• commémorationChaque année, le 16 mars commémore un de plus épouvantables méfaits commis depuis le début de la chrétienté.
    Ce jour là, assiégé dans son castel de Montségur, depuis près d'un an par Hugues d'Arcy, aux ordres de Louis IX, Raimond de Pereille a capitulé.
    Quelques assiégés ont été épargnés, tandis que plus de 200 autres ( On ne comptabilisait pas les victimes de basse extraction, à cette époque ) ont été brûlés vifs dans un champ, appelé depuis Prats del Cramats, au pied du pog de Montségur.
    Cet holocauste était normal en ces temps barbares en notre doulce France, puisque ces misérables avaient refusé d'abjurer la foi cathare.
    Cette dernière exigeait de ses fidèles qu'ils respectent les principes du Christ, et en particulier celui de pauvreté, ce qui entrait en violente contradiction avec le style de vie des papes et divers prélats de l'église de Rome de l'époque .
    Comme en outre les cathares vivaient en grande partie sur les terres des Comtes de Toulouse, oncommémoration comprend aisément que le roi de France ait eu envie de bénéficier des rentrées inhérentes à ces riches terres ...ce qu'avait commencé à réaliser Blanche de Castille, mère du jeune Louis IX, en 1229, par le traité de Meaux selon les termes duquel Raimond VI, comte de Toulouse cédait ses terres à la couronne, le comté devenant fief d'Alphonse de Poitiers – frère du 9ème capétien- qui avait été fiancé, à l'âge de 9 ans, avec Jeanne, fille du comte de Toulouse Raimond VII...
    En terme de préméditation, on ne fait guère mieux !
    Mais tout était bien calé et calculé, puisque Louis IX devint saint par la grâce de Boniface VIII, pape de 1294 à1303. Cette décision répond à un souci politique et sert les intérêts de la monarchie capétienne, fière de compter désormais un saint dans ses rangs (1).
    Et démontre qu'un massacre "d' hérétiques" conduit au Paradis.
    De quoi donner des idées aux aspirants dictateurs...
    Mais tout vient à point à qui sait attendre: le 23 septembre 2016, l'Eglise d'Ariège a demandé pardon pour le massacre des Cathares...

    _____________________________

    (1)cf encyclopédie Larousse 
    photos; catharcastles.com ; blog.culturel31.com


    2 commentaires
  • apocalypseDepuis le déluge, vous savez, l'anéantissement des hommes qui avaient tellement offensé la bonté du Créateur, que ce dernier, en artisan consciencieux, a décidé de détruire son œuvre pour en faire une nouvelle, qu'il espérait meilleure.
    Mon propos n'est pas, ici, de juger – je ne m'en reconnais aucun droit – de la qualité de la nouvelle tentative. Dieu m'en préserve !
    Non, je veux seulement vous parler des catastrophes qui ont secoué, voire brutalisé et presque détruit la planète , et ses habitants.
    Il y eût des éruptions volcaniques, des chutes de météorites, des cyclones, des arrivées sur terre d'individus tellement mauvais, tellement tordus que des peuples entiers les ont suivis. Il y eût des génies qui ont bêtement inventé des bombes, des inventions diaboliques du genre de celles dont nous faisons un usage insensé, comme les réseaux sociaux , la télé, et les partis politiques, les invasions de criquets et les nuées d'hommes providentiels .
    Bien sûr, cette évocation n'est pas exhaustive, elle ne donne qu'une petite idée des malheurs qui ont frappé nos ancêtres et sont bien en train de nous conduire à l'apocalypse. Le Créateur a prévu cette fin, pour le cas où sa nouvelle œuvre ne serait pas non plus à la hauteur de ses espérances.
    Mais la plus grande, la plus incroyable, la plus effroyable et tellement pire encore que mes pauvres mots sont impuissants à la décrire, s'est produite mercredi dernier, très exactement par 41° 21'51.12" Nord et 2°07'22.15" EST, autrement et plus précisément encore au Camp Ou, à Barcelone, Catalogne, Espagne.
    Comme beaucoup d'honnêtes terriens, vous ignorez peut-être que ce Camp Nou est le stade fétiche et favori du Football club de Barcelone, que les connaisseurs et ceux qui veulent faire croire qu'ils s'y connaissent nomment le Berça, Granula ou Blaugranes.
    Et ce club avait pris une mémorable raclée lors de son match au bien nommé Parc des Princes à Parisapocalypse contre le club qataro-parisien plus connu sous le sigle PSG ( pour Paris Saint Germain), en huitièmes de finale de la Coupe d'Europe. Ladite raclée (4 buts à 0) n'avait soulevé aucune réclamation quant à l'arbitrage , la forme et les prestations des joueurs, puisque la différence de buts ( en footballien : goal average) était suffisante pour assurer une qualification aux dépens des petits joueurs catalans, et évidemment des espérances pour la suite de la compétition.
    Et les joueurs étaient les meilleurs du monde, rien ne leur résisterait, et les catalans allaient prendre une nouvelle pile au match retour, c'était évident, inéluctable et ceux qui auraient le contraire seraient de nuls, des moins que rien et même, Ô déchéance, tout jute bons à être supporteurs de l'Olympique de Marseille C'est dire !
    Personne bien entendu n'aurait eu l'idée saugrenue d'envisager la construction d'une  arche éventuellement salvatrice. Il n'y en aucunement raison , d'ailleurs.
    C'est alors que toutes les catastrophes, drames, extinctions, massacres, crimes et même châtiments plus ou moins divins survenus depuis le premier jour de la Genèse, ont été, en 95 minutes, remballés, ramenés au rang de babioles, bagatelles et autres non événements, comme disent les bobos pour avoir l'air "in ". apocalypseEn effet, voilà-t-il pas que ces sacrés foutus catalans culottés se sont permis, Ô rocambolesque crime de lèse majesté, d'administrer aux qataros-francais la plus incroyable des déculottées en gagnant le match par 6 buts à 1. Du coup les 4 buts d'avance de l'aller ont pris un retour fumant.
    Mais, il suffit de lire les commentaires des fanatiques supporteurs du club presque gaulois pour en être convaincu ( si on est fait partie desdits inconditionnels)  : l'arbitre a été vendu, acheté, corrompu etc (il y a 44 synonymes à corrompu )...et les joueurs sont voués aux gémonies, aux  fourches caudines, au pilori et même, épouvantable régression, en 2ème division !
    Gardons néanmoins l'espoir , il y aura bien, peut-être, un jour, un mont Ararat auquel le PSG pourra s'amarrer sans danger, puisqu'il n'y a plus de clubs turcs dans la compétition.

     

    images : scienceefoi.com  ; youtube.com :  youtube.com


    3 commentaires
  • PRÉAMBULE

    Les mères, les filles, les sœurs, représentantes de la Nation, demandent à être constituées en Assemblée nationale. Considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de la femme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaltérables et sacrés de la femme, afin que cette déclaration constamment présente à tous les membres du corps social leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs, afin que les actes du pouvoir des femmes et ceux du pouvoir des hommes, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique en soient plus respectés, afin que les réclamations des citoyennes, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution, des bonnes mœurs et au bonheur de tous. En conséquence, le sexe supérieur en beauté comme en courage dans les souffrances maternelles reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être suprême, les droits suivants de la femme et de la citoyenne :

    Article 1 La femme naît libre et demeure égale à l’homme en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

    Article 2 Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de la femme et de l’homme. Ces droits sont : la liberté, la prospérité, la sûreté et surtout la résistance à l’oppression.

    Article 3 Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation, qui n’est que la réunion de la femme et de l’homme ; nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

    Article 4 La liberté et la justice consistent à rendre tout ce qui appartient à autrui ; ainsi l’exercice des droits naturels de la femme n’a de bornes que la tyrannie perpétuelle que l’homme lui oppose ; ces bornes doivent être réformées par les lois de la nature et de la raison.

    Article 5 Les lois de la nature et de la raison défendent toutes actions nuisibles à la société ; tout ce qui n’est pas défendu par ces lois sages et divines ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elles n’ordonnent pas.

    Article 6 La loi doit être l’expression de la volonté générale : toutes les citoyennes et citoyens doivent concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation ; elle doit être la même pour tous ; toutes les citoyennes et citoyens étant égaux à ses yeux doivent être également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leurs capacités, et sans autres distinctions que celles de leurs vertus et de leurs talents.

    Article 7 Nulle femme n’est exceptée ; elle est accusée, arrêtée, et détenue dans les cas déterminés par la loi : les femmes obéissent comme les hommes à cette loi rigoureuse.

    Article 8 La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nulle ne peut être punie qu’en vertu d’une loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée aux femmes.

    Article 9 Toute femme étant déclarée coupable, toute rigueur est exercée par la loi.

    Article 10 Nul ne doit être inquiété pour ses opinions même fondamentales ; la femme a le droit de monter sur l’échafaud, elle doit également avoir celui de monter à la tribune, pourvu que ses manifestations ne troublent pas l’ordre public établi par la loi.

    Article 11 La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de la femme, puisque cette liberté assure la légitimité des pères envers leurs enfants. Toute citoyenne peut donc dire librement : je suis mère d’un enfant qui vous appartient, sans qu’un préjugé barbare la force à dissimuler la vérité ; sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans des cas déterminés par la loi.

    Article 12 La garantie des droits de la femme et de la citoyenne nécessite une utilité majeure ; cette garantie doit être instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de celles à qui elle est conférée.

    Article 13 Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, les contributions des femmes et des hommes sont égales ; elle a part à toutes les corvées, à toutes les tâches pénibles, elle doit donc avoir de même part à la distribution des places, des emplois, des charges, des dignités et de l’industrie.

    Article 14 Les citoyennes et citoyens ont le droit de constater par eux-mêmes ou par leurs représentants la nécessité de la contribution publique. Les citoyennes ne peuvent y adhérer que par l’admission d’un partage égal, non seulement dans la fortune, mais encore dans l’Administration publique et de déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée de l’impôt.

    Article 15 La masse des femmes, coalisée pour la contribution à celle des hommes, a le droit de demander compte à tout agent public de son administration.

    Article 16 Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de constitution. La constitution est nulle si la majorité des individus qui composent la Nation n’a pas coopéré à sa rédaction.

    Article 17 Les propriétés sont à tous les sexes réunis ou séparés : elles sont pour chacun un droit inviolable et sacré ; nul ne peut être privé comme vrai patrimoine de la nature, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.


    3 commentaires
  • Depuis plus de cent ans, le 8 mars est dit journée de la Femme. J'ai cru, bête que je suis, que, en raison du principe de l'évolution, l'intelligence aurait atteint les neurones de ceux qui croient gouverner, de ceux qui ont cru gouverner et de la pléiade de ceux qui voudraient bien faire croire qu'ils vont être capables de gouverner.
    Seulement voilà, il faudrait que cette sacrée foutue intelligence trouve un terreau favorable pour pousser. Et comme seules les préoccupations de carrières, de profits et de places au soleil poussent dans leurs friches , ce n'est pas demain qu'ils comprendront que toute l'année, toutes les années et non pas une malheureuse journée par an que les femmes , toutes les femmes soient leurs égales, à tous les points de vues, dans toutes les situations,  en trois mots : à leur place
    Et que les cons, tous les cons, qui se croient leur être supérieurs soient eux aussi à leur place. Je vous laisse le choix de ce lieu..........,
    Où on les obligera à répéter, chaque matin, avant et après chaque repas et avant de s'endormir , jusquà ce qu'ils soient capable de le dire sans se tromper, et, mais ça risque d'être long, jusqu'à ce qu'ils l'aient compris, admis et pratiqué,

    Femme

    Femme bonheur,
    Femme conquise
    Femme exquise
    Femme perdue,
    Femme éprise,
    Femme battue,
    Femme trompée,
    Femme tronquée,
    Femme de peine,
    Mais femme reine,
    Femme qui rit,
    Femme paradis
    Femme d'enfer
    Femme de fer,
    Femme de foi
    Femme de droit.
    Femme furtive,
    Mais Femme définitive,
    Femme force et faiblesse
    Femme tendresse,
    Femme,
    mes espoirs et mes alarmes
    Femme, 
    mes joies, mes larmes, 
    Femme 
    ma douleur, mon rire, mon cœur,
    Ma Femme,ma Mère, ma Fille, mes Sœurs
    Femme de toutes les couleurs,
    Mais Femme sans peur
    Mais Femme originelle
    Mais Femme éternelle.


    4 commentaires
  •  Ocroix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfermniprésent sur les ondes et dans la presse, un impétrant à la fonction d'en haut tant espérée, voudrait bien faire oublier de probablement éventuels presque  à peu près existants, approximativement quasi possibles, mais on ne sait pas au juste,   emplois très discrets, mais fort bien payés.
    Il voudrait bien aussi dissimuler un népotisme familièrement très rentable, des mauvaises fois, des demi-vérités et de gros mensonges. Faire fi des convocations et des dénégations, des immunités absolvantes et des absolutions conditionnées , des trafics d'influences et des influences trafiquées, des références aux grands et des pas trop grands se prenant pour des références. Mais c'est, hélas,   le seul moyen de  convaincre dont sont capables les candidats.
    En prononçant des discours enflammés et en murmurant des apartés discrètement publiés par une pressecroix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer mégalo et des médias médiocres.
    Partout des gens de bon sens et des fanatiques inconditionnels, des partisans oublieux et des opposants teigneux se heurtent et de déchirent .
    L'usage immodéré de ces situations partout dans notre monde, et en particulier dans notre pays, emberlificoté dans les contradictions et les simili évidences des campagnes électorales, offre , en cette période de francophonie, une belle définition du mot croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enferridicule.
    Pour changer des sempiternels "c'est pas moi", "j'ai rien fait" et "tout le monde m'en veut", utilisons les dix mots de la francophonie 2017 pour décrire la situation...:
    Juché sur son nuage favori, d'où il envisage de déménager pour être hébergé sous les ors de l'Elysée, un pirate fureteur télésnobe les nomades en tentant, avec son avatar en forme d’émoticône, de monter un canular.

    ___________________________

    10 mots 2017 de la francophonie : AVATAR, CANULAR, EMOTICONE, FAVORI(TE), FURETEUR(EUSE) HEBERGER, NOMADE, NUAGE, PIRATE, TELESNOBER.

    images :1945babyboom.eklablog.com ; centerblog.net ; fr.dreamstime.com:


    7 commentaires
  • campagne, quand tu nous tiensNous avons, en notre si belle ancienne Gaule, l'ineffable chance - que dis-je le somptueux privilège - de vivre des périodes de fréquentes , pour ne pas dire continuelles, campagnes électorales.
    Cette réitération républicaine est bien utile, ne serait-ce que pour réviser notre latin. En nos temps de franglisation globishienne , il me semble que c'est une forme de résistance!
    Saugrenu? Que nenni !
    En voici la preuve :
    L
    es candidats, nouveaux, neufs, providentiels, opportunistes, anciens, usagés, permanents ou aléatoires, nous nous jurent ab imo pectore (du fond du cœur), et avec l'abnégation qui caractérise tous les impétrants aux fonctions rentables, qu'ils sont dignus est intrare ( digne d'entrer).
    Et ils nous disent et redisent, puisque bis reptita placent (plus une chose est répétée, plus elle plait), il leur faut un consensus omnium ( consentement est universel) et pas pour dix minutes, mais Ad vitam eternam (pour la vie éternelle) .
    Ils sont entourés d'une pléiade de conseillers, adjoints, experts, collaborateurs de toute sorte, car, c'est bien connu, vae soli (malheur à l'homme seul).
    Néanmoins , les candidats n'étant que ce qu'ils sont, ejusdem farinae (ils ont les mêmes vices), et il arrive que l'un ou l'autre réclame pour l'autre ou l'un l'application stricte de dura lex, sed lex ( la Loi est dure mais c'est la Loi).
    Au fait, avez vous remarqué que la Loi applicable à l'
    un est majusculée quand elle s'applique et minusculée dans les autres cas?
    Pendant ce temps, les gens commencent à penser que Timeo Danaos et dona ferentes (Je crains les [prometteurs], même lorsqu'ils font des cadeaux) et finalement la vox populi, vox dei (la voix du peuple,qui est bien entendu la voix de dieu) commence se poser des questions, car carpe diem quam minimum credula postero (Cueille le jour présent, en te fiant le moins possible au lendemain).
    On entend deci, delà, credo quia absurdum (je le crois car c'est absurde), ça va desinit in piscem (finir en queue de poisson).
    D'autres plus informés affirment qu'Errare humanum est, perseverare diabolicum (Se tromper est humain, persévérer est diabolique), et qu'à force de divide ut reges (diviser pour régner). Pourtant  le vainqueur dira,campagne, quand tu nous tiens en mai, alea jacta est (le sort en est jeté).
    Et du perron de l'Elysée, on entendra ecce homo (voici l'homme), donc fiat lux (que la lumière soit), et l'élu ricanera dans sa barbe vae victis (malheur aux vaincus).
    Il ne le saura peut-être pas, mais donec eris dives multos numerabis amicos (tant que tu seras riche tu auras beaucoup d'amis). 
    Et le bon peuple  pourra, comme à l'accoutumée , penser, puis dire et finalement hurler Vanitas vanitatum et omnia vanitas (Vanité des vanités, tout est vanité)
    Que voulez vous ? vous savez bien que homo homini lupus est (l'homme est un loup pour l'homme)...

     images : arretetonchar.fr ; lencyclopedix.free.fr


    3 commentaires
  • Ce matin, un titre de la presse a mis en mouvement les quelques neurones qui constituent les plots de départ de ma colère et la preuve de la ridicule prétention de ceux qui,  en charge de rapporter les événements, se croient au dessus du niveau intellectuel du français moyen, de vous , de moi, de nous tous, finalement.
    Le Monde, journal pourtant habituellement à peu près lisible, sur son site internet, titre sans complexe :
    Ce qu'il faut retenir du passage de Jean-Luc Melenchon dans l'émission-politique. ( google actualités du 24 février 2017 )
    En somme, l'auteur de l'article, et par conséquent le rédacteur en chef du journal qui en a autorisé la publication,  considèrent le lecteur comme incapable de tirer seul ce qu'il désire retenir de ladite émission.
    Nous sommes donc, puisque lecteurs potentiels, sots, ignares et incapables de réflexion, et eux seuls sont en capacité de comprendre . Et le courageux anonyme (l'auteur n'a pas signé l'article..) insiste lourdement en précisant, au cas peut-être où un lecteur ignare aurait oublié qu'il lit l'oeuvre d'un génie :
    Retour sur les principaux points à retenir  de cette émission.
    J'ai, au départ, envisagé de réagir à l'article dans l'espace réservé à cet effet, mais je n'ai pas insisté, car il faut, pour pouvoir écrire sa réaction, payer un droit .
    Je ne suis pas, loin de là, contre une participation pour aider les journaux à vivre, mais je n'ai pu me résoudre à payer en étant pris pour ce que le journaleux auteur de l'article ne voudrait pas qu'on le prenne.


    7 commentaires
  • Il y a bien longtemps, Umar Khayyââm, vous savez, le fils du marchand de tentes, disait :
    "Les savants et les sages les plus illustres ont cheminé dans les ténèbres de l'ignorance.
    Pourtant, ils étaient les flambeaux de leur époque.
    Ce qu'ils ont fait ?
    Ils ont prononcé quelques phrases confuses, et ils se sont endormis. "

    ( verset 21 des rubbayats selon Fitzgerald )
    .....et les proverbes sont là ….
    De deux mots, faut-il choisir le moindre ?
    Tant va la cruche a l’eau qu’elle finit par être remplie.

    Tel qui a jeûné vendredi aura faim dimanche aussi.
    Neige en novembre Noël en décembre
    Deux bons " tiens " valent mieux qu’un tu ne l’auras pas.
    La nuit, tous les chats gris sont aussi gris que le jour.
    La faim est la fin de ceux qui n’ont pas les moyens.
    Bière qui roule n'amasse pas de mousse.
    Quand le Shah n'est plus là les ayatollahs dansent( proverbe iranien )
    Les bons comptes ne font pas forcément les bons marquis
    Qui perd ses verres n'a plus que sa monture
    Qui veut voyager loin achète une voiture.
    Chacun pour moi et Dieu merci
    Point n'est besoin d'espérer pour se faire prendre.
    La politique rend fou, les politiques ne rendent rien.
    Quand il pleut des médailles, le sage est à l'abri.
    Un grand homme n'est pas toujours un homme grand, mais un gros con reste un con, même si il maigrit.
    L'agent ne fait pas le bonheur des mauvais conducteurs
    Rien n'est pire que mourir si ce n'est mal vivre
    Au pays des borgnes les aveugles ne voient rien
    Espérez, espérez, on vous promettra toujours quelque chose.
    Aller à la pêche ne signifie pas prendre du poisson..
    Il n'y pas plus loin de l'espoir au bonheur que de la main à l'outil.
    Avoir les yeux plus gros que le ventre donne une drôle de silhouette.
    Ce que donne ma main droite est aussi perdu pour ma main gauche. (Harpagon)
    Le ventre affamé d'un sourd n'a pas d'oreille non plus.....
    Finalement, on lui fait dire ce qu'on veut, à la sagesse populaire, n'est-il pas ?

     


    6 commentaires
  • francophonie, J.O., publicité, choucroute Quand Monsieur de Coubertin remit les J.O.  en marche vers la fin du 19ème siècle, le français en  fut la première langue officielle, suivie peu après par l’anglais, logiquement, puisqu’un français était à l’origine de l’affaire, et que ces deux langues étaient parlées un peu partout dans le monde, en raison des empires coloniaux .
    Et tout le monde s’en portait bien .
    Puis est venue la mode des globish, franglais et autres sabirs aussi sots que grenus ayant donné aux snobs (ceux qui, selon Monsieur Larousse, affectent et admirent les manières, les opinions qui sont en voguefrancophonie, J.O., publicité, choucroute dans les milieux qui passent pour distingués et qui méprisent tout ce qui n'est pas issu de ces milieux).
    En somme ceux que les vrais gens ont nommés, selon les époques zazous, bobos, mirliflores , toqués, minets, dandys, muscadins ou gommeux, renforcée par l’admiration inconditionnelle d’un outre-atlantisme béat et crétinisant , qui nous a apporté entre autre imbécillités, la notion de première dame, "titre" donné à l’épouse du Président de la République, espèce de tentative de royaliser la fonction pour grandir l’ego d’un petit locataire de l’Elysée.
    Et maintenant, comme tous les quatre ans, des villes sont candidates pour organiser ces réunions sportives, et font tout -et n‘importe quoi- pour attirer le chaland, et – et peut-être surtout- ses sous.
    C’est ainsi que de lumineux allumés ont fait tout leur petit possible pour donner à Paris, capitale française toutes les chances de décrocher la timbale.
    Et ils ont réfléchi, se sont réunis, ont consulté, ont créé des commissions, -et touché beaucoup de sous - pour pondre le slogan imparable qui tentera les terriens comme la confiture attire les mouches.
    Et ils l’ont éructé, peaufiné, présenté aux autorités qui l’ont agréé avec un enthousiasme digne du roi UBU et ils ont affiché les trois mots "Made for sharing" en lettres de feu sur la Tour Eiffel, qui, la pauvre, n’a rien pu faire pour les en empêcher.
    francophonie, J.O., publicité, choucroute Cette expression, qu’ils n’ont même pas inventée, fut employée à de nombreuses reprises dans des publicités pour des bonbons, des biscuits et autres gâteries bien entendu anglo saxonnes.
    Si encore, ces têtes presque pensantes avaient eu, pour une fois une idée saine, et inscrit leur traduction ( approximative ) "Venez partager" suivie des trois mots en anglais, ont aurait pu penser qu’ils avaient envisagé ainsi de plaire à tout le monde.
    Mais ce serait faire grand cas du niveau de ces zazous, bobos, mirliflores , toqués, minets, dandys, muscadins ou gommeux.
    Mais ils sont payés pour penser, alors ...

    images : 1dex.ch; laristo.hautetfort.comphoto.ina.fr


    6 commentaires
  • En 1958, Christian Jaque racontait, dans son film "La loi c’est la loi", les aventures d’un douanier français, né italien dans un village frontalier bizarrement partagé entre France et Italie , la limite nationale passant au milieu de la maison de sa naissance , ce qui lui donnait l’occasion de cette splendide réplique " parce que je suis né dans la cuisine je suis italien, alors, si j’étais né dans une écurie, je serais un cheval ?"
    Le droit du sol (les vieux latins disaient jus soli ) est la règle de droit  attribuant une nationalité à une personne  en raison de sa naissance sur un territoire  donné, avec ou sans conditions supplémentaires.

    Le droit du sang ( jus sanguinis ) , est la règle de droit attribuant aux enfants la nationalité de leurs parents, quel que soit leur lieu de naissance .
    En nos temps de folie, ces "droits" sont générateurs de décrets vaseux, de lois douteuses , et d’une ascension exponentielle de la bêtise de ce qu’on est bien obligé de dire des humains .

    … Être né quelque part 
    Pour celui qui est né 
    c'est toujours un hasard …
    chantait Maxime Leforestier.
    Pour ma part, étant né sur cette planète, je jouis - dans tous les sens du terme - de mon état de terrien, et ma citoyenneté est donc … terrienne. Et je suis par conséquent Citoyen du Monde, bien que ne détenant aucun document l’attestant .
    Pourquoi, d’ailleurs, aurait-on besoin d’un document prouvant que nous sommes né sur Terre , puisque, quoi qu’en disent quelques allumés, et jusqu’à preuve du contraire , personne, parmi les quelques milliards de quidams qui hantent ou ont hanté les terres émergées et les océans , aucun n’a vu le jour(1).... ailleurs.

    Ces "droits" ont été, au cours des millénaires, causes de drames, de crimes et, bien entendu, de montagnes de profits .
    Nombre de natifs d’ici ou de là a ressenti le besoin de se dire d’ici ou de là, et évidemment de réduire à sa plus simple expression le droit d’être de partout, celui qui s’en recommande étant considéré comme envahisseur et donc prédateur potentiel.
    D’où les joyeusetés qui ont agrémenté la vie des terriens depuis qu’un néanderthalien lambda ou australopithèque bêta a inventé la massue et démontré grâce à elle sa "supériorité", ou celle de sa tribu, de son ethnie, de sa couleur, mais a surtout prouvé son indigence d’esprit.
    Personne n’est donc ni supérieur, ni inférieur à qui que ce soit en raison de son lieu de naissance.
    Même - et peut-être surtout – ceux qui s’en gargarisent, qu’ils soient d’ici, de  là ou d’ailleurs, et envisagent de honteux murs de pierre, de terre ou ...de mots, pour isoler leur insuffisance  !

    ________________________________

    (1) dans le sens lieu de naissance, bien sûr ...


    6 commentaires