• repentances

    Il arrive fréquemment, dans notre beau pays, que, dans des buts politiciens, électoraux ou plus ou moins avouables, un quidam ou l’autre sollicite des pardons pour des fautes commises dans le passé, au cours de périodes de sauvagerie, de guerres , ou simplement des temps humains, tant il est vrai que l’homme, sans majuscule, est capable de tout, du pire comme du meilleur.
    Que les féministes n’envisagent pas de m’attaquer pour ségrégation, il n’y a pas de sexisme dans mon propos, le mot homme étant pris dans son sens "être humain"...
    Bien sûr, il est important pour les victimes que les responsables et les coupables  soient identifiés, éventuellement sanctionnés.
    Au cours des siècles, des dirigeants, des responsables et des gens lambda ont commis des horreurs, sciemment ou, et c’est presque pire, inconsciemment.
    Et bien entendu, dans les campagnes électorales, il est toujours un candidat, un journaliste, ou, encore un citoyen de base , qui, sans en avoir l’air pose la question ambiguë, celle qui, immanquablement, quelle que soit la réponse, déclenchera la polémique, nuira à celui qui répond, et fera monter au créneau tous ceux qui, à titre individuel ou associatif, se sentent plus ou moins concerné par l’événement en cause.
    Qu’on envisage le problème sous n’importe quel angle, le passé est passé, définitivement , ce qui est fait est fait et ne peut être défait.
    Nous ne sommes pas responsables de ce qu’ont fait nos pères, et nos enfants n’ont rien à voir avec nos actes, bons ou mauvais.
    Récemment, apparemment sans arrière pensée, un homme de télévision a demandé à une cheffe de parti si la France était responsable de la rafle du Vel d’Hiv en juillet 1942, question semble-t-il d’une actualité pressante, qui n’a été cependant été posée qu’à cette personne.
    Et pas aux autres candidats au pinacle, ce qui pourrait laisser à supposer que l’interlocuteur aurait pu avoir comme une sorte d’intention de mettre mal à l’aise son interlocutrice ( le conditionnel de précaution permet de jouissives perspectives. On pourrait se croire journaliste en l’utilisant).
    Les réponses à cette question faites par des Présidents de la République, des Ministres, de tous bords étaient unanimes, le gouvernement de Vichy n’était pas la France, même si les gens qui gouvernaient en avaient la nationalité.
    Et la réponse a de ces éminents personnages avait été approuvées unanimement.
    Celle de la cheffe de parti, qui fut la même, a provoqué un tsunami d’indignations, de tous côtés. Il y aurait comme une sorte d’incohérence, là, non ?
    Je ne partage pas du tout les idées de cette dame, ni de son parti , le but de mon propos est seulement de mettre le doigt sur l’hypocrisie aussi généralisée qu’ ambiante en cette période "votative"...Ce qui fait bien rigoler nos voisins proches ou éloignés.
    Cette campagne saugrenue aura au moins eu le mérite de faire rire ou sourire quelqu’un .

    images :h72.org ; slate.fr ; prechi-precha.fr ;


  • Commentaires

    3
    Vendredi 14 Avril à 06:11

    Ce monde de coups bas et de bassesses sent de plus en plus mauvais, tous pourris devient presque la réaction normale de l'individu lambda qui se sent de moins en moins concerné par tout ce lessivage de linge sale. Résultat on nous parle déjà d'un fort taux d'abstention, et pourtant à la publication des résultats on nous soutiendra que c'est la démocratie qui a gagné.

    Tu y crois toi?

    Amicalement

    Claude

    2
    Jeudi 13 Avril à 18:53

    Il y a bien longtemps que nous n'avons eu une campagne présidentielle d'un tel bas niveau.

    Tout le monde manipule tout le monde.Le scoop, le sensationnel n'ont jamais réglé les problèmes que rencontre actuellement notre pays.

    Personnellement je ne crois guère à une évolution positive de notre pays avec les quatre grands candidats encore dans cette course .

    Bonne soirée.

    1
    Jeudi 13 Avril à 08:26

    Bonjour Peache, je suis bien d'accord avec le Général de Gaulle et toi, je ne me demande pas pourquoi on lui a posé cette question à elle, je me demande juste s'il existe encore un journaliste capable de faire son travail en toute objectivité. La politique est de plus en plus nauséabonde.

    Kisetoj mon cher Peache, gis baldau.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :