je vous laisse deviner.
         Au Caire, le président est toujours la, mais son trône vacille, il essaie de partir  sans perdre la face, ce qui lui éviterait peut-être de gros ennuis par la suite…Ses  soutiens étant de plus en plus réticents .
    Bon jour !     Bien sûr  ici ou là on brandit ( ou on attend ) la menace islamiste , excellent prétexte pour maintenir en place ceux qui se disent contre …
         En attendant, les petits, les sans grade, les sans travail ni liberté , qu’ils soient de Sousse, d’Alexandrie ou des confins du désert, sentent comme un air  de temps nouveaux leur rafraîchir la tête et le cœur.
        Autour d’eux, à Alger, à Ammam , à Tel Aviv, ou à Damas, mais aussi partout dans le monde où des tyrans, des dictateurs plus ou moins illuminés voire allumés  règnent plus ou moins brutalement, des tas de velléités révolutionnaires commencent à poindre.
         Un jour, c’est sûr, le monde changera. Et il est tout aussi sûr que des hommesBon jour !
    providentiels  sortiront de la masse et deviendront à leur tour des chefs sans partage.
         L’homme est ainsi fait qu’il a besoin de quelqu’un pour penser à sa place et s’occuper de son bien être, ce somnifère qui endort si bien les masses prolétaires…César, Jules de son prénom,  disait que le bon légionnaire est celui qui a faim.
           Il n’y a pas de révolutionnaire au ventre plein, avec tout le confort …


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Bernard Rousseau
    Vendredi 4 Février 2011 à 16:49

    Oups!  Hic!  ''pastis'' s'ingurgite mieux que pastisse...


    s'cusez!

    1
    Bernard Rousseau
    Vendredi 4 Février 2011 à 16:47

    Les non-affamés se révolteront le jour où il n'y aura plus de pastisse sur les tablettes! :o)


    Prends pas ça personnel et à ta santé vieil insulaire! :o)))

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :