• progrès

    progrèsEn nos temps d'étripages verbaux , de promesses de lune et de bilans en forme de dépôt, il est cependant un fait, dont aucun des candidats impétrants aux ors de la république ne fait état des fulgurants progrès.
    Je veux parler d'une situation tellement épouvantable qu'elle en est devenue petitement banale.
    Ce n'est pas la barbarie de quelques "chefs" d'état, ce n'est pas la menace d'empoisonnementprogrès nucléaire qui nous guette, ce n'est pas l'arrogance des "grands", ni le mesquin fayotage de ceux qui les suivent en attendant de les renverser pour prendre leur place, ce n'est pas la fonte des glaces polaires ni la disparition de quelques mammifères, invertébrés ou autres , ce n'est pas la pollution engendrée par les folies des grandeurs étatiques et individuelles, en somme, rien de ce qui fait le sujet de prédilection des lecteurs de journaux et évidemment des journalistes.
    Non.
    progrèsJe veux seulement parler de la prolifération exponentielle du nombre de repas servis aux bénéficiaires des Restos du Cœur (vous savez, cette magnifique initiative d'un clown génial, qui a quand même été à l'origine d'une loi permettant aux généreux donateurs d'économiser quelques liards sur leurs impôts, tant il est vrai que c'était plus simple que de s'attaquer aux vraies causes de cette misère).
    8 millions 500 000 repas ont été servis en 1985/86, 109 millions en 2010/11.
    Je ne suis pas doué en calcul, et ceux qui me connaissent vous diront même que je bénéficie d'une ignorance crasse en cette matière ( ce qui ne gêne absolument pas mon sommeil...) Aussi ais-je demandé à ma petite fille de faire pour moi cette opération.
    Cela fait une augmentation de 1282 % en 30 ans.
    Et cette pyramidale croissance s'est faite sous tous les régimes plus ou moins gauchers ou droitiers qui ont régi nos vies durant cette période.
    Et, imperturbablement, à longueur de journaux télévisés, radiodiffusés, imprimés, payants progrèsou gratuits, au cours de
    "métingues" horriblement coûteux, de déplacements dispendieux, de promesses oiseuses et d'indignations feintes, quelques uns d'entre nous tentent de persuader notre troupeau qu'ils sont les seuls, les uniques, les incontournables messies.
    Ô bien sûr,la situation actuelle n'est ni de leur fait, ni de leur faute.
    Bien au contraire, clament-ils la main sur cœur et la bouche en promesse, ils ont tout fait pour aider les petites gens ( vous et moi ) à vivre à peu près décemment.
    Soyons réalistes : les 109 millions de repas servis ne concerne que (à peine ) 900 000 personnes.
    On ne va quand même pas en faire tout un plat pour 1/64ème de la population. C 'est vrai, quoi, ceux qui ont perdu leur emploi n'avaient qu'à travailler plus, ceux qui, ayant un emploi, estiment ne pas gagner assez, n'ont qu'à travailler plus.
    Travailler plus pour gagner plus a dit quelqu'un, un jour de candidature.
    C'est peut-être, pour l'un de bénéficier encore un peu de son emploi, pour les autres de s'y progrèsinstaller ? Allez savoir ?
    Réponse dans quelques semaines, avant de retrouver la sereine routine.
    Quelqu'un y aura gagné, quelques autre y auront perdu, la masse , elle, attendra les prochaines promesses.
    Elle continuera à s'indigner, de plus en plus fort, et un jour, c'est presque sur , atteindra-t-elle son but .  


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :