• Sécurité, vie privée et grand frère à l'école

         En ces temps d’identité nationale, de caméras de surveillance et de suppression des Bon jour !fichiers, le ministère de l'éducation nationale , en charge de la formation des futurs citoyennes et citoyens vient de créer la  Base  Elèves premier  degré , pour attribuer à chaque enfant un numéro d’identifiant qui les suivra pendant 35 ans.
         Ce fichier ne comportera pas  d’indication  relative à la nationalitéBon jour ! ou la date d’arrivée en France des gamins "intéressés", mais seulement leur nom et prénoms,  la date ( et forcément le lieu de naissance) et  le parcours scolaire .
        Un  numéro d’identifiant, qui, nous affirme-t-on sans rire, ne sera communiqué à personne. Il est même précisé, toujours sans rire,  qu’il y aura autant de base que d’académies, et qu’il n’y aura pas d’intercommunication.
         Pendant 35 ans ?
         Mais c’est une bonne chose, finalement,  quand on y réfléchit un peu, qui permettra de gérer les gosses  jusqu’à ce qu’ils soient presque grand parents.
         Et  foin de mauvaise foi anti identité nationale, quand même !
     Bon jour !   Il est bien évident que  la fiche  du jeune  Mustapha Boufénèche, né à Bejaïa ( Algérie) le 15 janvier 2002 , scolarisé en CM1  à l’Ecole Primaire de Trifouillis les Patinettes, ayant fréquenté auparavant l’école maternelle  du douar de Sidi Abdoun Willaya de Bejaïa, puis les CE 1 et 2 de Tizi Ouzou, ne pourra être identifié qu’en qualité  d’élève de l’école primaire de Trifouillis les Bon jour !Patinettes, au même titre que sa copine Aminata Diouf , née à Lunéville ( Meurthe et Moselle ) et ses voisins Boubakar  Hailé Sélassié, originaire de Toulouse ( Haute Garonne)  et  Jean François Durand, né, lui, à HoChiMinville ( Vietnam )
         Il est bien évident que ces fiches ne comporteront  non plus aucun élément permettant de déterminer leur nationalité ou leur date d’entrée sur le sol de la Mère Patrie, ni à quel moment leurs pères ont posé les yeux sur la ligne bleue des Vosges, symbole intemporel et indiscutable de  l’identité nationale.
       Bon jour ! Les fichiers, quoi qu’on en dise, sont des éléments  indispensables au bon fonctionnement des services de police et à la protection efficace des citoyens. Le problème réside dans l’usage qui en est fait par les policiers, et  - surtout - par les politiques de tout poil, qui, bien entendu n'avoueront jamais y avoir recours, et dont quelques uns iront même,( si ! si ! si !) jusqu'à jurer qu'ils ignoraient l'existence de ces maudits fichiers.
         Et je ne parle pas des éléments qui y figurent, pour une bonne part constitués par des renseignements donnés en catimini  par les bons citoyens sur les autres citoyens.        
         Et réciproquement.  Il n'y a pas que les flics qui fliquent les gens .
         Qui a dit que M. George Orwell était un doux rêveur, pas visionnaire pour deux sous ?


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 12 Décembre 2009 à 13:39
    je sais je sais....ficher n' est pas jouer! encore que.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :