• puisqu'on vous le dit ...

    Décidément, j’ai perdu mon temps.
    En effet, j’ai passé toutes mes semaines d’années en croyant avoir appris à lire, et comprendre le français .
    Pourtant, depuis déjà quelques temps, j’ai cru comprendre, en lisant les titres des journaux, que finalement je ne suis qu’un béotien, ignare, inculte, voire analphabète.
    Pardon, je devrais dire nous sommes béotiens,ignares, incultes, ignorants voire analphabètes.
    Ce "nous" représente l’immense masse de lecteurs, auditeurs et téléspectateurs, cet amalgame de quidams lambda français moyens, de base ,et même d’élite, car il évoque " les français", cette entité nationale dont parlent des journaleux, et qui semble les mettre en dehors de la collectivité, comme si ils étaient étrangers, ou d’une autre essence( plus raffinée, évidement).
    En effet, les titres des articles que des messieurs dames éditorialistes, journalistes, reporters ( tous ces vocables semblant être, à leurs yeux, les irréfutables preuves de leur omniscience), ces titres donc, qui nous disent : "Ce qu'il faut retenir des
     vŒux au corps diplomatique ", ce qu’il faut retenir du livre de.., ce qu’il faut retenir de ceci, de cela etc...
    Eh bien non, messieurs dames !
    Même ( et surtout?) si nous n’avons pas suivi les cours des écoles dont vous pourriez être issus, même si nous ne sommes pas impétrants des fracassants diplômes dont vous pourriez décorer les murs de vos bureaux, nous ne sommes ni béotiens, ni ignares, ni incultes ni analphabètes, et nous comprenons notre langue ( bien souvent plus académique que la vôtre ).
    Alors, s’il vous plait, essayez de trouver des titres plus intelligents, essayez d’écrire en français, et le monde journalistique ne sera plus ridiculisé par vos écrits.
    Vous aurez noté, chers lecteurs ( on ne sait jamais vous serez peut être plus d’un ) que j’ai pris soin d’écrire "des" éditorialistes, journalistes etc, car il est évident que ces "des" , si ils font grand tort à leur profession, ils y sont en minorité, et la plupart des vrais professionnels de la communication font correctement et même parfaitement leur métier.


  • Commentaires

    1
    Samedi 3 Février à 09:18

    Certains pensent qu'ils ont le droit de pense à notre place, l'information devient un moyen de propagande, face à tout ceci il faut conserver un esprit critique et multiplier ses sources d'informations pour déméler l'information de l'intoxication

    Amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :