•      On parle beaucoup, ces temps-ci , de vulgarité, d' attentats culturels et autres insanités. Je me souviens de quelques incidents survenus au cours de l'année 2007. 

         Je vous livre ce qu'ils m'ont donné à penser :

        Une secrétaire d'état, venant de "l'ouverture" affirme qu'il est "dégueulasse" d'utiliser l'ADN dans le cadre du contrôle de l'immigration.  Des députés de la majorité, et en particulier celui qui parlait de " putes " il n'y a pas bien   longtemps "s'offusquent", et la déclarent vulgaire.        
         Un député - de l'opposition, naturellement -  rigole et affirme que la dite secrétaire d'état doit aller au bout de sa logique et démissionner, ce à quoi la secrétaire d'état mal embouchée  rétorque que les députés de l'opposition ont laissé les gens vivre dans des endroits "dégueulasses" quand ils étaient la majorité.

         Selon les uns, il n'est pas bienséant, quand on est membre d'un gouvernement, de tenir des propos malséants au sujet d'une  décision dudit gouvernement. Il semble que les tenants du ci-devant gouvernement considèrent  qu'ils ont seuls le droit d'émettre des propos  orduriers.  Selon d'autres,    quand  on  vient  de "l'ouverture", on doit garder son franc parler. Surtout quand on attaque la majorité. Ou alors fermer sa ... bouche. 

         Un  "philosophe" traite un  conseiller présidentiel de raciste, ce dernier affirme haut et fort que le "philosophe" est un petit con prétentieux.

         Il n'est pas très malin, pour un "philosophe" titulaire d'une rubrique dans un hebdomadaire d'utiliser le mot "racisme" en parlant d'un  conseiller direct du patron    de     la    Vulgaritérépublique.  Il  me  semble   que  ce "philosophe", qui se dit aussi écrivain, devrait posséder suffisamment de mots, d'expressions, litotes ou métaphores pour dire la même chose, sans pouvoir être accuser de grossièreté.

         Ou alors...

         Il n'est pas très intelligent,  pour un conseiller présidentiel de répondre audit philosophe qu'il est un petit con prétentieux. Là aussi, il est loisible de supposer que ce conseiller pourrait posséder un vocabulaire suffisant pour dire la même chose, sans grossièreté, et en ayant les rieurs de son côté.

         Ou alors...

         Un "artiste" a le culot de peindre une toile uniformément en blanc et de l'intituler oeuvre d'art. Un directeur de galerie, très connaisseur en arts, Vulgaritél'expose aux yeux esbaubis d'un public "connaisseur ".

         Une jeune femme dépose un baiser sur ce "tableau" et y laisse la trace de    ses jolies lèvres, ce qui pourtant lui donne un  sens (au tableau, bien sûr).

         Un procureur, ou plutôt un vice-procureur (il n'y a là aucune allusion) la poursuit pour dégradation d'œuvre d'art. 

         Quelques imbéciles éméchés entrent par effraction dans un musée et endommagent la véritable oeuvre d'art d'un véritable artiste.

         Une ministre de la culture  réclame pour l'embrasseuse   et les pieds nickelés une peine exemplaire. Heureusement, on ne guillotine plus dans notre belle république.

         Quelques zigotos, lors de l'inauguration  d'un festival artistique déposent du gazon sur un monument commémorant la présence américaine en Nouvelle-Calédonie. Le maire de la ville, outré,  envoie les pompiers  retirer le gazon.

         Une journaliste déclare courageusement au journal télévisé, en commentant ce crime lèse-sauveurs du monde,  que  si on continue, bientôt on brûlera des livres lors des manifestations culturelles.

         Où est la vulgarité, d'après vous ?

      


    votre commentaire
  • 666

         Il y a eu à ce jour 666 visiteurs sur ce blog.
         Soit 7,9285714285714285714285714 visiteurs par jour. Presque 7.93.
       666  En 793, Karl der Grosse, plus connu sous son nom français de Charlemagne       commençait la construction d’un canal entre le Rhin
     et le Danube. Ce canal ne fut jamais achevé, mais il en reste des traces pas très de loin  de Ratisbonne, la Regensburg germanique.
       Certains prétendent qu’il avait l’intention de faciliter le transport de marchandises entre  la Rhénanie et la Bavière. D’autres affirment qu’il voulait ramener sa flotte du Danube vers le Rhin.
         D’autres encore, et j’aime bien cette idée envisagent que ce canal devait faciliter le voyage entre 666Aix la Chapelle , résidence de Charlemagne, et Constantinople, où régnait   la byzantine Basilissa Irène, qu’il aurait convoitée et qui, elle,  n’aurait pas été insensible aux charmes du rude roi des francs.   
        Eginhardt, chroniqueur  de Charlemagne l’aurait suggéré et l’ineffable  François Cavanna, ci-devant journaliste à  Charlie Hebdo et écrivain  que je n’hésite pas à qualifier de génial a repris cette idée dans "   la Couronne d’Irène"  suite des aventures de Renaud, le rescapé de Roncevaux, Raymond  le serviteur  fidèle et la belle ex- esclave Tamara , qui avaient débuté dans "  les  Fosses Carolines ".
        Nous sommes loin des 666 visiteurs direz-vous ?
        Pas tant que ça, finalement. Car, a force de suivre mes élucubrations, vous aurez la bête de l’apocalypse dans la tête, et 666 est le chiffre de la bête de l’Apocalypse.    
        C’est renversant, non ?  et ça me fait penser qu’en renversant 666 on obtient 999, qui serait le chiffre symbole de justice et 666de vérité.
         Et c’est aussi le nombre de points la Voix, le catéchisme de l’Opus Dei,  …Justice, Vérité, Germanie, Opus Dei, Ratisbonne, propos étranges ….Apocalypse ???? 

     


    4 commentaires
  •      Nous sommes en période électorale.
         Chez vous, là bas, au-delà des mers, vous allez élire des gens qui vous représenteront au Parlement Européen. Nous aussi, et en même temps que vous. Mais ici, sur l’île qu’on dit de Lumière, ce sont d’abord les représentants aux assemblées de Province et au Congrès locaux qui se présentent aux choix des gens. et c'est plus importants pour les gens d'ici, qui, comme les gens d'ailleurs, sont persuadés d'être le pivot du Monde.
         Et ici comme là bas, après ces élections, le monde sera meilleur, il y aura moins de pauvres, moins de solitude, moins de ceci, plus de cela  et peut-être même bien plus encore.
        ElectionsOn dit  que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. Cette formulation est un lieu commun. Tout comme quand on dit que   les espérances sont éternelles. Les unes précèdent  les autres, dans n’importe quel ordre, le monde étant ce qu’il est, et pas grand-chose ne change. Aucune élection  n’a jamais rendu les pauvres plus riches, si ce n’est en illusions, ni les riches plus pauvres si ce n’est en espérances....
         Ces derniers jours, un homme important, a qui il était reproché de n’avoir point tenu sa promesse, a fait une réponse dont le sel ne vous échappera pas :
       " Non, non, non ! Ce n’est pas une promesse que nous n’avons pas tenue ! C’est une  promesse que nous n’avons pas pu tenir "
         La nuance est de taille, n’est-il pas ?  Comme il ne s’est pas répandu en explications, je vous laisse deviner ce qui a pu passer par la tête de es interlocuteurs.
         Ceci posé, il est facile de ricaner, se moquer ou ironiser sur les élections.
         Que ferions-nous si nous étions à la place de ces vaillants pourfendeurs de misère ?
         Mieux ?
         Pire ?                          Elections
         Allez savoir. !
         Le nouvel élu se trouve dans la situation de celui qui vient d’être promu et doit diriger ( ou commander, selon les fonctions ). La vision des problèmes change radicalement, et forcément la façon d’agir aussi. Au début, il est possible de tenir compte de ses propres idées " d’avant "  et d’agir en conséquence.
         Mais cela ne dure que le temps d’une lune de miel. Et les fossés se creusent, devenant parfois des abysses, et, plus rarement,  se comblent dans une entente harmonieuse.
         Alors ?
         Que faire ? 


    votre commentaire
  • L'Amour, c'est bien connu, est comme la Justice   Amour aveugle (Sonnet)
    Aveugle et sans complexes, mais plein d'artifices.
    Ne pas voir ni juger les gens que l'on aime
    Est la solution de tous les problèmes.

     

                                                      Si une dame dans la rue vous sourit
                                                      Rappelez-vous, de Fernandel, la Félicie
                                                      Et faites rapidement un inventaire
                                                      De tout ce qui, chez elle, peut se défaire 

    Amour aveugle (Sonnet)

                    
           Des cheveux, un sein , un œil ou  encore  des dents
           Ôtés et jetés en tas, n'importe comment ,
           Ou sur le chevet posés délicatement,


                         Ne seront  pas obstacles à vos élans
                         Si vous fermez les yeux dès le premier instant
                                            Rien ne viendra troubler vos accommodements.


    Amour aveugle (Sonnet)Moralité

    La justice aveugle  a fait des borgnes les rois
    Du pays des aveugles, mais là-bas comme ici
    Les borgnes amoureux sont aveugles eux aussi.

     


    1 commentaire
  •      Jolis mots.
         Mais ces jolis mots ne sont, justement, que des mots.
         Ils signifient que ceux qui en font partie, (et sont payés pour cela, parfois très cher...) sont au service du public. C’est à dire que leur métier est d’assurer au public, à vous, à moi, à nous, un service, qu’il soit de protection, de transport, de communication ou simplement de vie .
         Seulement voilà. Cette cochonne de nouvelle grippe  est arrivée. Et on a Service publicvu – et on verra  encore – des agents chargés d’un service public, en l’occurrence un service de transport aérienService public exercer leur droit de retrait, formule qui permet  à un agent de ne pas travailler quand il peut craindre pour sa vie. 
         Ils ont été immédiatement remplacés par un équipage de ‘ réserve’, composé bien sûr d’agents du même service,  qui semble-t-il, ne craignait  d’affronter le danger, ou….. qui étaient prévus pour préserver la santé des autres. Dans notre  beau pays, et dans ces circonstances, on constate que certains agents – ceux qui exercent leur droit de retrait – sont en danger et que d’autres - ceux qui vont assurer le service à leur place - ne le sont pas, ou bien qu’ils sont ‘ sacrifiables ‘.
         Que pouvons-nous déduire de cette situation ? On peut penser,  par exemple, qu’une sélection a été faite par les diverses et variées directions qui auraient décidé que quelques uns peuvent risquer leur vie et les autres non. Sur quels critères se baserait-on dans ce cas ?
         On peut imaginer aussi que les agents  en retrait sont des gens malades, fragiles et susceptibles d’être gravement mis en danger quand un virus issu Service publicdes Amériques  vient perturber la belle ordonnance  de la santé mondiale, puisqu’il est dit que ledit virus, même virulent, est vraiment dangereux pour les gens qui sont fragilisés par l’une ou l’autre des affections  qui traînent de ci ou delà.
         Mais dans ce cas, en temps normal, ces gens là, malades, pilotent des avions chargés de gens en principe en bonne santé.
         Inquiétant, non ?
         A qui doit on s'adresser pour exercer son droit de retrait des bénéficiaire des services publics ? 


    votre commentaire
  • Anniversaire

         Aujourd’hui, 30 avril 2009, la Légion Etrangère commémore le massacre de Camerone, épisode sanglant s’il en fut d’une guerre déclenchée pour une minable histoire de gros sous. 

         Tout le monde se souvient du Capitaine Danjou, dont la main de bois est la plus belle relique de la Légion. Quelques uns se rappellent vaguement les Sous-lieutenants Vilain et Maudet, mais qui a en mémoire le nom du caporal et des deux légionnaires survivants ? 

         Toutes les guerres sont imbéciles, et dans chacune d’elles des centaines, des milliers, des millions mêmes de jeunes vies ont été, sont, et malheureusement seront sacrifiées aux ambitions idiotes et aux appétits de fous mégalomanes. 

         Ces vies sont, évidemment, celles des petits, car, sauf quelques exceptions qui ne font que confirmer la règle, il est très rare, extrêmement rare même qu’un général ayant commandé un assaut, ou n’importe quel autre opération destinée à devenir un souvenir glorieux attaché à son nom, périsse au cours de "l’affaire". 

         Je n’ai rien contre les généraux, ils sont, hélas, un mal nécessaire en nos temps incertains. Je voulais seulement sortir de l’oubli quelques unes des victimes tombées de leurs folies.

         Donc, Caporal Maine, Légionnaire Constantin et vous, 

    AnniversaireLégionnaire Wensel, je m’incline respectueusement devant vous, car, même si vous vous  êtes battus  pour une cause  misérable,  qu’on  ne  vous  avait  d’ailleurs  même pas expliquée,  vous l’avez fait avec un courage et une foi exemplaires. 

         Merci de cette leçon d’abnégation que vous avez donnée.


    2 commentaires
  •  

     à gerber...

         Un imbécile a volé la gerbe déposée au Mémorial de la Déportation en hommage aux homosexuels victimes de la barbarie nazie.  

        Des voix se sont élevées pour que l'honneur rendu aux homosexuels déportés n'ait pas lieu en même temps que celui rendu aux autres victimes. 

    à gerber...

         Il y a dans notre monde des monstres qui regrettent ce temps où une simple dénonciation courageusement anonyme permettrait d'envoyer à Dachau, Treblinka, Auschwitz et autresà gerber... camps de la mort des gens dont le seul crime était de ne pas être dans leur norme, parce qu'ils ne voulaient pas accepter l'envahisseur, parce qu'ils étaient juifs, communistes, homo, noirs ou gitans.      
        Ces  misérables dénonciateurs, veules et sans âme, dont certains ont pourtant eu quand même les honneurs de la république poursuivent leur pauvre petite vie de minables avec, et c'est terrible, la satisfaction d'avoir accompli un  devoir en commettant  ces horreurs. 

           Je ne suis ni juif, ni communiste, ni même résistant ou homosexuel.  Je ne suis qu'un homme, et je ne suis pas fier de faire partie de la même humanité que ces individus ignobles  qui jouissent de salir, que ceux là qui affirment sans vergogne que les arabes et les noirs sentent mauvais, que les autres sont ou ne sont pas.

         J'en connais. Mais je ne veux pas être de leur monde et ne les dénoncerai pas. Un jour ils seront pesés, et le poids des douleurs des victimes, de leurs victimes sera écrasant . 

          Dieu leur pardonnera.  Peut-être.
          Pas moi.
          Je ne suis pas Dieu.

     


    6 commentaires
  •      Ce matin pour nous autres qui sommes pour vous des antipodiens et hier Correction !!soir pour vous autres qui êtes pour nous tout aussi antipodiens, les Girondins de Bordeaux ont gagné la finale de la Coupe de la Ligue de football en battant le Vannes Olympique Club par  quatre buts à zéro.
         Un olibrius  s’est cru autorisé, en parlant de ce score, à employer le mot "correction ". Cette parole n’aurait eu aucune résonnance  s’il s’était agit d’un quidam s’exprimant au comptoir d’un bistrot.
          Mais ce mot était en titre du journal télévisé de France 3 le 25 avril vers 23 heures.
         Ce qui signifie que, dans l’esprit de ce benêt (étrange association de mots,  mais il faut quand même savoir lire et écrire pour être employé à la télévision ) dans l’esprit de ce benêt, donc, il est évident qu’un " petit " club de football doit être corrigé quand il ose s’attaquer à un "grand " club.
         Mais peut-on reprocher à un esprit étroit d’employer des mots dont il ne connaît ni le sens ni la portée?
        S’il était un jeunot, on pourrait le priver de dessert, voire de télévision. Mais, hélas, c’est un adulte, et il a été embauché à la télévision pour participer à la mission de ce vénérable organisme, qui est d’être un élément d’éducation des masses.
         Pauvre France 3 qui en est réduite à embaucher ce genre Correction !!d’ignare incompétent. Il est vrai qu’il est qualifié en la matière.
        A moins qu’il n’ait été embauché justement pour encourager les houligans supporteurs à un peu plus d’imbécillité. Je ne le crois évidemment pas. 
       Je trouve, moi, pour avoir regardé le match, que les vannetais ont fait tout ce qu'ils ont pu, avec courage et ténacité, même si les girondins étaient manifestement plus forts, et qu'ils ont été tout près de réduire le score.
        Mais cela ne change rien au mérite des vainqueurs. Ni à la bêtise de l'auteur de cette insanité.

     


    votre commentaire
  •   Surtaxe  C’est bientôt la saison. Bientôt l’été. Bientôt sur les plages les maillots, les ventres plats et les cuisses fuselées vont s’étaler à l’admiration voire à la convoitise des badauds. Bientôt, partout, sur toutes les plus petites portions de sable blanc bordant une onde turquoise de par le monde, il n’y aura plus que des sylphides et des éphèbes, des tanagras  et des M. Muscle.
        Bientôt, les vénus hottentotes, les gros, les obèses, les ventrus, les fessus et autres gras du bide auront disparu. Où tout au moins ceux qui auront voyagé sur la compagnie irlandaise au nom de soldat perdu.
        En effet, les dirigeants de cette joyeuse bande de gais lurons ont décidé de taxer les passagers ayant atteint un poids  qu’ils jugent excessif, un tour de taille trop grand  ou encore des hanches plus larges que les sièges riquiquis qu’ils nomment fauteuils sans même rire.
        Cette horde de  lointains descendants des épiques celtes est même allée jusqu’à envisager de taxer les toilettes. Mais cela devrait consoler les gros : ils ne peuvent pas entrer dans les toilettes.
         Bientôt, pour voyager à tarif réduit avec cette " compagnie "  , il faudra payer  pour monter à bord, payer pour s’asseoir, payer pour se lever, payer pour regarder par le hublot , payer pour  mettre son bagage  dans l’étroite case prévue à cet effet, payer pour avoir droit à un masque à oxygène, une petit sac vomitoire, payer si on n’est pas assez maigre pour se mettre à deux sur le même siège, et, le voyage fini, payer pour descendre.
         Mais finalement, cette histoire grotesque a tout de même une moralité : les gros peuvent voyager en classe affaire, où les sièges sont plus larges. Et surtout beaucoup, beaucoup plus chers.
        29% des clients de ce qu’il est malheureusement convenu de nommer une compagnie aérienne ont,  selon la direction, approuvé cette mesure. Surtaxe
        J’ai une idée:quelqu'un pourrait leur   proposer   une taxe sur la connerie (ce n’est pas poli, mais ils ne méritent pas mieux ), ils pourraient  déjà taxer 29 % de leurs clients , mais bien entendu les lumineux qui ont pondu cette idiotie paieraient deux fois .
         A tout seigneur tout honneur, n’est-il pas ?

     


    1 commentaire
  •  

        

    vie fœtale

    Un mercredi de  février 2008, la Cour de cassation de Paris a jugé  qu'un fœtus né sans vie peut être déclaré à l'état civil, quel que soit son niveau de développement.

         Si cette décision, prise pour faire suite à la demande d'une femme qui ne pouvait parvenir à faire son deuil à la suite d'une fausse couche, est, à première vue, louable et a une tendance à la compassion, elle ouvre néanmoins la porte à des dérives pour le moins dangereuses, qui, les magistrats étant ce qu'ils sont, n'ont pas pu ne pas être évoquées, pesées, et finalement écartées. 

         Le fait de  dire qu'un fœtus mort  peut être déclaré à l'état civil, lui  reconnaît implicitement une identité, donc une vie légale. La vie, juridiquement,  ne commencera donc plus à la naissance, mais à la conception, ce qui est la base des théories des anti-avortement, et remet tout aussi ipso facto que de facto en cause l'interruption volontaire de grossesse, qui devient ( ou plutôt  redevient ) un crime.

         En effet, si il peut être déclaré né sans vie , le fœtus était évidemment vivant avant,  car, même dans l'ère sarkoziste , il faut être vivant pour pouvoir mourir. Donc il faut, à peine de se méjuger, que la Cour de Cassation rende obligatoire la déclaration à l'état civil de tout embryon, dès que son existence est connue, et finalement exige la déclaration provisoire en mairie de tout acte sexuel dans les quarante-huit heures de sa commission, avec la production  de témoins, quitte à annuler cette déclaration si la conjonction n'a pas produit l'effet pour lequel elle est prévue , c'est à dire la procréation.

         Quand il s'agira d'une fausse couche, les tribunaux, qui seront forcément saisis, puisqu'il y aura eu mort d'être, pourront conclure à un homicide involontaire, qui pourra être considéré comme un accident. Cependant, il y aura forcément suspicion de faute , tant il est vrai que si on a respecté toutes les règles de conduite,  d'hygiène, de modération et de tout ce qui a pu se passer depuis la naissance de la mère, ce drame, tout au moins juridiquement, ne peut pas se produire . 

         Quand il y aura interruption volontaire de grossesse, il y aura forcément crime, puisque les trois éléments constitutifs de l'infraction seront réunis , à savoir l'élément  matériel : l'IVG, l'élément légal : le fœtus, humain puisqu' ayant  une identité, qu' il est interdit de tuer, et l'élément moral: l'intention coupable , puisque le médecin et la patiente ( peut-on utiliser le mot "parturiente" dans ce cas ?) auront du mal à faire croire qu'il s'agit d'un  fait indépendant de leur volonté.

         Par ailleurs, les disciples d'Onan ont tout intérêt à encore plus masquer leur distraction favorite, car qui nous dit qu'un jour un illuminé 

    vie fœtale- et il n'en manque pas dans nos sphères " dirigeantes " –

     ne nous déclarera pas que la projection de spermatozoïdes ailleurs que dans le réceptacle prévu par le Créateur pour la pérennité de l'espèce ne sera pas elle aussi considérée comme une atteinte à la vie . 

         Peut- être pourrait-on trouver les origines de cette décision dans les accointances entre l'ancien inquisiteur qui règne à Rome et le petit homme pieux bien que trois fois marié qui croit régner à Paris ? C'est  Malraux, devenu avec l'âge plus proche des Cieux qui, je crois, a affirmé péremptoirement que le 21ème siècle sera spirituel ou ne sera pas. 

         Et il se  trouve, que, par un concours de circonstances finalement pas si étrange que cela,  les plus chauds partisans anti-avortement se rencontrent et se recrutent chez nous dans les rangs des  religieux...convaincus. 

        Ah !  Courage, Madame Veil, vous allez encore  être insultée par les tenants de l'obscurantisme machiste, marque de fabrique des assemblées que nous avons - assez inconsidérément, il faut bien l'avouer  - élues au cours de ce siècle ... matérialiste.

         Nous vivons une époque formidable.

     


    5 commentaires