• Remugles

         Eh ben  nous voilà propres !  Enfin, en passe de le devenir. Des policiers menteurs et prévaricateurs sont condamnés. Quelques-uns uns de leurs collègues affirment haut et fort que les peines prononcées sont excessives.
    Bon jour !     C’est vrai, quoi, de quelques mois à un an de prison pour avoir faussement accusé un quidam de tentative de meurtre sur un policier (crime puni de la réclusion criminelle à temps ou à perpétuité…), et fabrication d’un procès verbal pour attester de cette agression, c’est vraiment excessif. 
         Et aussi, accessoirement essayer d’éviter au vrai coupable, un policier, d’avoirBon jour ! des ennuis disciplinaires. 
          Mais le meilleur vient après le jugement. Le ministre de l’intérieur, grand chef des policiers, affirme, tout aussi haut et fort que ses personnels, qu’il désapprouve la condamnation et félicite le parquet d’avoir fait appel de cette décision.
         Ce même ministre, il faut bien s’en souvenir de temps en temps, en vertu de la séparation des pouvoirs, est garant de la non-intervention du pouvoir exécutif dans les affaires du pouvoir judiciaire. 
         Quand  la république fonctionne comme une république, bien entendu.
      Bon jour !  Aux temps bénis du pouvoir monarchique, quand existaient les joyeuses  lettresBon jour ! de cachet, on punissait  ou on  absolvait, on récompensait ou on punissait, on faisait des ducs des marquis et des  bagnards d’un clin d’œil, d’un mot  ou d’un regard. Il en est quelques-uns uns, dans notre république, qui rêvent d’un retour à ces temps bénis des talons rouges et  des fastes versaillais.
         L’histoire bégaie, et elle est, a dit quelqu’un, un éternel recommencement. Nous revenons donc doucement, insidieusement, hypocritement même, à ces temps d’absolutisme. Je dis, moi, qu’il est normal que ces policiers, qui ne se sont  pas fourvoyés, mais ont admis avoir commis délibérément une accusation calomnieuse et établi un faux en écritures  judiciaires soient punis. Sévèrement.
         Comment faire respecter la loi, si on la trahit au premier détour du chemin ? Quel respect peut-on attendre d’une population qui peut craindre, à tort ou a raison, être victime de ce genre de déviation ? 
        Bon jour ! On met en parallèle des libérations par des magistrats de trafiquants, violeurs et autres délinquants et criminels. C’est incompréhensible à tout citoyen non informé, mais dans l’immense majorité des cas, ces remises en liberté sont faites  en application deBon jour ! règles de procédure impératives.
        Et le Code de Procédure  Pénale a été voté, modifié,  annoté, amélioré  ou compliqué par les élus de la République, que ce peuple 
    -qui se plaint d’être mal gouverné - a mis en place.  Au début du cinéma, les frères Lumière  ont  tourné l’arroseur arrosé…
            Heureusement, on a encore le droit de le dire . 


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :