• mythe, rêve et piège à c...non pensantsS’il est des images affichées dans les agences de voyage  qui font rêver ,  le mythe de la vahiné  dorée  se prélassant à demi nue sur le sable blanc des îles sous le vent  en est le parangon. 
    En achetant pour son  pesant d’or son ticket pour le rêve des Isles, le candidat à la félicité, presque sans fermer les yeux, se voit tout nu et tout bronzé  sur un  transat, les doigts de pied en éventail, une  superbe  vahine vêtue de noix de coco  chantant à ses pieds une mélodie envoûtante, tandis qu’une autre agite mollement un  éventail en feuille de palmier  pour concentrer sur lui le souffle léger de l’alizé, et qu’une autre encore joue du ukulele tandis qu’un  tane  au torse  musclé et doré rythme la musique en tapant  sur un toere ou un faatete..
    Il se voit bourlinguant sur un voilier entre les Marquises, les Gambiers, Lifou, Nouméa, Iva Hoa, Maupiti, Moorea, Les Isles du Vent et les autres Sous le Vent en admirant voire  en se repaissant de ces filles couleur de soleil.
    C’est aussi vrai que  le rêve du  Polynésien,  qui, en achetant son ticket pour encore plus cher à Faaamythe, rêve et piège à c...non pensants verrait les Auvergnats danser la bourrée dans toutes les rues de Clermont-Ferrand , les Ch’tis déguisés en facteurs pissant dans tous les canaux en  avalant une bistoule pour faire passer le maroilles,   les bretons scruter la mer en pleurant leurs marins disparus , les Alsaciens-Lorrains fourbissant leurs pertuisanes  en prévision de la prochaine invasion  venue de l’Est, et les marseillais jouer aux boules sur le vieux port en  mythe, rêve et piège à c...non pensantsgalègeant au sujet de la sardine du Vieux Port.
    Ces affiches ont le même but que celles qui nous montraient, aux temps des joyeux étripages  lointains, un jeune parachutiste l’air martial et content de lui, bardé de médailles avec un extrait de "If"de Kipling  "alors les Rois, les Dieux,.....tu seras un homme, mon fils "
    Quand il s’agit de faire croire aux gens que le paradis ou la gloire sont ailleurs, les publicitaires s’en donnent à porte monnaie ouvert.
    On pourrait aussi, en l’occurrence parler de publiciste, puisque ce mot désignait, dans un sens vieilli un journaliste et que les publicités passent par les journaux.
    Et, si on avait l’esprit tordu, puisque ce mot désigne un spécialiste de droit public, et que ledit droit public traite, entre autres, des relations des états avec les particuliers....
    Surtout aux moments des "étripages" constants ou ponctuels.
    Mais, il faut aussi se souvenir de ce que le rêve est gratuit, sans engagement et en nos temps de presque disette, un moment gratuit n’est pas à négliger.
    Non ?

    images :  argoul.com ; daylimotion.comdaylimotion.com


    7 commentaires
  • comptes d'apothicaires gauloisEn nos temps férus d'enrichissement,  notre bonne vieille Europe , et en particulier sa partie francophone, on compte différemment selon qu'on soit d'ici ou de là.
    En Belgique et en Suisse, on utilise les mots septante et nonante au lieu de soixante-dix et quatre-vingt-dix.
    Les Suisses qui, c'est bien connu, ne font rien comme tout le monde, font même, parfois, en plus, usage, du mot octante (ou même huitante) pour quatre-vingts.
    D’où vient cette façon différente de nommer les nombres?

    Du temps des Gaulois, la façon de compter reposait sur le chiffre 20.
    Ce système, qu’on appelle vicésimal (*), a été utilisé en France jusqu’au Moyen-Âge. Les multiples de 20 se disaient et s’écrivaient alors vint (20), deux vins(40), trois vins (60), quatre vins (80), cinq vins (100), six vins (120) et ainsi de suite.
    De ce  système il ne nous reste  que le mot quatre-vingts.
    Pour les chiffres se situant entre deux tranches de 20, on ajoutait à la tranche de 20 précédente un chiffre compris entre 1 et 19 : par exemple, vint et dis (30), deux vins et dis (50), quatre vins et dis neuf (99).(**)
    Un système concurrent fait son apparition à la fin du Moyen-Âge. Il s’agit du système décimal, qui consiste à compter par tranche de dix. Dans cinquante, soixante, septante, octante, nonante, on retrouve le chiffre par lequel on multiplie dix.
    Ainsi septante, c’est 7 (sept) * 10 (-ante); octante, c’est 8 (octo) * 10 (-ante).
    Au XVIe siècle, l’usage mélangeait déjà les deux systèmes de numération.

    On entendait trente plutôt que vint et dis, mais aussi six vins. À l’époque, le système décimal est lacomptes d'apothicaires gaulois marque des gens cultivés.
    Mais au XVIIe siècle, la mode change et des grammairiens comme Vaugelas et Ménage vont précipiter l’abandon des formes septante, octante et nonante, qui subsistent dans certaines régions de la francophonie.
    L’usage consistant à relier la dizaine à l’unité par un "et" a connu un sort similaire. Nous n’avons conservé cet usage qu’avec le 1 (et le 11), comme dans vingt et un, trente et un, etc. jusqu’à soixante et onze.
    Au-delà de 71, le "et" n’est plus de mise : on dira donc quatre-vingt-un, cent un, mille un. L’ouvrage de Galland, Les mille et une nuits (1704), reflète l’usage ancien. Lorsque l’on entend, encore aujourd’hui, soixante et deux, soixante et dix, etc., c’est également la trace de cet ancien usage, qui n’est plus admis.(Sophie Piron, Chronique "Sur le bout de la langue" , Journal UQAM, volume XXXV, numéro 6, édition du 10 novembre 2008, p. 12.)
    Aujourd'hui, septante, octante et nonante s'emploient encore à Jersey (iles Anglo-Normandes, où le français est une des langues officielles), et parfois dans les anciennes colonies belges du Congo, du Rwanda et du Burundi. Quelques personnes âgées des régions de l'Est de la France disent encore ainsi . Tandis que huitante se limite aux cantons de Vaud, de Fribourg et du Valais, en Suisse.

    Nos grands auteurs des XVIIème et XVIIIème siècles ont utilisé ces dénominations , comme, par exemple Molière qui écrit "Quatre mille trois cent septante-neuf livres douze sous huit deniers" dans le Bourgeois gentilhomme (acte III, scène 4). Mais "Par ma foi, je disais cent ans, mais vous passerez les six-vingts" dans L’Avare (acte II, scène 5). Et au 18ème siècle, Voltaire emploiera parfois encore "septante" et "nonante". ( selon Bernard Léchot, swissinfo.ch)

    _________________
    (*) Le système vicésimal qu'on utilisait depuis la nuit des temps dans les civilisations aztèques et mayas aux Amériques, chez les vieux danois , chez nos ancêtres gaulois en Europe, chez les basques, bretons et gaéliques repose sur vingt ( 20), nombre de doigts et d'orteils de l'homme ( et de la femme aussi, bien sûr), moyen pratique et universel ou tout au moins terrien, car finalement, on ne sait pas combien de ces appendices équipent les martiens et autres extraterrestres.

    (**) c'est dans ce mode de comptage que Louis IX a créé, vers 1260, l'hospice des Quinze-vingts, qui était destiné à accueillir 300 ( quinze fois vingt) aveugles de Paris, et qui est toujours un centre ophtalmologique réputé dans notre capitale.

     images :yapaslefeuaulac.chquora.com ;


    5 commentaires
  • Décidément, j’ai perdu mon temps.
    En effet, j’ai passé toutes mes semaines d’années en croyant avoir appris à lire, et comprendre le français .
    Pourtant, depuis déjà quelques temps, j’ai cru comprendre, en lisant les titres des journaux, que finalement je ne suis qu’un béotien, ignare, inculte, voire analphabète.
    Pardon, je devrais dire nous sommes béotiens,ignares, incultes, ignorants voire analphabètes.
    Ce "nous" représente l’immense masse de lecteurs, auditeurs et téléspectateurs, cet amalgame de quidams lambda français moyens, de base ,et même d’élite, car il évoque " les français", cette entité nationale dont parlent des journaleux, et qui semble les mettre en dehors de la collectivité, comme si ils étaient étrangers, ou d’une autre essence( plus raffinée, évidement).
    En effet, les titres des articles que des messieurs dames éditorialistes, journalistes, reporters ( tous ces vocables semblant être, à leurs yeux, les irréfutables preuves de leur omniscience), ces titres donc, qui nous disent : "Ce qu'il faut retenir des
     vŒux au corps diplomatique ", ce qu’il faut retenir du livre de.., ce qu’il faut retenir de ceci, de cela etc...
    Eh bien non, messieurs dames !
    Même ( et surtout?) si nous n’avons pas suivi les cours des écoles dont vous pourriez être issus, même si nous ne sommes pas impétrants des fracassants diplômes dont vous pourriez décorer les murs de vos bureaux, nous ne sommes ni béotiens, ni ignares, ni incultes ni analphabètes, et nous comprenons notre langue ( bien souvent plus académique que la vôtre ).
    Alors, s’il vous plait, essayez de trouver des titres plus intelligents, essayez d’écrire en français, et le monde journalistique ne sera plus ridiculisé par vos écrits.
    Vous aurez noté, chers lecteurs ( on ne sait jamais vous serez peut être plus d’un ) que j’ai pris soin d’écrire "des" éditorialistes, journalistes etc, car il est évident que ces "des" , si ils font grand tort à leur profession, ils y sont en minorité, et la plupart des vrais professionnels de la communication font correctement et même parfaitement leur métier.


    1 commentaire
  • Tout le monde veut la paix. Et dans tout ce monde, chacun veut la paix.
    Et partout dans ce monde on s’entretue, se viole, se tabasse, se trahit.
    Bien entendu, c’est toujours l’autre qui tue, viole tabasse, trahit.
    Et chacun, qui ne se prend pas pour l’autre, met tout en oeuvre pour se protéger, manger, vivre, préserver jalousement son petit chez soi, en prenant bien garde que l’autre ne s’approche pas trop près, ne vienne pas troubler sa vie, prendre son travail ou ses rentes.
    Et finalement, qu’importe si l’autre crève de faim, de froid, de détresse.
    De toute manière, en effet, il n’est que l’autre, c’est à dire rien, ou l’ennemi.
    En Espéranto, langue de paix par excellence, on dit " Ekzistos paco nur kiam frateco loĝos en ĉies koroj ", ce qui se traduit par "la paix n’existera que quand la fraternité habitera dans tous les cœurs...".
    Ce qui démontre avec éclat qu’espérance et utopie sont vues par beaucoup comme douces folies, mais aussi -et surtout – que, sans elles, rien n’est possible.


    6 commentaires
  • En cette saison, les vœux pleuvent sans discontinuer.
    Tous parlent de bonheur. 
    En philosophie, on dit que le bonheur est un état de satisfaction complète stable et durable. Il ne suffit pas de ressentir un bref contentement pour être heureux. Une joie intense, qui ne dure pas n’est donc pas le bonheur. Un plaisir éphémère non plus. Le bonheur est un état global. L’homme heureux est comblé.
    Pour Kant, le bonheur est un concept indéterminé, entièrement subjectif : c'est un idéal de l'imagination et non de la raison, tandis que pour Nietzsche, la première condition au bonheur est la capacité d’oubli.
    Loin de moi la prétention de discuter ces éminents personnages, bien que je ne sois pas trop d’accord avec leurs assertions.
    Il est vrai qu’ils parlent du bonheur en tant qu’idée, notion ou conséquence.
    Peut-être, au fond, parce que, vieux petit bonhomme ( ou petit vieux bonhomme, expression qui a une autre signification...), ma petite expérience, issue d’une vie déjà longue, d'un peu de culture, de beaucoup  de voyages et de contacts humains ( humain étant pris ici dans le sens général, pas dans le sens "compatissant "…) mon expérience, donc m'amène à une vue un tantinet nuancée de celles de ces grands penseurs.  
    En parodiant Cyrano, on pourrait dire "" Est-ce l’amour,la fortune, la santé, la joie, la folie , l’utopie?
    Bien sûr, tous ces "ingrédients" entrent dans la félicité.
    En théorie.
    Parce que tous ensemble, ces "ingrédients" se contrarient, se jalousent, se bousculent et finalement le bonheur espéré, à peine entr’aperçu, se dissipe dans les brumes des réalités de nos vies.
    N’étant que communément exceptionnel ( cf mon article exceptionnellement comme les autres du 9 janvier 2017), je crois, moi, ( ce n’est que mon avis, et je le partage avec vous si cela vous chante ) que le bonheur est fait d’instants furtifs, de menus plaisirs, vous savez, tous ces petits riens qui amènent un sourire, même à peine esquissé, sur nos lèvres.
    Comme, par exemple, pour n’en citer que quelques uns : écouter l’eau qui chauffe pour le café commencer à chanter sa promesse de plaisir, un rayon de soleil entre les nuages, une pluie tant attendue qui régénère le jardin, un oiseau qui grappille quelque graine égarée sur le bord de la fenêtre, une partie de carte gagnée, un beau mot trouvé au scrabble, un quatre à la suite réussi, une place de stationnement tout près du magasin, un instant passé à écrire à des gens qu’on aime, un autre à lire leur réponse, une épouse, un mari qui vous frôle le cou d’un léger baiser, un enfant qui dort, un autre qui joue avec le chat, un chien qui pose sa patte sur votre genou, un bonjour dit de bon cœur, le sourire d’un ou d’une inconnue dans la rue, un signe amical de la main, une main rassurante posée sur une épaule, un silence complice, un coucher de soleil sur la Mer de Corail, un train qui part à l’heure, un con qui s’améliore. Kaj tielplu (1) comme on dit en Espéranto
    La liste est infinie.
    le bonheur, mais à tout prendre, qu’est-ce ?Mis bout à bout, ils constituent une trame qui permet de supporter tous les inconvénients et contrariétés inhérents à nos vies.
    Tous les jours chacun d’entre nous les vit, mais peu en profitent, et n’ont pas la chance de les remarquer et donc d’en jouir.
    Il y déjà bien longtemps que je profite de ces instants anodins - et gratuits - et cependant si importants , et croyez moi, je suis un homme heureux.
    Alors....

    (1) et ainsi de suite 

    imges : youtube.com ; lescitations.weebly.com ; tiji.fr

     

     


    6 commentaires
  • exceptionnellement  comme les autresChouette ! La lecture de mon journal ce matin, m’a prouvé – bien que j’en sois évidemment intimement convaincu ( en un seul mot ) depuis longtemps : je suis exceptionnel.
    Bon, d’accord, seulement si on considère que faire partie du quart de la population est synonyme d’exceptionnalité.
    Jugez-en : Mon journal donc, ce matin, m’a raconté que 75 % des français sont complotistes.
    En effet, je ne vois pas systématiquement partout la mainmise du KGB, de la CIA, du FBI, et autres agences plus ou moins ceci ou cela, des gouvernements, des gens que je n’aime pas, des gens que j’aime bien, des citoyens lambda et autres quidams, des administrations ni des extra-terrestres, dans les événements qui surgissent aux quatre coins des actualités.
    Et, bien que je ne sois pas lecteur, auditeur, ou téléspectateur béat  des articles publiés, je leur accorde une confiance globale , bien sûr tempérée par leur orthographe parfois hasardeuse pour ne pas dire désastreuse, leur syntaxes fantaisiste, et l’objectivité aléatoire des rédacteurs.
    En effet, pour avoir une idée relativement précise de faits rapportés, il est indispensable de lire et écouter plusieurs sources, tant il est évident qu’un rédacteur du Figaro n’aura pas la même vision des choses que son collègue de l’Humanité, de La Croix ou les DAZIBAOS de Pékin.
    Et ensuite, se faire son opinion, elle même aussi sujette à être nuancée, pour les mêmes raisons....
    Il est vrai que quelques uns des complots ont trait à des énormités, comme par exemple que la terre est plate et que le monde a été créé le 23 octobre 4004 av. J.-C. (à midi), et qu’Adam et Ève sont chassés du paradis le lundi 19 novembre. Ces affirmations, dont la dernière, finalement est peut-être la raison pour laquelle les gens, en général, n’aiment pas le lundi, m’ont plongé, me plongent et me plongerons toujours dans des abîmes de perplexité.
    Surtout quand les tenants de cette datation déclarent, avec la même conviction, un fait patent et vérifié, que la ville d’Ur, patrie d’Abraham, fut établie à peu près au 4ème millénaire...
    C'est bien connu,  les desseins du Créateur sont impénétrables...
    Il est aussi dangereux, pour l’équilibre mental, de lire les commentaires des anonymes prudents sur l’article "interneté" ou sur les réseaux qu’on dit sociaux...
    En relisant mon laïus, je me dis qu’en fait d’exception, je ne suis que moi. exceptionnellement  comme les autres
    Comme chacun d’entre nous est lui.
    Donc différent de tous les autres.
    Donc unique et par conséquent exceptionnel.
    Bien des mots, en somme pour m’apercevoir que je suis unique, donc comme tout le monde.
    Ne rigolez pas, il en est de même pour vous …..

    images : letopdelhumour.frfoozine.com


    3 commentaires
  • Il est 22 heures 45, ce samedi 30 décembre .
    Il y a 8734 heures et 45 minutes naissait 2017, et dans 25 heures et 15 minutes, cet an qu’on espérait de grâce au premier janvier va rejoindre ses innombrables prédécesseurs qui , assis sur un énorme tas de bonnes résolutions devenues vœux pieux, méditent sur la vanité de ces engagements de circonstance . 
    Et le suivant, que tous nomment déjà 2018, va commencer à participer à la vérification de la durée des espérances de vie.
    Cet an finissant a vu, subi, promis, refusé, surpris, ébloui, presque bouleversé et souvent intrigué nos contemporains, et, bien sûr, nous aussi.
    Des rois ont menti, des peuples aussi, des princes ont trahi, des peuples aussi, des idées ont foisonné, plus ou moins bonnes, plus ou moins mauvaises, selon le point de vue.
    Quelques changements sont survenus, appréciés ou décriés, des guerres se sont poursuivies, d’autres ont commencé, d’autres encore , plus rarement, ont cessé.
    Quelques espoirs se sont fait jour, quelques utopies ont créé des polémiques, mais, avec la même constance qu’au début des temps, le soleil s’est couché, partout, tous les soirs et s’est levé, partout, tous les matins.
    Nihil novi sub sole, disait-on dans l’Ecclésiaste.
    Même ( et peut-être surtout) si chacun et tous se croient capables de tout changer.
    Mais cette période a ceci de bon, que dis-je, d’indispensable, qu’elle est le nid de tous les espoirs, de tous les rêves !
    Alors puisque qu’il faut pour réussir sur lemétier remettre vingt fois l’ouvrage , répétons, et répétons encore :

    Bonne année, bonne santé, que tout tout le bonheur du monde vienne sur vous !!!!

     

    ll y aura bien quelque part un Dieu qui nous entendra......


    5 commentaires
  • Imaginez, chers amis, cette nuit j’ai eu un songe :
    J’ai rêvé une société où les affaires du monde seraient les affaires de tous,

    J’ai rêvé un monde où on apprendrait à serrer les coudes au lieu de les écarter,
    J’ai rêvé un monde qui remplacerait la notion de méfiance par la confiance,
    J’ai rêvé d’un monde où on apprendrait à s’enrichir de notre diversité,
    J’ai rêvé d’un monde où les hommes ne vivraient plus dans la peur,
    mais laisseraient parler leur cœur.

    J’ai rêvé d’un monde qui partagerait le pouvoir, la possession et la science,
    monde qui ne se tairait pas sur les valeurs nécessaires,
    J’ai rêvé d’un monde qui ne s’appuierait pas sur le malheur des pauvres,
    mais se mettrait au niveau de tous,
    J’ai rêvé d’un monde où on apprendrait à être uni au lieu de chercher a posséder,
    J’ai rêvé de’un monde où on unirait la réflexion à l’expérience,
    J’ai rêvé d’un monde où être serait plus important qu’avoir....

    Mais ce n’est qu’un rêve me direz-vous.
    Toujours nous devons nous rebeller, lutter, nous battre pour que cela devienne possible.
    Que les hommes et les femmes du monde soient considérés
    pour ce qu’ils sont et non pour leur fortune
    Alors, ne cessons jamais de parler. Commencer à agir.
    Utopie, me direz vous . Pourquoi pas ?
    L’utopie de la haine, de l’horreur existe et continue d’exister.
    Alors, pourquoi ne pas croire, de toutes nos forces,
    à l’utopie de fraternité et de solidarité?

     J'aurai bien aimé être capable d'écrire ces mots, mais il sont extraits de "Brasilja Adiaŭo", de Roger Winterhalter, citoyen du monde.

     

     

    Joyeux Noël et Bonne Année !

     




    4 commentaires
  • La première proclamation de la liberté d'expression date de 1776, date à laquelle les Etats-Unis adoptent leur Constitution. En France, la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 reprendra ce droit fondamental, qui relève de valeurs aussi bien laïques que démocratiques.
    En 1979, Coluche joue son sketch extrême "le viol de Monique" dans lequel il dit "Je l'ai pas violée. Pas plus que les autres. Et puis, violer c'est quand on veut pas. Moi, je voulais (…) Et puis la Monique, les bigoudis et le rouge à lèvres, elle met ça pour effrayer les oiseaux ? (…) Monique, vous savez comment on l'appelle dans mon quartier ? Deux qui la tiennent, trois qui la niquent " 
    Toute la France, qui a compris le deuxième degré, en rit.
    le 22 août 2015 Delphine Ernotte est nommée présidente de france télévision

    le 20 février 2016 Julien Lepers est viré, parce qu’il a plus de 50 ans.
    Le 8 juin 2017 David Pujadas, 52 ans, est viré pour temps de présence trop long au journal télévisé
    le 20 novembre 2017 Tex lance une vanne bêtement sexiste douteuse , "Vous savez ce qu'on dit à une femme qui a déjà les deux yeux au beurre noir ? On ne lui dit plus rien ! On vient déjà de lui expliquer vous avez dit liberté ?deux fois ! ".
    Il s'en excuse publiquement.
    La direction de France Télévision n'a pas compris le 2ème degré
    Il est illico viré ….
    Les humoristes et présentateurs le soutiennent.

    Le 12 décembre 2017 une motion de défiance à l’encontre Delphine Ernotte ( qui a maintenant plus de 50 ans...),  est votée par les journalistes de France Télévision.
    Cherchez l’erreur...
    Pauvres de nous.

    image : wikiberal.org

     


    8 commentaires
  • lettre au Père NoelHier, en passant sur la place des Cocotiers, j’ai été ramené au milieu du siècle dernier par une grosse caisse rouge et or posée au pied du sapin. C’était l’urne qui reçoit les lettres des enfants au Père Noël. Une kyrielle de gamines et de gamins aux yeux brillants se pressaient pour déposer leur missive à l’homme aux rennes.
    Je me suis demandé combien d’entre eux seraient satisfaits, étant donnée la situation économique du pays, et surtout, bien sûr, de la portion de nuages nordiques où loge le distributeur de la nuit de l’événement fêté.
    Et je me suis dit que, sait-on jamais, peut-être qu’Ali Baba donnera le Sésame à Santa Klaus , et je pourrais moi aussi bénéficier de ses largesses , et, tant qu’à faire , vous aussi. Alors j’ai réfléchi (si, si si, ça m’arrive ...) et qu’il fallait demander beaucoup pour avoir peu, car nos espérances n’engagent que nous, tout comme les promesses de ceux qui sont au pinacle..............
    Je voudrais donc que la
    justice malvoyante, mais pas aveugle, soit la même pour les puissants et les misérables, que la pollution se dépandémise, que les affaires soient nettes et l’argent propre, que l'économie ne soit plus ruineuse. 
    Que les yeux des peuples coupables de leurs présidents irresponsables soient ouverts en grand, que les usines ne soient plus sans ouvriers, que les travailleurs ne soient plus sans emploi, que les chômeurs ne soient plus préoccupés par les salaires sans travail.
    Que les Dieux s’occupent des religieux sanguinaires, que des pacifistes ne soient plus des assassins, quelettre au Père Noel finisse l'insécurité sociale.
    Que cesse la montée des idées saugrenues et mortifères pour notre bon vieil orthographe, et qu’un ventelet de bon sens aère les esprits des réformateurs scolaires.
    Que les républicrates et les démoblicains de tout poil cessent de se prendre pour Dieu et laissent  les vrais gens  vivre en paix chez eux, sans risquer d'être obligés de fuir pour survivre ailleurs .
    C'est demander beaucoup, c'est sûr, mais Noël fut ( est encore? )  un temps de miracles........
                                                              Alors , Joyeux  Noël !!!!!!!!!!!!!

    images : scrapingirls.canalblog.com ;  socialisme-libertaire.fr


    11 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires