• vai mensonge et fausse véritéNous venons de suivre avec plus ou moins de délectation la campagne électorale en Américanie. Cette débauche d'insanités, de vrais mensonges et de fausses vérités, qui, du fait de la manie qu'on nos contemporains gaulois d'imiter ce qui vient d'outre Atlantique, augure bien de celle qui a déjà commencé chez nous....
    La vérité existe-t-elle ?
    Cette question est extrêmement importante, car si la vérité n’existe pas, le mensonge n’existe pas non plus, et tout ce qui a été dit depuis la nuit des temps devient douteux.Puisqu' il faut bien que les gens se parlent pour échanger des idées, il est indispensable qu’ils disent la vérité, afin de permettre aux échanges d’avoir une chance de débuter. Mais on s'en est vite aperçu, cette exigence n’est pas nécessaire pour la pérennité des relations établies.
    La vérité précède le mensonge puisqu’il faut travestir la vérité pour mentir, et le mensonge procède de l’existence de la vérité, car on ne peut travestir une chose qui n’existe pas.Si la vérité n’est pas dite, il y a mensonge.
    Par conséquent, le mensonge existe, même ( et surtout ?) dans la communication. Et seul Dieu sait combien on a communiqué depuis le premier matin du monde !
    Pour établir le mensonge, il suffit d’une altération de la vérité ou d’une négation des choses vraies.vai mensonge et fausse vérité D'aucuns prétendent qu'on peut aussi mentir par omission, bien que ne rien dire ne puisse être considéré comme élément constitutif du mensonge, puisque la vérité, pour exister, doit être dite.
    Cependant, pour rester dans l'esprit des temps, considérons que tout ce qui n’est pas altération, négation ou omission de la vérité, est donc, tout simplement, vérité.
    Cependant, peut-on prendre pour argent comptant les affirmations contenues dans les diverses communications, écrites, télévisuelles ou radiodiffusées. ? Elles comportent, inévitablement, une part de vérité pure et une part de vérité un peu altérée, de non dit, comme par exemple les vrais effets d'une pommade amincissante, ou d'une poudre perlinpinpinesque destinées à regarnir les cuirs chevelus désertés, le nombre de manifestants à la Sorbonne, ou encore les promesses électorales.
    Elle sont donc mensongères.
    Et légalement autorisées. La loi favorise donc le mensonge et la tromperie.
    Inquiétant, non ?
    Même la sagesse populaire s'y met, quand elle affirme que toute vérité n’est pas bonne à dire, et qu' il est des mensonges pieux. L'intervention de la piété, donc des religieux, dans notre problème n'y apporte aucune simplification, chacun de ces derniers ayant sa propre vérité, totalement différente de celle des autres, bien entendu.
    On peut malgré tout conclure en disant que Mensonge et Vérité sont indissociables, puisque, pour qu’il y ait mensonge, il faut qu’il y ait vérité, et réciproquement.
    Si je dis la vérité en affirmant que je suis un menteur, je ne mens pas. Je ne suis donc pas un menteur, vai mensonge et fausse véritébien que je le prétende.
    Si, prenant ma déclaration à la lettre, on considère quand même que je suis un menteur, comme je l’affirme, on comprend que je n’ai pas dit la vérité, car si je dis la vérité en me prétendant menteur, c’est que je le suis, et si je le suis, je ne dis pas la vérité, donc je suis un menteur.
    Comme disait le grand Nicolas, "Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement…"
    Et le divin Socrate:
    "Quod erat demonstrandum "…
    S'il avait parlé latin, bien sur.

    images : alaingiraud.eklablog.com  LaPresse.ca  

    citation-celebre.com

     

     


    4 commentaires
  • americanomaniePeut-être en avez vous vaguement entendu parler ces jours derniers. En Américanie, où, pour les plus globishomaniaques, au Stettses, on vient d’élire ( une malencontreuse (?) faute de frappe m’avait fait écrire délire, mais, c’est sûr, c’était tout à fait involontaire...) on vient, donc d’élire le 44ème successeur de George Washington.
    A un poil près ( un gros poil quand même ) ce successeur a failli être une successeuse (*).
    Et cette élection déclenche des avalanches de commentaires, la naissance et la prolifération exponentielle d’experts, d'enseignants chercheurs, voire de n'importe qui de tout poil, tous convaincus de "savoir" , maisamericanomanie surtout fort heureux de passer en boucle sur les écrans de télé.
    Et, dans ce mystérieux athanor de la presse, d’aucuns et même d’autres trouvent des similitudes entre ce cirque outre atlantiquain et l’arène gauloise où va se dérouler la prochaine parade présidentielle chez les nous aut’.
    Quelques uns louent, d’autres honnissent le nouvel élu, des comparaisons sont faites, des hypothèses lancées, des certitudes peut-être éventuellement aléatoires sont diffusées par tous les moyens possibles.
    Chacun de ces augures et autres pythonisses, évidemment dans le secret des dieux, nous dévoile notre avenir, en oubliant qu’il s'est lamentablement planté lors des précédents scrutins.
    americanomanieMais, comme nous autres lambdas l’avons oublié aussi, nous les suivons panurgiquement, bêlant en cœur qui notre colère, qui nos espérances, qui nos indifférences, en un mot toute notre sacrée foutue franchouillardise s’étale et , après avoir bien entendu refait le monde à sa manière, chacun s’endort dans son ronronnement égoïste .
    Celui-là qui eut l’idée des élections doit passer des instants jouissifs sur son nuage, en contemplant les zigotos qui s’agitent sur la planète pour essayer de se faire croire qu’ils existent.

    _________________________________

    (*) néologisme né à la fin du siècle dernier, à la demande des féministes, pas encore admis par l’Académie, mais ses vénérables membres ne sont pas des parangons de rapidité

    images : lefigaro.fr ; parolesdexperts.com ;  www.wingsunfurled-web.com 

     


    2 commentaires
  • smoking or no smokingJe ne fume plus depuis 27 ans, 6 mois, 6 jours et quelques heures, et ça ne me manque pas. Il est vrai que l’infarctus qui m’a permis d’apprécier le monde y est un peu pour quelque chose... Ma vie a bien changé depuis. Avant, j’étais essoufflé au moindre effort, et maintenant, je suis toujours essoufflé, mais c’est parce que j’ai pris un quart desmoking or no smoking quintal "compensateur " à la suite de ma cessation d’activité tabagique.
    Depuis longtemps, de nombreux gouvernements, dont bien sûr le nôtre, se sont aperçus que le tabac est dangereux pour la santé. Le mois de novembre 2016 a été déclaré mois sans tabac.
    Mais je ne suis pas tout à fait sûr de l’efficacité de cette mesure. Car, si le tabac est dangereux,il est, hélas, fort rentable
    En effet, tout le monde sait évidemment que les états perçoivent d’énormes taxes sur la vente de ce produit qu’ils accusent de tuer les braves gens ( les autres aussi, d'ailleurs, rassurez vous, il n'y a pas que les bons qui paient ) !
    Pour faire peut-être démonstration de sa (bonne) volonté de lutte contre le tabagisme, un de nos gouvernements a transformé en 1999 le SEITA (Organisme public gérant pour le compte de l’état le monopole du tabac) en ALTADIS, groupe multinational dont les actionnaires franco-espagnols sont à 86 % institutionnels donc…. l’état français et l’état espagnol. Ledit ALTADIS a été absorbé par IMPERIAL TOBACCO, premier groupe britannique de distribution du tabac, lequel affirme haut et fort que sa mission " est de se tailler une part intéressante de tout marché sur lequel il est présent, en répondant aux préférences des fumeurs "..
    Sans commentaire.
    A sa décharge, il faut dire tout de même qu’IMPERIAL TOBACCO lutte contre la vente du tabac.
    Enfin, contre la vente " illégale " du tabac. Il faut quand même rester raisonnable…Le tabac est donc rentable. Mais dangereux.
    Et on lutte aussi contre ce tabagisme assassin en interdisant la publicité dans la presse écrite, et les radios, pour que les poumons des gens restent bien roses en dedans, en tous cas dans la mesure où les fumées des usines et les gaz d’échappement leur en laissent le loisir.
    smoking or no smokingMais ce n’est pas défendu à la télé, pour la retransmission des courses de Formule 1. On a mis des images horribles sur les paquets de cigarettes, ce qui n’a probablement pas été efficace, puisque maintenant on emballe la clope dans des paquets "neutres", c’est à dire sans marque. Pourquoi donc les gouvernements et le parlement européen n’ont-ils pas purement et simplement interdit à TOUS la publicité pour le tabac, y compris aux constructeurs , aux organisateurs de compétitions automobiles et vendeurs d’accessoires ?
    Cela eut évité aux télévisions de montrer – espérons-le sans faire exprès, quoi que, aurait ajouté le grand Raymond… - de montrer cette publicité dangereuse pour la santé publique des européens, qui devraient être bien contents qu’on s’occupe de leur santé au lieu de râler contre leurs dirigeants qui, c’est pourtant bien connu, font tout ce qu’ils peuvent pour faciliter la vie de leurs ressortissants.
    L’histoire ne nous le dit pas. Mais il y a forcément une bonne raison, car il est de notoriété universelle qu’aucun Etat ne fait les choses à la légère.
    Surtout quand ça lui procure des rentrées fiscales juteuses.
    Une histoire de gros sous ?
    Mais non, bien sûr ! ALTADIS qui faisait péniblement fait en 2005 à peine quatre milliards cent onze millions neuf cent mille euros de chiffre d’affaire, n’a eu cette année-là, le pauvre, qu’un résultat net de cinq cent soixante seize millions d’euros.
    Après impôt, bien entendu.
    Il est intéressant de noter qu’aujourd’hui, le tabac rapporte en France, peu ou prou quatorze milliardssmoking or no smoking (14.000.000.000) d’euros de taxes diverses ( le Figaro 18/03/2015). Ce qui, pour ceux qui ont perdu leurs 20 ans dans les années 50 , à peu près 90 milliards des francs lourds gaulliens . Une paille...
    smoking or no smokingPar ailleurs, ent
    re le 1er octobre 2014 et le 31 mars 2015, le propriétaire des marques Gauloises, Gitanes, JPS ou Davidoff a enregistré un bénéfice net de 853 millions de livres (1,159 milliard d'euros au taux de change actuel), contre 366 millions lors de la même période de l'exercice précédent. (Challenges , 7 mai 2015 ).
    Le poumon rose partout n’est pas pour demain ...

     images :libredeneplusfumer.blogspot.compromobo.frWordPress.com , fr.express.live                      

     

     

     

     

     

    citelighter.com;


    6 commentaires
  • Depuis des nuits et des jours,
    sans presque manger ni boire,
    avec pour seul ami un fol espoir ,
    ils ont marché et couru tour à tour
    traversant sans les voir
    maints pays dont l'histoire
    a elle même oublié les noms.
    Ils sont arrivés, ivres de
    fatigue , au bord de l'horizon.
    Et là, les yeux sans larmes, vides,
    se sont arrêtés, croyant l'avoir acquise,
    cette terre promise
    qu'ils cherchaient en vain,
    où, enfin, on leur tendrait la main.
    Mais ici comme là, comme partout,
    l'homme en place a eu peur
    que ces gens sentant le malheur
    viennent lui voler son pain,
    et ici comme là, comme partout
    il les a chassés dès le matin.
    Il leur a jeté, distraitement,
    en détournant les yeux,
    une tranche de pain bis, comptant..
    bien en faire l'état au jour du jugement ,
    et, sans vouloir regarder ces gueux,
    dont l'image restera pourtant
    dans ses yeux jusqu'à la fin du temps,
    ayant satisfait sa conscience,
    a fermé sa porte, la paix au cœur
    en priant que ces traîne-misère,
    cette engeance étrangère,
    file sans plus attendre
    et aille se faire pendre.
    ailleurs..

     

     

     


    2 commentaires
  • courbe de niveauDécidément, plus les campagnes pour ceci ou contre cela progressent ( dans le sens avancer, pas, évidemment, dans le sens s’élever vers le mieux ) plus le niveau des argumentations atteint des profondeurs abyssales.
    Pour être plus précis, je devrais ajouter les commentaires journaleux ( de tout poil) qui rejoignent les sous sols du domaine de Némo...
    Ces jours -ci, un candidat à la candidature droitière a, selon les pisse-copies, commis le crime de lèse popularité qui le place aux trente-sixième dessous du tréfonds decourbe de niveau l’ignorance, donc du ridicule, cette situation qui, au joyeux temps du roi soleil, détruisait les carrières.
    Il n’a, le misérable, pas été capable d’indiquer à un auditeur malicieux le prix d’un pain au chocolat. Je ne suis pas candidat à quelque poste que ce soit, et j’avoue sans la moindre honte que je ne connais pas non plus le prix de cette viennoiserie.
    courbe de niveauCette anecdote est infime, minuscule au regard des autres énormités pondues en  temps électoral ( c’est à dire pratiquement constamment), mais elle indique la hauteur des préoccupations des organes d’information.
    Ça donne confiance, non ?
    Mais, aussi finalement que néanmoins, cette imbécillité, faribole coquecigrue est en passe, grâce à "l’incident" de faire de la chocolatine la coqueluche des gens.
    Ce qui prouve que malgré tout, quelqu’un profite toujours de la bêtise humaine.

     images :Ni-Dieu-Ni-Maitre.com   ,  black-chocolatines.com;  outamal.blogspot.com


    7 commentaires
  • pipeulisationCe matin, j’ai lu quelques articles parus sur un journal "pipeule" au nom d’adverbe plus ou moins prometteur. Cette sorte de presse n’est pas au nombre de mes informateurs habituels, mais, finalement, je me rends compte qu’il manquait à ma panoplie.
    En effet, en quelques lignes et deux ou trois vidéos, j’en ai plus appris sur les motivations qui hantent, dans tous les sens du terme, les plateaux de télévision et alimentent les conversations des suiveurs de quidams connus chercheurs de célébrité. (l’opposition apparente de sens entre "quidams et connus" serait un oxymore vaseux ? Pas vraiment...)
    Entre l’incongru et douteux baiser d’un vieux beau sur le sein du jeune fille, l’exploitation dudit baiser par la dite jeune fille, les échanges d’amabilitéspipeulisation entre divers histrions(1) se reprochant en vrac lâcheté, trop gros salaire et quelques autres menues gentillesses, on apprend jusque où peuvent aller les bateleurs, paillasses, pitres ou cabotins sur qui pleuvent à verse euros dollars et autres prébendes pour rester au dessus du panier de crabe dans lequel ils se vautrent.
    Je me suis bien un peu questionné sur les raisons qui ont poussé les metteurs en page à ranger ces élucubrations dans la rubrique "culture".
    Mais, puisque la télé est incontestablement instrument de culture, on peut alors l’ envisager ...
    Finalement, si ce type "d’informations" est, à la longue, un tantinet lassante, celles qui sont publiées dans les autres rubriques ne valent guère mieux.
    Notamment celles qui relatent les vicissitudes, billevesées  et autres étrangetés du monde politique, où les noms d’oiseaux et accusations plus ou moins fondées foisonnent.
    Où le glauque, le sanguinolent, le sanglant et l’horrible sont synonymes de ventes accrues, elles démontrent la hauteur de vue de ceux qui les prononcent.
    Comme bien entendus de ceux qui les écrivent et les décrivent complaisamment .
    Et de ceux qui les lisent, et les commentent, évidemment.
    C’est à dire nous, mes biens chères sœurs et estimés frères ....

    ______________________

    (1) néologisme approximatif pouvant signifier ( peut-être)évolution vers la forme de vie pipeule

    (2) dans le sens actuel du mot, bien entendu

    images : fr.fnac.be , re.ivoire-blog.com ,


    3 commentaires
  • improbabilité  des espérances Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais on dit qu’il va y  avoir des élections, entre Calais et Perpignan, Mata Utu et Saint Pierre, en passant par Papeete , Basse Terre, Saint Denis , Port au Français, Belep et autres lieux sur lesquels flottent les étendards de la République.
    Et, bien sûr, on nous  saoule en causant dans les couloirs des divers ministères, assemblées, dans les journaux et sur les ondes, et même dans les chaumières de ceux qui pensent, croient, rêvent que tout quelque chose va changer.
    Et on apprend des tas de choses prodigieusement intéressantes, comme, par exemple, que lesimprobabilité  des espérances innombrables candidats aux ors de l’Elysée sont peut-être des aliens.
    En effet, si vous écoutez leurs propos, élucubrations, voire discours plus ou moins politiques, plus ou moins vachards ( vis-a-vis de leurs collègues impétrants ), vous apprenez qu’ils ne sont pas français .
    Saugrenu ?
    Pas du tout !
    Si je dis que les chinois mangent du riz, que les américains boivent du coca cola, que les anglaises ont de grandes dents, que les polonais sont...polonais, etc, tout le monde comprend que je ne fais pas partie des nationalités évoquées.
    Pour la même raison, quand un quidam dit "les français veulent ceci, les français n’aiment pas cela, " on en vient à penser qu’il n’est pas français lui même!
    Serait-il allochtone, pérégrin, rastaquouère, heimatlos, voire alien, peut-être ?
    Alors pourquoi veulent-ils être président(s?) des français ?
    Peut-être espèrent-ils le devenir ( français), ou, allez savoir, tenter de comprendre ce que ces sacrés foutus presque peut-être ex gaulois peuvent bien vouloir, et seuls les Dieux savent par quel miracle ils pourraient les satisfaire.
    Car, comme le disait un homme aussi grand que grand , essayer de gouverner un pays aux deux centsimprobabilité  des espérances fromages ne serait pas une sinécure.
    A moins que ces allochtones, pérégrins, rastaquouères, heimatlos, voire aliens n’envisagent en fait que les avantages, attraits et autres félicités inhérents à la fonction ?
    Bien sûr, cette dernière hypothèse ne pourrait être envisageable que par un esprit sournois, de mauvaise foi et tout et tout.
    Ce qui, évidemment n’existe pas chez nous, qui sommes, tous les étrangers vous le diront, des exemples, que dis-je, des parangons de vertu, de bonne foi, et que notre odeur est proche de celle de la sainteté.
    Ou presque...

     images : Doc DORFFER Patrick ; Antonin CAUSSEQUE - Le Monde; , , Bonnes Affaires - Trendyyy


    3 commentaires
  • On lit, on entend, on voit, dans tous les moyens de communication de notre République presque indivisible, des commentaires relatifs aux propos d’un provocateur récurremment en désaccord avec la pensée des gens .
    Enfin des gens qui ne pensent pas comme lui, évidemment.
    Les sorties de ce jeunot se situent aux confins du pire, du plus mauvais, du plus saugrenu, de l’assez sensé , avec, c’est bien humain, évidemment une grosse recherche d’auditoire, de publicité, puisque nos temps incertains sont friands, sinon assoiffés, de scandales le plus glauques et  sanguinolents que possible..
    Et comme le fait d’être connu est hélas devenu synonyme de grandeur, voire d’honorabilité, Mère Térésa, Einstein, Pasteur , Mandela, Hitler, Pol Pot, et quelque autre journaleux producteur de poil à gratter sont devenus des références.
    Le dernier cité devrait, toujours si on en croit les divers organes de presse croyant encadrer la pensée des gens , faire l’objet de plaintes pour apologie du terrorisme.
    Si vous en avez envie, vous pourrez trouver ses mots dans n’importe quel journal, de la feuille de chou de campagne aux quotidiens de la capitale se disant respectables et de référence.
    Je ne veux pas les reproduire ici, car je ne n’ai aucune envie de faire de la publicité à leur auteur, dont je ne partage pas la façon de voir le monde .
    D’autant plus que le but de mon propos n’est pas de dire si il a raison ou tort, mais d’évoquer l’article 11 du magnifique texte du 26 août 1789, vous savez, cette fameuse et si peu respectée Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, :
    """"La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi""""
    Il ressort de ce texte qu’on peut dire, écrire et publier tout et son contraire, le meilleur comme le pire et en recevoir ou en payer les conséquences.
    Toutefois, ce meilleur et ce pire sont aussi variables que les opinions promesses des candidats aux élections.
    Le tout est de déterminer où commence l’excès, à partir de quel mot il y a trouble à l’ordre public, donc poursuite et punition ou pardon éventuels.
    Et c’est alors que commence le problème, car, parmi ceux qui vouent
    le boutefeu aux Gémonies , on trouve aussi tout, n'importe quoi  et son contraire, des gens de bonne foi aux chercheurs de célébrité, de reconnaissance ou – et peut-être surtout-  bien entendu, pour quelques uns, de profits....
    On n’est pas sortis de l’auberge ….

     images :laconnectrice.net, planete-beaute.blogspot.com,, revolutionfrancaise.pagesperso-orange.fr,,  fr.123rf.com


    7 commentaires
  • Ce matin, je me suis réveillé comme de coutume en remerciant les dieux de mes multiples douleurs , car ces dernières ont pour but de me rappeler que je suis vivant.
    On pourrait se demander si l’adjectif " dernières " est bien approprié, mais je vous l’assure, il signifie "récentes " et non pas "ultimes" ...Espérons que celui qui, comme dit M. Lelouch, délivre les lettres de licenciement pense la même chose !
    C’est bien long pour dire que j’ai mal partout, mais après tout, ce sont mes maux et mes mots en disent ce qu’ils veulent, non mais !
    Ce matin, donc, j’ai émergé d’un sommeil "obliviogène" ( néologisme approximatif issu du latin de cuisine oblivio signifiant oubli et du grec de garage genos signifiant origine). 
    Les presque jeunes gens en passe d’immortalisation du Quai Conti ne l’ont pas encore inscrit dans le dictionnaire, mais comme ils y ont introduit malussé, hackathon ou syllogomanie, on peut espérer..).
    Tout ça pour vous dire que j’ai la chance insigne de bénéficier d’une capacité de sommeil assez intéressante, et que mes nuits sont calmes, remplies de rêves parfois ( hélas...) inavouables , et réparatrices. C’est pourquoi, chaque jour, je dois me replonger dans les divers moyens d’informations pour être à même de discuter des bonheurs et malheurs du monde.
    Et comme, dans la masse des pisse-copies qui s'écoutent scribouiller, il existe quelques journalistes à la hauteur de leur tâche, nous sommes assez bien mis au courant des vicissitudes qui affectent nos contemporains.
    Parmi les épouvantables atrocités dont nous sommes  capables
    sinon coupables, du moins complices par passivité, il en est une particulièrement odieuse, qui a mis un couple presque dans la misère et provoqué, (mais finalement peut-être est-ce un bien pour la musique), l’interruption de la carrière musicale de l’époux d’une pauvre petite jeune femme a qui on a dérobé une dizaine de pauvres petits millions d’euros.
    Cette innommable horreur a été illustrée par un journal dont je ne citerai pas le nom pour ne pas
    (1) lui faire de publicité, par une photo du décolleté plus que plongeant et ma foi fort agréable de la pauvre victime. Notre monde est de plus en plus proche du pire.

    _____________________

    (1) j’attire votre attention sur le fait que je n’utilise pas l’atroce "pour pas que" pourtant si souvent éructé sur nos ondes par divers animateurs se disant par ailleurs ardents défenseurs du français

     

    images : fr.pinterest.com; www.letopdelhumour.fr , www.gala.fr

     


    3 commentaires
  • Les ondes et les images sont remplies, bondées, débordantes, gavées, et finalement presque saturées des propos, explications, élucubrations, promesses fallacieuses et autres saugrenuteries mesquines échangées par les divers candidats aux divers postes tant lucratifs qui sont périodiquement offerts aux appétits des aspirants chefs de tout.
    En américanie, où rien n’est impossible, même le pire, les postulants restant en lice se sont écharpés verbalement, à grand renfort de mots creux ou pleins de sous entendus. Il faut paraître en parfaite forme physique est intellectuelle, ou le  faire croire, se serrer la main, voire s’enlacer comme si on était les meilleurs amis du monde.
    Et les "aficionados " "geek" et autres supporteurs plus ou moins fanatiques , envoutés, charmés ou même abrutis applaudissent, louent et sont prêts à porter au pinacle leur super héros, quoi qu’il prétende, même, et peut-être surtout, si il les prend pour ce qu’ils ne voudraient pas être .
    Nous autres du vieux monde assistons de loin à ce que malgré tout on(1) nomme des débats. Et nous sourions avec une indulgence complice devant les échanges verbaux de "ces grands enfants".
    En oubliant – ou en voulant oublier – que , chez nous , c’est exactement le même scénario, à la nuance près que les aspirants sont plus, beaucoup plus ( trop ?) nombreux et tout aussi avides de gloire et assoiffés de cette illusoire puissance que procure le pouvoir
    Vanitas vanitatum et omnia vanitas , disait l’Ecclésiaste, qui savait, lui, de quoi il parlait.
    Nous vivons des temps extraordinaires, non 
    ?

    ________________________

    (1) vous savez, bien sûr qui est "on"...

    images :midilibre.fr, fr.wikipedia.org

     


    5 commentaires