• saugrenuterie

    Ce matin, juste après voir pris mon petit déjeuner en admirant la Baie de Boulari par la fenêtre, j’ai, comme de coutume, jeté un œil sur les informations.
    C’est ainsi que j’ai appris qu’un éditorialiste a pondu un manuel d’écriture inclusive, à l’usage des élèves du CE2 . Cette phrase m’a paru pour le moins sibylline, car je voyais mal ce qu’un éditorialiste avait à voir avec l’enseignement de l’écriture à nos petites têtes .
    Puis j’ai lu qu’il est aussi, le pauvre, docteur en communication politique et publique, ce qui donne une idée du chemin aléatoire parcouru par ses idées fumantes dans ses méandres cérébraux.
    Pour parfaire mon éducation, j’ai cherché dans mon inséparable Larousse le sens du mot inclusive, et j’ai trouvé " Qui contient en soi quelque chose d'autre."
    J’ai donc cru comprendre qu’une écriture inclusive contenait autre chose en elle, ce qui n’a pas eu de résultat positif sur ma comprenotte.
    Curieux de nature, et me disant que si on en parlait dans le journal, à la télé et sur google, il devait s’agir de quelque chose d’important, d’autant plus que ma grand’mère affirmait que " si c’est dans le journal, c’est que c’est vrai." J’ai donc poursuivi ma lecture et j’ai appris que notre bon vieux français, issu du gaulois, du latin et de toutes sortes d’idiomes, n’était, le misérable, qu’un infâme phallocrate .
    C’est pourquoi l’éditorialiste docteur en communication politique et publique a estimé qu’il était temps que nos compagnes ne soient plus discriminées.
    Je suis évidemment d’accord avec cette impérieuse nécessité, bien que, à mon sens de vieux monsieur féministe, il serait peut-être plus profitable de ne plus les siffler dans la rue, de ne plus considérer qu’elles sont provocantes quand elles sont violées, et qu’on rémunère leur travail comme celui des hommes,etc.
    Mais je me suis aperçu que je n’avais rien compris, et que la véritable importance résidait dans la manière dont les élèves de 7 ou 8 ans écrivent les mots masculins et féminins.
    L’évidence ne me paraissant pas fulgurante, j’ai poursuivi ma lecture et j’ai enfin compris ce que le docteur en communication politique et publique veut dire (faire): il veut égaliser les filles et les garçons en écrivant les mots au masculin et au féminin en même temps.
    Par exemple, il faudrait ( et même
    il faut selon lui) écrire : "grâce aux agriculteur.rice.s, aux artisan.e.s et aux commerçant.e.s, la Gaule était un pays riche ".
    Ce qui, immanquablement va se transformer dans toutes les écoles en "agriculteurices,  artisanes et commerçantes, la Gaule était un pays riche ".
    A mon avis, il eût fallu écrire
    la.le Gaule était un.e pays.e riche.
    Mais j’ai sûrement tort, n'étant ni éditorialiste, ni docteu
    r.oresse en communication politique et publique...
    Mais, plus vite qu’il n’en faut à une saugrenuterie pour inonder internet, une doctoresse en communication politique et publique pondra un manuel pour défendre ces pauvres hommes victimes d’une ségrégation insupportable.
    Et les gamins seront définitivement analphabètes.

    images : zenitcoachinglabaule.blogspot.comuniqueensongenre.eklablog.fr

     


  • Commentaires

    3
    Dimanche 1er Octobre à 08:26

    Si il suffisait de changer les mots pour que les choses changent, je pense que ça se saurait, la seule chose qui doit changer n'est pas près de l'être, car personne ne désire reconnaitre que c'est les idées qu'il faut changer, depuis la nuit des temps les femmes sont considérées et décrites comme devant être asservies à l'homme, des ouvrages comme la bible et le coran parle d'être impur. J'espère qu'il ne faudra pas encore plus de 10 000 ans pour que ce soit compris

    Amicalement

    Claude

    2
    Samedi 30 Septembre à 11:42

    Je suis femme, et pourtant rien que les mots: auteurE ou professeurE me hérissent le poil, alors tu vois!

    On croule sous les âneries, navrant!

     

    1
    Samedi 30 Septembre à 11:23

    On ne sait plus quoi faire et dire pour se faire remarquer.Lassant.

    Bonne fin de semaine.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :