• simple comme bonjour

    simple comme bonjour C’est en ces termes encourageants que le vendeur rencontré avant-hier nous a incités à faire l’acquisition du petit meuble à monter soi-même qui devrait incessamment sous peu trôner chez nous, sous le auvent à usage de cuisine d’extérieur.
    J'aurais dû me méfier, ayant déjà connu des expériences en la matière. Mais mon indécrottable optimisme m'en a dissuadé.
    Ce solide jeune homme s’est fait un plaisir de charger le paquet dans la coffre de notre petite voiture, sans effort apparent .
    En arrivant à la maison, nous avons, mon épouse et moi , mesuré le chemin déclinant que nos forces ont suivi depuis nos vingt ans. En effet, quand nous avons voulu le sortir, l’objet, qui se vautrait ironiquement au fond du coffre, et son carton semblaient nous dire "allez venez me prendre" en ricanant.
    Vieux, peut-être, mais têtus !
    Et rusés.
    Après avoir laissé croire au paquet qu’il pouvait nous résister, nous avons réussi à soulever un côté, et, en faisant levier avec un providentiel manche à balai, nous avons, après, il faut bien le dire, de longs et pénibles essais, réussi à poser un coin du colis sur le bord du coffre.
    Puis, en essayant de ne pas nous prendre les pieds dans notre balai- levier, nous avons sorti ce maudit paquet, et à l’avons transporté , avec de gros efforts et quelques gros mots jusqu’à l’auvent.
    Et là, courageusement, je me suis attelé au montage.
    Je dis courageusement, car après avoir regardé, examiné , tourné et retourné la notice, puis essayé de comprendre les dessins , j’ai dû m’asseoir, pour réfléchir . Et récupérer quelques forces....
    C’est sûr, le rédacteur de cette sacrée foutue notice n’a pas suivi les mêmes cours de dessin que moi. Et simple comme bonjour son cheminement explicatif m’a paru aussi clair qu’à paru, à première vue, la pierre de Rosette à Jean François Champollion ( 1790-1832).
    Finalement, après plusieurs montages laborieux et démontages nettement plus faciles, et bien sûr quelques jurons sensés compenser des pincements de doigts, et autres délices du bricolage, j’ai fini par réussir à monter le tiroir .
    A l'envers....
    Avez vous déjà essayé de saisir des vis de 3 mm, avec des doigts que des bricolages anciens avec une scie circulaire ont rendu un tantinet insensibles ? 
    Mais, finalement, grâce peut-être à la lumière que Victor Hugo voyait dans l’oeil des vieillards , j’ai quand même réussi à monter ce foutu meuble.
    Juste après, j’ai levé mon poing fermé et l’ai rabattu rapidement, comme font les sportifs quand ils ontsimple comme bonjour marqué un beau point.
    Bien sûr, les deux longues journées, entrecoupées de poses indispensables au bon fonctionnement de ma carcasse, n’ont qu’un lointain rapport avec le temps de jeu des champions de Roland (comme disent les snobinards pour désigner le stade de Roland Garros), mais , hein, bon ...
    J’étais donc assez fier de moi.
    Jusqu’au moment où, en jetant un ultime regard à la notice, j’ai vu un petit dessin montrant un individu souriant, avec, dans un phylactère de bande dessinée, la mention " en 1 heure 15 ".........

    images : atlantico.frmontage.de.meuble.overblog;com ;contrepoints.org

     

     


  • Commentaires

    6
    Mardi 13 Juin à 16:06

    Ah! Ça aussi c'est poilant.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Mardi 13 Juin à 11:27

    Il nous est arrivé sensiblement la même chose avec une notice dans toutes les langues sauf... la notre. Ah ! les meubles à monter sois même ! (rire)

    4
    Mardi 13 Juin à 07:22

    C'est pour cette raison que j'essaie de fabriquer mes meubles moi même, je préfère acheter quelques planches, avec des vis et de la colle je monte selon mon plan et j'obtiens des meubles uniques et résistants. C'est vrai que les plans que fournissent ces sociétés de montage en kilt sont aussi clair que mon café du matin

    J'espère que tu ne t'es pas tapé sur les doigts, mdr!

    Amicalement

    Claude

      • Mardi 13 Juin à 16:05

        Pour ma part c'est mon homme qui s'est tapé sur les doigts. moi, je ne faisais que l'encourager (MDR) tandis qu'il s'énervait sur la bête.

    3
    Lundi 12 Juin à 10:37

    Tout le monde a connu cela, c'est ce truc qui a d'ailleurs fait le fortune d'une célèbre marque!

    Mais bon il faut même si l'on a plus beaucoup de force,faire travailler les neurones, ce que j'ai fait il y a peu de temps pour monter une banquette et deux fauteuils  d'un salon d'été... mdrrrr

    Très bonne semaine.

    2
    Lundi 12 Juin à 07:58

    Hi hi, le pire c'est quand tu as fini et tu vois qu'il te reste une pièce dont tu ne sais pas quoi faire!

    Kisetoj mon cher Peache, bonan semajnon.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :