• réformer le changement, ou changer la réforme ?

    réformer le changement, ou changer la réforme ?Dans vos villes et campagnes gauloisement en grève, les bouchons ne doivent pas manquer....
    Décidément, le peuple de notre belle nation est intraitable .
    Pas question de toucher à ce dont nous réclamons depuis des lustres le changement.
    J'ai bien dit des lustres, c'est à dire plusieurs fois 5 ans...
    Les Codes, ces monumentaux recueils de règlements, rédigés par des intellectuels lumineux du genre de ceux qui parlent de déplacement horizontal dans un milieu aquatique pour dire qu'ils nagent en  piscine , les Codes donc, sont devenus au fil du temps aussi compréhensibles que du chinois ancien traduit en étrusque puis en tagalog par Google .
    Il faut donc, et c'est ce que réclame manifestalement (*) le bon peuple de France , réformer ces textes qu'on pourraitréformer le changement, ou changer la réforme ? qualifier d' incunables tant il est presque impossible d'en connaître les auteurs responsables.
    réformer le changement, ou changer la réforme ?Mais, évidemment, il ne faut pas toucher aux imprescriptibles droits acquis, cette nébuleuse dont l'approche provoque les hurlements des uns et les prières des autres. Tout en tenant bien sûr compte des quelques centaines  de propositions syndycalo-manifestantes.
    Faut pas rigoler, quand même, non mais !
    En vertu de cette situation, toute tentative, même timide, de réforme se trouve devant une opposition aussi systématique que générale, chacun ayant raison et tous les
    autres tort. 
    Un mien informateur, supposé être proche des instances de décision m'a glissé dans l'oreille que le texte si presque unanimement décrié dans les rues de nos bonnes villes n'a pas encore été présenté en Conseil des Ministres.
    réformer le changement, ou changer la réforme ?Il n'est donc pas encore prêt à être proposé aux quelques dépités députés qui consentiront à se rendre en séance.
    Et par conséquent, pour cause d'amendements présentés par les uns pour ralentir, par d'autres pour rien, par un ou deux par réflexion, il est encore à d'astronomiques distances d'être voté.
    Il faudra ensuite patienter jusqu'à ce que  les 2 ou 3 sénateurs présents
    le votent à leur tour après, évidemment, l'avoir amendé , puis qu'il revienne  à la Chambre (**)
    des députés pour devenir peut-être définitif.
    Il faudra enfin qu'un décret d'application soit pris, lequel, en raison de la proximité des élections qui se profilent à l'horizon 2017, n'est pas à la veille d'être signé.....
    Les fabricants de pancartes revendicatives ont de beaux jours devant eux, et vont pouvoir embaucher, en CDD ou en CDI, c'est selon... 
    Serait-ce la solution pour éradiquer le chômage?
     

    _________________________
    (*) manifestalement est un néologisme de mon cru qui signifie "en manifestant". Enfin, je crois ….
    (**) ainsi nommée parce que beaucoup des "présents" y sommeillent ?

    photos: www.ec-rochefort.ac-versailles.fr ; hsct.artio.fr ; www.radiovl.fr 


  • Commentaires

    5
    Mercredi 6 Avril 2016 à 03:51

    Les "puissants" de ce monde ont intérêts à entretenir un certain  malaise du travail pour faire peser la menace "si t'es pas content..il y en aura 100 qui attendent à la porte "

    Quant au langage des politiques et des médias :  http://lesmoutonsenrages.fr/nous-sommes-manipules/petit-cours-de-novlangue/

    Servez-vous !

      • Mercredi 6 Avril 2016 à 13:26

        "je suis contre "tout ceux qui sont pour" et pour "tous ceux qui sont contre".....ainsi parlait le vieux gaulois !

        A quel moment le français moyen "que nous sommes" comprendra t il que leur président n'est qu(un "employé redevable" à ceux qui l'ont mis en place et qui attendent le retour sur investissement?

        Concernant les moutons....ce site n'est qu'un parmi tant d'autres donnant accès à des événements qui nous sont dissimulés...volontairement ou pas, manque de temps, indifférence, etc...

        Bonne vigilance en toute amitié.

      • Mercredi 6 Avril 2016 à 04:11

        Qui, en ce monde dit toujours la vérité ? Les puissants mentent, les syndicats mentent,les manifestants se mentent aussi,et pour finir on tape sur les flics et on détruit des vitrines.
        Les arguments "pour" des uns sont les arguments "contre" des autres.
        En l'occurrence, et sans faire la moindre "politique" nombreux sont les "contre" qui ont dit non avant d'avoir même lu le texte proposé, et continuent à dire non pour faire comme les  autres.
        Tu parles des moutons enragés, Vieux Loup, mais si ils mordaient un peu les cuissots des autres ovins braillants sans savoir pourquoi, peut-être Sainte Raison aurait-elle enfin pignon..... sur rue

    4
    Vendredi 11 Mars 2016 à 06:18

    Le problème n'est pas pris par le bon bout, la réforme est nécessaire, mais pour réformer dans de bonnes conditions il faut que le système fonctionne. Hors le système est en panne, on a pratiquement chassé toutes nos entreprises hors de France, et des réformes du code du travail ne fera pas revenir les entreprises. Si les chefs d'entreprises ne gagnent pas d'argent ils ne peuvent pas embaucher, mais voila, des chefs d'entreprises il ni y en a plus en France, les entreprises sont détenues par des grands groupes financiers qui vont produire au moins cher pour revendre au plus cher, le chômage leur fait gagner de l'argent, plus il y a de chômeurs plus on peut baisser les salaires. Quand les politiques comprendront qu'il faut une vraie dynamique de l'emploi avec de vrais entrepreneurs, il pourront envisager de faire baisser le chômage et entreprendre des réformes dans la sérénité.

    Amicalement

    Claude

      • Vendredi 11 Mars 2016 à 06:40

        c'est là qu'est l'hic ..

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :