• Si on voulait bien m'expliquer… Le langage des commentateurs de football

    Si on voulait bien m'expliquer… Le langage des commentateurs de footballVous l'avez peut-être remarqué, ces dernières semaines, il semblerait que le monde soit secoué par des hurlements, gesticulations, huées, sifflets émanant de   tifosi, fans, fanatiques, en un mot  des supporteurs de football de tout poil et de tous lieux.  Ce sport est d'origine britannique, c'est bien connu, et par conséquent, la plupart des termes qui y sont utilisés sont anglais. Ils sont entrés dans notre langue, mais vraisemblablement avec un sens différent, en tous cas si on en croit les commentateurs sportifs.
    Prenons par exemple le penalty. Selon le Larousse, il s'agit d'une sanction prise à l'encontre d'une équipe pour une faute grave commise par un joueur dans la surface de réparation. Jusque là, pas de problème. Sauf si on entend les commentateurs, qui s'exclament " X, a
    obtenu un penalty, ou Y obtient un coup franc " .
    M.Larousse, et son compère M. Littré , affirment
    doctement que   le verbe obtenirSi on voulait bien m'expliquer… Le langage des commentateurs de football signifie, en français,  "parvenir à se faire accorder ", ce qui est confirmé  les vieux messieurs verts de l'Académie.
    X ou Y est donc parvenu à se faire accorder un penalty, c'est à dire qu'il a cherché à être victime d'une faute, qu'il a fait des efforts dans ce but, et que le dit penalty est la récompense de ses efforts.
    Le but du jeu n'est donc pas de mettre le ballon dans le but adverse, en jouant avec ses pieds , mais de se faire piétiner , bousculer, blesser même, pour être récompensé par le penalty, et ainsi marquer un but sans effort. Cela parait impensable, mais c'est une évidence : les joueurs de football se font plaisir en se faisant souffrir . Des " déviants " masochistes pris comme modèles par les jeunes classes. Bientôt, allez savoir,   à l'entrée des stades, on vendra du cuir , des clous, des chaînes, des menottes et des fouets .
    J'ai dû sauter un paragraphe dans les explications. Dans ma naïveté , je croyais Si on voulait bien m'expliquer… Le langage des commentateurs de footballqu'on pouvait être victime d'une faute, la subir, en souffrir même. Je n'aurais jamais imaginé qu'on puisse en bénéficier. Je peux comprendre, à  la rigueur,  qu'on utilise le terme "bénéfice " pour un corner ( in french coup de pied de coin ) ou une sortie en touche, qui ne sont pas des brutalités commises contre un joueur, mais encore faut-il qu'on fasse la nuance dans les commentaires. Une brutalité est une faute, qu'elle soit commise au cours d'un match de football ou dans la vie courante. En effet, si on en croit  le langage des commentateurs, les gens frappés ou agressés dans un coin sombre devraient en être contents, au lieu de se plaindre auprès des services de police, puisqu'ils ont bénéficié d'une faute. Si un quidam quelconque, rencontrant le commentateur lambda, lui administrait un coup de pied dans les tibias et un coup de coude au visage pour lui faire plaisir, le bénéficiaire de cette faute s'apercevrait peut-être qu'on ne peut pas dire impunément n'importe quoi devant n'importe qui , se souviendrait de ce que le sport n'est - et ne doit être - qu'un encouragement à vivre sainement et en bonne intelligence avec ses contemporains.
    Les commentateurs sont, en principe, gens intelligents, civilisés et souvent cultivés. Baignant dans le milieu du football, ils comprennent et parlent, par la force desSi on voulait bien m'expliquer… Le langage des commentateurs de football choses, le jargon de ce sport. Quand ils disent qu'un joueur obtient un coup franc, ou bénéficie d'un penalty, c'est que les joueurs le disent aussi. Ces derniers ne sont pas forcément idiots, et les termes qu'ils emploient sont le reflet de leurs pensées. Ce serait donc en toute connaissance de cause qu'ils cherchent à être victimes de coups, qu'ils provoquent , recherchent même, des fautes à leur propre dommage. Ne parlons qu'anecdotiquement du commentaire affirmant qu'un joueur était obligé de commettre une faute, n'ayant plus que ce moyen pour arrêter l'adversaire ( je n'ai pas dit l'ennemi!). Certains joueurs ne sont pas fiers de gagner de cette façon, mais les gains induits par la victoire font vite oublier ces petits instants de honte.
    L'argent serait-il, comme le pensent beaucoup de gens, à l'origine de ces déviances ? Il est vrai que la carrière d'un sportif est courte. S'il ne gagne , par exemple, que deux ou trois cent cinquante mille par mois pendant seulement uneSi on voulait bien m'expliquer… Le langage des commentateurs de football dizaine d'années, il peut avoir envie d'en avoir un peu plus, car il risque fort de se trouver démuni à la fin des temps de succès. Il lui faudrait alors, éventuellement, travailler au smic à 1500 euros par mois , et en voyant que quarante ans de son nouveau salaire correspond grosso modo à six mois de l'ancien, il se poserait peut-être des questions.
    Il serait intéressant d'étudier la relation ( je n'ai pas dit similitude) entre l'identité des tricho-maso  et celle des gros salaires…. et pas uniquement dans le football.....

    photos :20minutes.fr ; argent-a-gagner.net ; forumsportster.comtravelplugin.com; fr.123rf.com

     


  • Commentaires

    2
    Mardi 1er Juillet 2014 à 15:37

    Je ne déteste pas le foot et regarde des matches de temps en temps mais les dérives constatées sont probablement les même que dans la société en général : exaspération de l'esprit de compétition, et non pas d'émulation, et l'argent bien entendu... Le mot pénalty me fait penser à "death penalty" qui veut dire "peine de mort", le genre de chose dont on ne se dit pas qu'on la gagné :) bravo pour ton observation. Bonne journée

    1
    Vendredi 27 Juin 2014 à 08:24

    Je sais bien pourquoi j'ai une affection toute particulière pour le sport amateur et uniquement pour lui, mais force est de constater que son champ d'action diminue comme peau de chagrin, il faut gagner quelque soit le prix à payer, il y a un vainqueur et tous les autres, qu'ils soient 10 ou 1000 sont des perdants, des loosers qui ont échoués

    amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :