• si

    siCe matin, au réveil, histoire de faire l'impasse sur les rêves qui, comme chaque nuit agrémentent mon voyage entre hier demain ( puisque le présent n'existe pas...) , ce matin, donc, je regardais les informations à la télé, tout en dégustant mes tartines et mon thé vert au gingembre.
    Et j'ai été ébloui , et le mot est faible, par les extraordinaires capacités linguistiques des spécialistes et divers rapporteurs d'événements ( sinistres, de préférence ) qui illustrent la morosité des annoncessi matutinales ( oui, je sais, ça fait chochotte, mais ça me fait rigoler, moi …).
    Leur connaissance des adverbes et leur facilité ahurissante de jongler avec les divers conditionnels est tout simplement pharaonique.
    Cette science leur permet de ne rien dire tout en livrant sa dose quotidienne à l'insatiable soif de scandale, de sang et d'horreurs diverses du téléspectateur lambda. C'est ainsi que fleurissent les probablement, possiblement, vraisemblablement, d'après les calculs, sûrement, plausiblement, immanquablement, peut-être, assurément, illustrés par des images passant en boucle sur lesquelles on peut voir cinq ou six fois le même gamin lançant les mêmes cailloux , ou le même manifestant brandissant la même pancarte, voire le même guérillero ( ou soldat régulier, selon le contexte) se faufiler siderrière le même muret en jetant le même regard vers le même cameraman.
    Lorsqu'une affaire plus ou moins sordide est relatée, des expressions différentes sont utilisées telles que
    selon des sources proches de l'enquête ou, comme disait l'ineffable Coluche, de sources généralement bien informées.
    Notre langue, que les informateurs sont supposés bien connaître, comporte une conjugaison permettant de faire croire qu'on sait quand on ignore tout.
    Le mode conditionnel est... à la mode dans les salles de rédaction. Il permet d'exprimer un souhait, une hypothèse, ou une condition (si j'avais su, j' aurais - je n'aurais pas - voté pour lui ) Il évoque le potentiel ( si X ne lançait pas de roquettes, Y n'en lancerait pas non plus ).
    Il dit l'irréel (si X libérait les prisonniers aujourd'hui, Y ne jetterait plus de cailloux ).
    Il traduit la constitution d'une autre réalité, l'expression de l'imaginaire ( Si les promesses des candidatssi étaient tenues par les élus, le monde serait peut-être moins -ou plus-.....)
    La palme étant attribuée à l'audacieux, qui, relatant un crime affreux réellement commis, prouvé mais pas encore jugé, exprime ses certitudes en disant
    le tueur se serait caché dans les bois, il aurait violé sa victime avant de l'égorger.
    Contrairement à ce qu'on pourrait croire, cette conjugaison n'est pas l'expression d'une hypothèse, loin de là. Elle constitue le conditionnel de précaution, espèce de parapluie protégeant des poursuites éventuelles, en cas d'acquittement du coupable présumé …
    siOn peut rapprocher cette façon de parler de celle qui est tant utilisée par les responsables pour éviter leurs... responsabilités.
    Vous savez, cet amalgame incongru de parapluie, de prudence, de prévision électorale et de secret espoir de lucre, le sacro-saint principe de précaution, cette  mesure pas très claire permettant de ne pas dire qu'on ne sait pas vraiment quoi faire en présence de l'événement, tout en se mettant à l'abri de ses conséquences éventuelles.
    Comme, par exemple lors de la récente invasion chevaline des territoires bovins ...

     

    photos   et dessins : epanews.fr; eveiletpedagogie.blogspot.com; citations.co; ledauphine.com; lancien.cowblog.fr


  • Commentaires

    4
    FMR Profil de FMR
    Vendredi 1er Mars 2013 à 19:47

    chut  ....il faut jouer avec les mots pour qu'on ne comprenne pas c'est leur truc mais j'avoue que ta plume est meilleure !

    je te souhaite une bonne soirée tu manges des lasagnes ? (lol)

    3
    Mercredi 27 Février 2013 à 20:25

    ...Une solution,jeter la télé et ce qui va avec.J'ai testé:résultats incroyables !

    bonne soirée

    yvesd

    2
    Mercredi 27 Février 2013 à 16:27

    Merci de décrypter pour nous les tics de langage de nos journalistes.... Le steak au cheval de Troie ne doit pas être très digeste ! Passe une belle fin de journée

    1
    Mercredi 27 Février 2013 à 08:25

    Oui mais pour cette dernière affaire, il semblerait que ce soit le cheval qui soit venu à l'insu de leur plein gré

    amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :