• réforme réformante

    Depuis quelques temps, les beaux esprits, de tout poil et de tous bords reprennent à l'unisson un refrain contre la dernière réforme de l'école.
    Si il est une constante dans notre beau pays de râleurs impénitents, c'est bien la critique du ministre de l'éducationréforme réformante nationale en exercice.
    Quoi qu'il dise, quoi qu'il fasse, quoi qu'il essaie de faire, ce malheureux est nul, sot, ignare, et bien entendu incompétent. Si on en croit les critiques, il ne connaît rien au problème, ne pense qu'à servir son maître qui préside aux destinées de la République, à s' en mettre plein les poches ( en représentant des francs - nouveaux ou anciens - ou, maintenant des euros), et même à rendre nos enfants abrutis.
    C'est pourtant simple .
    Pour réussir une réforme, il suffit d'appliquer ce que recommandent les syndicats d'enseignants .
    En tenant compte toutefois des légères nuances ou grosses divergences qui permettent à la FSU, L'UNSA, la CFDT, FO, SUD, CSEN, CGT, CFTC, FAEN, CGC - sans compter la fourmilière de syndicats de parents d'élèves - d'avoir la solution, de savoir très exactement ce qu'il faut faire , qui, est, évidement, sinon le contraire , tout au moins très différent ce que réclame le ou les autres syndicats, suivant l'obédience ( mot qui signifie soumission à une autorité supérieure, en 2 mots au parti politique du dit syndicat ).
    Il faut, pour être précis, ajouter que l'ensemble des adhérents aux dits syndicats, si on en croit le graphique ci-contre, représente environ 133% des personnels de l'Education Nationale, ce qui, vous en conviendrez, est un résultat qui donne confiance, puisque, pour atteindre ce chiffre et être bien "défendus", (on ne sait jamais, hein), un nombre "respectable" de "personnels" est forcément affilié à plusieurs organismes .
    Non ? Ah bon !
    Ce pataquès, amphigouri embrouilllaminique (1) sufit à lui seul à faire désespérer de l'espoir d'une solution.
    Mais les enfants, que personne ne songe à questionner sur ce qui sera leur avenir le savent bien, de toutes façons, la réforme définitive qui arrive sera, comme ses sœurs, aussi éphémère que les gouvernements qui les mettent en place...

    ______________________________

    (1) mot extrait du kamasoutra  pour expliquer la première position, Le "Volubilis entrecroisé" ….

    photo : wikipédia; perceval.over-blog.net

     

     

     


  • Commentaires

    2
    Lundi 11 Mai 2015 à 09:55

    C'est vrai qu'en France on râle tout le temps ! Et on entend tout et son contraire:

     

    on dit que les hommes naissent égaux en droits, mais la réalité du quotidien nous prouve le contraire,

    on est pour la laïcité, mais on ne veut pas travailler le dimanche ou le 25 décembre;

    on est pour la liberté d'expression, mais on peut risquer gros quand on dit ce que l'on pense; car nos propos sont facilement déformés ou mal interprétés,

    on considère que l'école donne la même chance à tous, pourtant, nombre de nos enfants sont en échec scolaire, surtout ceux qui ont la peau "mate" ou un nom "exotique" et qui vivent dans les quartiers "sensibles",

    des fois, je ne comprends plus rien !

    Je trouve que la France change beaucoup, et pas en bien et je trouve ça vraiment triste....

    1
    Lundi 11 Mai 2015 à 09:44

    Bonjour Peache, plus j'entend de commentaires sur cette réforme, plus je me dis que nous devrions retourner à l'enseignement des années 60, quand les enfants sortaient de l'école à 14 ans avec un bagage bien supérieur à celui qu'ont les bacheliers d'aujourd'hui. Il me semble que toutes ces modifications ne servent qu'à faire un nivellement par le bas, et les dernières à encore plus effacer les origines, l'histoire et les traditions de notre société française, tu comprendras ce que je veux dire.

    Malgré tout ça je te souhaite une belle journée, amitiés.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :