• Ici, par 22°17'04.84" S et 166°27'45.83" E, il y a, comme dans plus ou moins 160 villes et villages de France, un Club de Questions pour un champion. Et comme dans tous les autres clubs, des tournois sont organisés, pour la plus grande joie des participants.

     

    8ème Tournoi de NOUMEA

     

    Date : 31 juin 2020
    Lieu : Résidence LES CERISIERS BLEUS NOUMEA ( Nlle Calédonie )

    Heure de début : 9 heures 30.

     Déroulement de la journée.

     8 heures 30 Accueil des participants, collation,
    9 heures 30 café, thé, infusion, diverses boissons plus ou moins raides, tassée, plus ou moins modérables
    12 heures Apéritif, repas( bougna ,méchoui, cassoulet, garbure , trocas)

    14 heures café, digestif
    14 heures 30 Début des sélections,
    18 heures 30 Pause café et remise du cadeau à tous les participants,(*)
    19 heures Finale.
    20 heures 45 Remise du prix,
    22 heures 00 Pot de l’amitié.

     Qualifications.

     La première sélection sera effectuée de la manière suivante :
    Les participants seront partagés en équipes de quatre, et à l'arrivée de la traversée aller retour nage libre entre l'Anse Vata et l'Ile aux Canards, ceux qui auront échappé aux requins, s'ils sont plus de quatre, s'affronteront dans des séries éliminatrices de 9 points gagnants , jusqu'à ce qu'il ne reste que deux finalistes. S'ils sont moins de quatre , ce qui est possible, ou en nombre impair, les membres du club de Nouméa suppléeront aux défaillances jusqu'à concurrence de composition d'une ou plusieurs équipes de 4 candidats.

     Phase finale.

     Le face à face final se jouera sans limitation de points, ni de durée, le dernier candidat restant debout et capable de réciter au moins deux pages de "A la Recherche du Temps perdu " sera déclaré vainqueur, et recevra son prix, le tamiok de jade et l'œuvre d'art en kohu représentant la Vénus hottentote.
    Sa biographie ( avec photo !), et surtout les détails de sa victoire seront communiqués aux foules admiratives dans le bulletin paroissial d'OUEGOA.
    Le finaliste gagnera un voyage aller-retour Noumea – Dumbéa offert par la compagnie Cars Sud.
    Les autres participants bénéficieront de notre estime.

     Règlement.

     Le règlement qui s’applique est en gros ou prou celui du jeu télévisé.
    Il est demandé au public de souffler discrètement, si possible par des mimes compréhensibles du seul candidat visé , afin de ne pas perturber les autres, qui auront déjà assez à de mal à se concentrer.
    Les contestations , admises dans un délai de 45 jours fin de mois après la partie, ne seront pas lues, et n'auront par conséquent aucune incidence sur le classement, non mais .
    Afin de vous accueillir dans les meilleures conditions, et de préparer au mieux cette journée, nous vous demandons de vous inscrire ( via internet ) en utilisant ( ou pas)l’imprimé joint.
    La date limite des inscriptions est fixée au 01 Avril 2020 à 23 heures ( Heure locale )

     Les inscriptions sont à adresser à : Club QPUC de NOUMEA 98895 NOUMEA

    À confirmer impérativement le 1 avril 2020 par courriel

     

    (*) photo en couleur du Président en maillot de bain 2 pièces rayées vert et blanc, au couleurs de la ville

     

     

     


    votre commentaire
  • réflexions confinéesLe terme "mot-valise semble résulter de la transposition en français du jeu inventé par l'écrivain anglais Lewis Carroll pour montrer, dans son célèbre roman De l'autre côté du miroir (1871), l'intérêt des mots télescopés.
    On prend le début d'un mot et la fin d'un autre, pour produire un nouveau vocable, comme par exemple alicament, contraction de aliment et médicament.
    En entendant un mot exponentiellement diffusés ces temps-ci dans tous les médias, je me suis dit qu'il pourrait bien entrer dans la définition du mot valise, pour peu qu'on y mette un chouia de bonne volonté.
    Il s'agit du mot confinement qui pourrait être assimilé à un mot valise exprimant une alliance entre la connerie et la finesse, deux mots que jusqu'à présent ont disait incompatibles.
    Bien que quelques uns soient persuadés d'être fins en se faisant passer pour des cons, histoire, en fait, de faire croire aux cons qu'ils sont malins... Fumeux, non ?
    Mais...
    On dit souvent que chacun est, forcément, le con de quelqu'un d'autre, ce qui rend assez indéfinies, voireréflexions confinées floues les limites de la connerie et de la finesse.
    D'autres, avec une plus ou moins mauvaise foi ou une expérience confirmée, pourraient donner comme exemple de cet oxymore les mots politique et sincérité .
    Mais, en y réfléchissant un tantinet, est-il possible d'être finement con? A mon avis , à peu près autant qu'être bêtement intelligent. Mais d'une redoutable efficacité.
    Tous les dictateurs et tous les apprentis potentats plus au moins tyranneaux l'on fait, le font, et, hélas, le feront .
    Ce qui ne donne pas une estimation valorisante du niveau de finesse des gens, donc de nous. Vous et moi..
    Ou plutôt, pour être plus proche de la vérité, des peuples, puisque les aspirants à l'autocratie plus ou moins brutale ou éclairée sont de toute nationalité, ethnie, voire espèce (1).
    Ces derniers jours, En moins de temps, qu'il n'en faut à un gilet jaune pour bloquer un rond point, des centaines de millions de gens ont été, par décrets, confinés, donc contraints au confinement.
    Ce qui ne veut pas dire qu'ils entrent tous dans l'état ci-dessus développé. D'autant plus que j'en fait partie.
    Et vous aussi .

    Un expert presque patenté l'a dit à la télé: le confinement permet de réfléchir . Il pensait peut-être à l'autre côté du miroir....

    _________________
    (1)microbe, bacille, voire virus ...

    images :musique-en-livre .com; blog.nicolashachet.com


    7 commentaires
  • Je ne résiste pas au plaisir de vous offrir ce texte qui me fut adressé par une amie toulonnaise aussi confinée que nous. Il contient tout ce qui restait dans la jarre de Pandora après que sa curiosité l'eût amenée à l'ouvrir..
    C'était en mars 2020 ...

    Les rues étaient vides, les magasins fermés, les gens ne pouvaient plus sortir.
    Les gens ont été mis en confinement. Pour protéger les grands-parents, familles et enfants. Plus de réunion ni repas, de fête en famille. La peur est devenue réelle et les jours se ressemblaient.
    Mais le printemps ne savait pas, et les fleurs ont commencé à fleurir, le soleil brillait, les oiseaux chantaient, les hirondelles allaient bientôt arriver, le ciel était bleu, le matin arrivait plus tôt.
    C'était en mars 2020 ...
    Les jeunes devaient étudier en ligne, et trouver des occupations à la maison, les gens ne pouvaient plus faire de shopping, ni aller chez le coiffeur. Bientôt il n'y aurait plus de place dans les hôpitaux, et les gens continuaient de tomber malades.
    Mais le
    printemps ne savait pas, le temps d'aller au jardin arrivait, l'herbe verdissait.
    C'était en mars 2020 ...
    Mais le printemps ne savait pas, les pommiers, cerisiers et autres ont fleuri, les feuilles ont poussé.
    Les gens ont commencé à lire, jouer en famille, apprendre une langue.Ils chantaient sur le balcon en invitant les voisins à faire de même,  à  être solidaires et se sont concentrés sur d'autres valeurs.
    Les gens ont réalisé l'importance de la santé, de la souffrance, de ce monde qui s'était arrêté, de l'économie qui a dégringolé.
    Mais le printemps ne savait pas.
    Les fleurs ont laissé leur place aux fruits, les oiseaux ont fait leur nid, les hirondelles étaient arrivées.
    Puis le jour de la libération est arrivé, les gens l'ont appris à la télé, le virus avait perdu, les gens sont descendus dans la rue, ils chantaient, pleuraient, embrassaient leurs voisins, sans masques ni gants.
    Parce que le printemps ne savait pas, il a appris aux gens le pouvoir de la vie.
    Et c'est là que l'été est arrivé, parce que le printemps ne savait pas.
    Il a continué à être là malgré tout, malgré le virus, la peur et la mort.

    Tout va bien se passer, restez chez vous, protégez-vous, et vous profiterez de la vie.
    Surtout restez confiants et gardez le sourire !
    C'était en mars 2020....

    ___________________

    images: histoires-mythiques.skyrock.com ; vudaf.com

     

     


    6 commentaires
  • Comme tout le monde, et contrairement à ce que les nous aut', persuadés d'être hors du commun, voire, sans complexe , être le centre du monde (1) avaient pensé, notre Caillou est entré en guerre aujourd'hui.
    A cause de deux malheureux jeunes mariés arrivés avant hier pour leur voyage de noces, avec l'infâme covid numéroté dans leurs bagages .
    Manque de bol, bien sûr, mais anecdote exceptionnelle à raconter à leurs petits enfants.
    Et comme partout dans le monde, les magasins sont assaillis par des hordes de syndromés de la catastrophe, qui dévalisent les rayons de papier hygiénique, de pâtes, de riz et autres denrées salvatrices en cas de ....siège.
    Des jerrycans oubliés dans les garages sont ressortis, car, sait-on jamais, le virus se nourrit peut-être de 95 sans plomb ou de gazole.
    En voyant un caddy plein de rouleaux en une ou deux voire trois épaisseurs d'essuyeur fessier, je ne peux m'empêcher de penser aux pages de l'Est Républicain découpées en 21x27 des toilettes collectives des cités ouvrières des années 40, ces feuillets qui ont tant contribué à notre instruction, puisqu'ils nous apportaient de la lecture et des nouvelles du monde , tout en nous colorant les fesses en noir et gris.
    Tandis que , dans les tribus de Djubea Kaponé à Xaracuu, en passant par Hoot ma whaap , Drehu ou Kunié, on utilisait les feuilles de papayer, qui avaient l'avantage de ne pas attenter à la teinte des séants.

    ____________________

    (1) comme tout le monde, partout ….


    4 commentaires
  • Un virus mesure, à la louche, entre 40 et 100 milliardième de mètre, et un être humain, toujours à la louche et en moyenne 1,705 mètre.
    Il est donc plus ou moins environ beaucoup, beaucoup plus grand.

    Et tous ceux qui sont grands par la taille, la bêtise ou la prétention, voire les trois, ceux qui se croient grands parce qu'ils ont un bureau ovale , un palais luxueux, des fortunes "milliardesques" des esclaves ou des royaumes, tout comme ceux qui sont petits, gros, pauvres , chômeurs, sans dent, qui portent des gilets jaunes ou verts, dont la peau est de n'importe quelle couleur, qui habitent des squats, des hlm, des résidences chics, des quartiers rupins, des lits en cartons sur les quais de la Seine , sur les bords du Gange, du Pô, de l'Amazone, du Nil, de la Murray et autres lieux, tous sont prodigieusement inquiets pour le moins, et paniqués au pire.
    Dans l'Empire du Milieu, d'où le virus s'est échappé, il paraît que la vie normale commence à reprendre ses droits.
    Bien entendu, partout ailleurs, personne ne croit ce que les chinois disent, et on prend de plus en plus de précautions, et on dit de plus en plus de bêtises.
    Avec la logique implacable qui le caractérise, le bâtisseur de mur, ayant décidé que seuls les grands bretons et les 'mericans sont dignes d'intérêt, interdit aux européens de voyager vers son pays.
    Sauf, bien sûr aux britanniques.
    Il a certainement compris qu'un virus chinois ne comprenant pas l'anglais, ni bien sûr l'américain,  ne pourrait, grâce à cette lumineuse inspiration, pas venir aux stettses.
    Finalement, les chercheurs pourraient s'arrêter de chercher une solution, puisque, selon l'ovalisé du bureau, Shakespeare serait l'ancêtre du vaccin.
    Bientôt, on vaccinera par Harraps interposé, et le monde sera sauvé .

    Alleluia !


    4 commentaires
  • Ce matin, en tartinant mon toast, j'ai regardé la télé.
    Il y avait au programme de la chaîne France Info, un débat relatif aux élections municipales parisiennes.
    Généralement, ce genre d'émission est source de réjouissance, car les dames et les quidams qui y participent, après un premier tour de table presque aimable, en viennent vite aux interruptions intempestives, parlent ou plutôt crient tous en même temps, car elles et ils considèrent que leur point de vue est le seul, le meilleur, l'inattaquable et bien sûr le plus à l'avantage des électeurs.
    Et que les autres sont évidemment des tyrans, des voleurs, des traîtres, et, suprême argument, des incompétents, en somme des motifs de révolution.
    Le match, voire le combat, ne peut, quelle que soit sa durée, se conclure sur une information intelligente, compréhensible et utile pour les électeurs, puisque chacun reste cramponné à ses idées comme le ziliwa(1) sur son cocotier.
    Et, - et peut-être surtout – puisque leur ego, qui, en politique est très -trop- souvent le seul objet de leurs préoccupations, ils seront tous persuadés d'avoir été brillants.
    Finalement le spectateur éteint sa télé, bien content de ne pas faire partie des vulgum pecus visés par les combattants.
    De toutes manières, les électeurs feront ce qu'ils voudront, et les journalistes, qui, eux, comme toujours, ont la science infuse, commenteront plus ou moins (plutôt plus que moins ).
    Et les armées d'expert en tout de tout poil vont se ruer pour nous démontrer , à grand renforts de grands mots et de formules absconses que, comme nous, ils n'ont rien compris au débat.
    Mais ils l'auront dit à la télé, alors....

    __________________

    (1) crabe ce cocotier en drehu


    2 commentaires
  •                                                            

     

     

    espérances

    Aujourd'hui, 8 mars, le monde ouvrira une parenthèse dans l'avalanche d'informations, d'intoxications,d'idioties et autres billevesées qui nous envahissent au sujet de cette cochonnerie qui vient de l'Empire du Milieu. Et des promesses, voire des serments seront clamés, pour avoir autant de résultats que les promesses électorales.
    En effet, Comme chaque année, avec une grande constance et une hypocrisie pour le moins aussi grande, le monde fêtera la Femme le 8 mars.
     La belle affaire ! Cela revient souvent à dire, hélas, que pendant les 364 jours qui auront précédé et les 364 qui suivront, il n'y a pas eu et il n'y aura pas lieu d'y faire attention, voire d'y être attentionné
    Comme pour les anniversaires: quand c'est le jour, c'est le jour, quand c'est pas le jour, c'est pas le jour! Et les cons, les mauvais, les pas bons, les faux-culs, les minables et tous ceux qui se conduisent avec leurs compagnes ( et même celles des autres ) bien plus mal qu'envers leur chien, leur chat ou leur bétail vont pouvoir essayer de se persuader qu'ils sont des mâles en leur tapant dessus.
    Et tout ça parce qu'on nous a raconté dans la Genèse que la femme est à l'origine des malheurs de l'humanité. Si on en croit ce docte livre, il n'y a eu que très peu de témoins de ce fameux épisode de la pomme et du serpent, et par conséquent c'est celui qui parle le plus fort qui essaie de faire croire qu'il détient la Vérité. Il est vrai que les auteurs étaient - uniquement - des hommes....
    Il est également aussi vraisemblable que si Eve avait été satisfaite de et par Adam, elle n'aurait probablement pas cherché de distraction (s?) ailleurs .
    Décidément, ce brave ( dans le langage des vrais gens, le mot "brave" désigne souvent quelqu'un d'un peu... simple) ce brave Adam, donc ( dont c'est la fête tous les jours), a étrenné tous les ennuis, problèmes et aléas de la vie de couple. Et pourtant cette expérience multiple ne l'a pas rendu plus malin.
    Ce qui ne veut pas dire que Eve est plus maligne, plus honnête, plus franche ou plus civilisée. Car il faut bien reconnaître que si le monde a connu toute une kyrielle de femmes d'exception, il y en eut aussi de pas très jolies à l'intérieur ( non, je ne parle pas du ministère de l'intérieur...). Finalement, la proportion de bon, de moins bon, de meilleur et de franchement mauvais est la même chez les deux indissociables éléments de la pérennité de l'humaine espèce. Il ne devrait donc, si l'homo sapiens sapiens était vraiment humain, y avoir aucune différence entre les soi-disant forts et les supposées intuitives.
    Seulement  voilà. Ceux qui commandent, qu'ils soient  mâles ou femelles, ne distribuent les avantages, médailles et salaires qu'en fonction de leur propre intérêt, tant il est vrai qu'une fois en haut, l'humain (femelle ou mâle ) ne regarde que très occasionnellement et souvent seulement électoralement vers le bas.
    Et chez ceux qui sont dans l'obligation, sinon d'obéir du moins d'exécuter les ordres, la lutte est menée par ceux qui ont les plus gros bras et les victimes sont toujours les mêmes. En fait, l'égalité de traitement que réclamaient les tricoteuses et les suffragettes n'en est que l'application souhaitée et évidemment souhaitable entre tous les êtres.
    La déclaration des droits de l'homme aurait peut-être dû s'intituler Déclaration des Droits Humains, ce qui n'aurait laissé aucune ambiguïté . En effet, n'oublions pas que cette fameuse déclaration a été rédigées par des hommes ( dans le sens masculin du terme ), en des temps ou l'égalité entre les femmes et les hommes ( dans l'ordre alphabétique..) n'était pas exactement à l'ordre du jour, sauf bien entendu sur l'échafaud... Souvenez-vous du sort de Marie Gouze dite Olympe de Gouges, qui rédigea en 1792 une Déclaration des Droits de la femme.Les rédacteurs de cette fameuse déclaration ( celle de 1789 ) ont bien utilisé le principe grammatical, bien pratique, affirmant, dans la langue française, que le masculin prime sur le féminin dans les "accords"...(1) 
    Néanmoins, et amour en plus, personne mieux qu' Aragon n'a exprimé cette insondable, et inexorable vérité:

    "La Femme est l'avenir de l'Homme".
     Ainsi soit-il
    ________________

    (1) lorsque, dans une énumération, on trouve des termes au féminin et des termes au masculin, les accords d’adjectifs se font au masculin :

    Julie, Marie, Germaine sont heureuses  = ces trois femmes sont heureuses

    Julie, Marie, Germaine et Pierre sont heureux = ces trois femmes et cet homme sont heureux

    image: femmes du monde, Titouan Lamazou


    1 commentaire
  • Hier, alors que quelqu'un parlait des tribulations aussi vaseuses que téléphoniques et filmographiques d'un quidam aspirant aux ors de la mairie capitale, j'ai entendu une affirmation qui m'a un tantinet chatouillé le neurone râleur.
    Il était question, (mais en l'occurrence ne devrait-on pas dire affirmation ? ) on parlait, donc des images reçues par leur destinatrice, une dame qui, selon la presse, serait au mieux avec le divulgateur .
    Or, si j'ai bien compris la genese de cette imbécillité devenue scandale dans le microcosme municipalo-politiquo-parigo-saugrenu, non événement si abondamment décrit dans les médias, cette dame a reçu les images.
    Elle en était donc la destinataire ( personne a qui s'adresse un envoi).  
    On trouve donc là la démonstration par l'absurde de la méconnaissance de son outil de travail, la langue française, qui lui aurait pourtant été enseignée lors de ses éventuelles études de journalisme .
    En effet, destinatrice est le féminin de destinateur, qui est l'auteur d'un message adressé au ( ou à la ) destinataire.

    Et ce qu'on pourrait à la rigueur qualifier de lapsus verbal est repris glorieusement par écrit dans le magazine Télé-loisirs, qui titre : "Affaire Benjamin Griveaux : qui est Alexandra de Taddeo, la jeune femme qui aurait été la destinatrice de ses messages intimes ?(1)
    Nous sommes donc entrés dans une nouvelle phase de l'évolution linguistique qui nous promet de jouissives innovations de la part de nos chères ( très, trop chères ?) médias, qui justifient ainsi, une fois de plus leur fonction d'éducation des masses.
    Nous vivons des temps exceptionnels, non ?

    ____________________________

    (1)publié le 17 février 2020 à 11 heures 17 sur google - actualités)


    10 commentaires
  • Navrant (19 synonymes), lamentable (29 synonymes ), hideux (18 synonymes), ridicule (71 synonymes), imbécile (51 synonymes) etc ...
    Soit au bas mot 187 mots ( cent-quatre-vingt-sept ) dans notre bonne vieille langue française me viennent à l'esprit pour désigner les propos tenus par nombre de ce qu'il faut bien nommer des français à l'égard de nos concitoyens d'origines asiatiques , à la suite de l'apparition de cette nouvelle épidémie qui se propage rapidement dans le monde.
    Comme si une vendeuse à Lyon, une étudiante ici, un travailleur là étaient coupables d'un virus né au fond d'un marché au tréfonds de l'Empire du Milieu.
    J'ai écrit origines asiatiques au pluriel, car les glorieux insulteurs ne font aucune nuance entre une vietnamienne du sud et une chinoise du nord, un mongol et un annamite etc.
    Le pire, dans cette affaire, c'est que ces gens sont, à leurs yeux, pleins de bonne foi, de crainte pour eux et leurs enfants. Ce qui est respectable!
    Ils sont incapables de réfléchir, de considérer que le monde ne se résume pas à leur petite vie, que nous ne sommes, blancs, jaunes, noirs ( dans l'ordre alphabétique) que des locataires de ce monde que nous traitons comme s'il était une poubelle, mais qui était déjà la bien longtemps avant nous, et sera toujours là quand nous aurons tous misérablement disparu ou même quand nous nous serons disparus (1).
    Ces propos sont , hélas, la preuve de la misère intellectuelle qui règne sur nos pays et a permis l'arrivée aux pouvoirs de monstres ou de dangereux psychopathes., voire de sombres imbéciles.
    Il est encore possible de changer cette dangereuse évolution, et ceux qui se préparent à diriger le monde ont vraiment intérêt à réfléchir , à se rendre compte qu'il ne s'agit pas de se forger une sinécure mais d'aider des femmes et des hommes à vivre, afin que le séjour de tous entre les Pôles soit le meilleur possible.

     

    (1) quand nous aurons tout fait pour disparaître, en parlant comme MALHERBE


    12 commentaires
  • combat, lute, guéguerreBigre.
    Je ne sais plus si je vis ou si je rêve.
    Ou plutôt si je cauchemarde.
    Partout des gens supposés être sensés se disputent, s'injurient, se battent depuis si longtemps qu'ils ont oublié le motif de la discorde.
    Des clans se sont formés ou chacune et chacun apporte sa contribution en idées de réformes, en réclamations, en intercompréhensions, ses explications, ses entêtements, et, et c'est bien là le pire, ses désespoirs.
    De dialogues de sourds en brutalités plus ou moins consciemment prévues, l'ambiance est détestable. Ceux qui manifestent se sont persuadés d'être au pinacle de la raison, la presse affirme que ceux qui ne manifestent pas sont d'accord, et le prouve en montrant un ou deux aspirants voyageurs qui le proclament après avoir déclaré qu'ils n'appréciaient pas du tout de passer 3 ou 4 fois plus de temps dans les transports, quand ils trouvent un moyen de locomotion.
    Ceux qui, par leur proposition de réformes sont accusés d'être à l'origine du marasme se plaignent de n'être pas compris.
    Les hypothèses des conséquences de ladite réforme sont de plus en plus alarmistes, voire apocalyptiques. On entend tout et son contraire.
    Des gens qui étaient totalement anonymes accèdent pour quelques heures au vedettariat, et, y ayant priscombat, lute, guéguerre goût, essaient d'y revenir.
    D'autres, qui étaient un peu connus font le plus de bruit possible, ce qui, allez savoir, pourrait renforcer leur popularité.
    Les journaux, les radios, les télévisions nous disent tous les jours que des centaines de milliers d'enfants crèvent de faim, que des millions de gens n'ont même pas d'eau que d'autres millions, ou les mêmes, sont victimes de tyranneaux, que des milliers de femmes sont chaque jour brutalisées, battues, violées, et qu'en dehors d'une indignation de bon aloi, les états, les gens ne font pas grand chose.
    Pourtant, nombreux sont ceux qui essaient, qui aident, qui sauvent. Ces mots de Bertolt Brecht devraient, à mon sens, être plus connus et, éventuellement, essayes : celui qui combat peut perdre , celui qui ne combat pas a déjà perdu....dans tous les sens des mots

    images ; dessinsdeficvuabloga.com,  Paris premièr,


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires