• presse bachingue

    presse bachingueIl y a, dans les médias , du très bon , du bon, du pas trop mauvais, et du lamentable.
    Cette 2015ème année de l’ère du fils de l’Homme aura été fertile en horreurs diverses et variées.
    Elle fut aussi l’éclatante démonstration de l’inutilité des prophètes, pythonisses et autres cartomanciens (ennes) qui, malgré les moyens mis à leurs dispositions (internet, cartes du ciel, offrandes diverses et variées, "dons" plus ou moins... divinatoires etc) n’ont pas été capables d’annoncer les tuiles qui nous sont tombées sur la tête.
    Pas plus d’ailleurs que ceux qui nous dirigent.
    Ni, évidemment, ceux qui voudraient bien le faire.
    Et bien entendu, les quidams lambda, omega et vulgum pecus non plus.
    Mais, eux, ils ont un avantage énorme sur les dirigeants .
    Ils sont anonymes et bien planqués derrière leurs pseudonymes tweetesques, facebouquesque ou autres.
    Ils commentent, donnent des solutions, des hypothèses, des injures, des incertitudes, éructent d’énormes conneries , etpresse bachingue pour être juste, parfois quelques idées qui pourraient être intéressantes sans le moindre problème.
    Ces paravents anti-responsabilités, leur garantissent l’impunité. C’est tellement plus facile !
    Tout ça avec une orthographe aussi approximative que leur connaissance de leur langue maternelle et même des circonstances des événements dont ils parlent.
    Chacun a sa méthode de capture des criminels, des lieux où ils se cachent, de ce qu’il faut leur faire, etc.
    Chacun et tous réclament la liberté de mouvements, de rassemblement et vouent aux gémonies ceux qui, en charge de leur sécurité, restreignent un tant soit peu leur liberté de déplacement.
    Mais, qu’on le veuille ou non , la sécurité et la liberté sont aussi incompatibles que l’eau et le feu.
    Et assurer l’une lèse forcément l’autre. Il faut savoir ce que l’on veut....
    X, Y, Z et lambda, qui hurlent à la contrainte, geignent sur la mort de la démocratie seront les premiers à hurler à l’incurie en cas de problème survenant lors de l’application de leurs propres volontés. Surtout bien sûr si ils perdent un atome d’un iota dans l’affaire...
    Cet état d’esprit est une des conséquences, que dis-je, un corollaire de l’assujettissement des masses aux médias, qui, à
    presse bachinguegrands coups coups de "beuzzes", de "scoupes" et autres annonces sensationnelles publiées sous le signe de l’incontournable expression de la prudence journalistique, le conditionnel.
    Ce magnifique outil permet de dire tout et son contraire, ce qu’on pourrait imaginer, et même - et surtout - ce qu’on ne sait pas, ce qu’on suppose que quelqu’un pourrait peut-être penser, donc n’importe quoi, que l'on dit, écrit n’importe comment, n’importe quand.
    Ils se persuadent d’ainsi être à la pointe de l’information, et se gargarisent de ce qu'ils croient être leur importance.
    Et ils sont, hélas, écoutés.
    Ou lus, bien que cette dernière éventualité soit sérieusement perturbée par une fréquente incapacité à s’exprimer d'unepresse bachingue manière compréhensible. 
    Les gens honnêtes et sérieux de cette profession, et ils sont heureusement encore nombreux, savent bien qu’ils ne sont pas visés par ma diatribe.
    Montesquieu et Tocqueville disaient que les peuples ont les gouvernements qu’ils méritent.Il en est de même pour la presse….
    Et nous chantons les louanges de notre siècle des Lumières.
    Alors, les autres ….
    Mais rassurons-nous, il y a dans nos écoles des maîtres valeureux et des élèves attentifs .
    L'intelligence vaincra !!!!

    photos : moony.forumactif.com ; france-bitcoin.net ;guillaumepaumier.com ; cfdtchlarochelle.blogspot.com


  • Commentaires

    4
    Jeudi 10 Décembre 2015 à 21:51

    Bonsoir Peache, sans doute que l'argent et la publicité sont la raison de cette situation navrante : quand on est les premiers à diffuser une info (et donc un "scoop") on a plus de chance de faire de l'audience et donc de remplir le tiroir-caisse... D'où les conséquences que tu décris si bien

    3
    Jeudi 10 Décembre 2015 à 06:34

    Panem et circences (ou du pain et du cirque sans cesse ) je me demande si entre 2 émissions (télé réalité et CO2) je ne préfère pas la seconde ! 

    Prends pour exemple GOOGGLE + (parfois mongole +) tu retrouveras ce matraquage à outrance monseigneur des news relayées par des aficionados alarmistes qui te tendent soit le bâton pour ton voisin soit le pistolet pour toi-même.

    Mais dans ce tintamarre, les musiciens c'est Nous... et le grand chef d'orchestre ?.....quien sabe ?

    Vaut peut être mieux entre çà que d'être aveugle....

    Avec courtoisie et dérision amicale

     

     

    2
    Dimanche 29 Novembre 2015 à 09:01

    Bonjour Peache, les journalistes font la course à l'information, qu'elle soit vraie ou fausse est de peu d'importance, il faut être les premiers à la diffuser. On se dit qu'elle sera corrigée plus tard si nécessaire, l'ennui c'est que les gens y croient immédiatement et qu'il est bien difficile de la réfuter par la suite. Ce n'est guère nouveau, Coluche en parlait déjà: "on s'autorise à penser dans les milieux autorisés..." mais il est vrai que ça ne fait que s'amplifier.
    De plus il faut meubler le temps, alors on matraque la même chose pendant des heures et des heures et on fait parler machin ou truc qui est supposé être expert en la matière !

    Ta finale est optimiste, alors passe un bon dimanche, bises.

    1
    Dimanche 29 Novembre 2015 à 07:32

    Le sensationnel prime sur l'information, le choc assure un niveau d'audience, alors on occupe l'antenne 24 heures sur 24 pour ressasser les mêmes suppositions d'informations non validés sans se soucier de la gène occasionnée à l'enquête. Mais le citoyen lambda aime bien les journaux à sensations, alors comme tu le dis si bien on a la presse que l'on mérite

    Amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :