• Pièces

          Aujourd'hui, foin de choses sérieuses, j'ai envie de rigoler un peu, c'est pourquoi je vous offre cette pièce.
     Pièces     Jean Baptiste Poquelin a écrit de nombreuses pièces qu'il a jouées contre quelques pièces, dans des pièces fermées, voire à l'air libre. Ces pièces, construites pièce à pièce dans la pièce enfumée de la maison qu'il habitait,  au bord de la pièce d'eau. Cette maison est maintenant une pièce de musée.
         Il écrivait  des pièces  de vers, organisées comme des pièces d'horlogerie Piècesdevenues des pièces  maîtresses , et même, pour certaines, des pièces rapiécées. Ces pièces, détachées de l'œuvre de l'auteur, serviraient maintenant de pièces justificatives à son   génie, s'il en était besoin.        
          Aucune, toutefois n'est devenue une pièce rare,  et  si l'on considère le nombre de fois que chacune de ces pièces a été jouée,  on  n 'ose imaginer le nombre de pièces de monnaie qu'elles ont rapporté depuis leur création, il y a déjà une pièce d'années. Et pourtant l'auteur de ces pièces n'est pas mort sur un tas de pièces d'or.

          PiècesQuand la pièce était montée,les spectateurs pouvaient y assister   en apportant leur obole, constituée d'une piécette,  de pièces d'argent ou de pièces d'or,  voire parfois, de pièces de viande, qu'il échangeait contre des pièces de tissus, ces dernières lui étant utiles pour  remplacer les pièces de ses pourpoints et hauts-de-chausse. En effet, ces pièces, outre que leurs coutures  laissaient passer des filets d'air particulièrement désagréables dans le dos des acteurs,  faisaient passer les acteurs pour des manants,  mendiant des pièces et ne pouvant pas même présenter de pièces d'identités.
          Les acteurs ne portaient bien sûr pas de costumes trois pièces, mais plutôt des habits faits de pièces et de morceaux, qui cachaient tant bien que  mal les pièces de leur anatomie. Ils devaient même parfois faire pièce  aux attaques de leurs détracteurs, et donner la piècePièces aux sbires des gens nantis en pièces terre, qui leur  permettait de jouer leur pièce.  
           Ils en étaient néanmoins au même point que les passants assistant à la pièce, qui  après avoir donné les pièces qu'ils avaient sorties de leur poche rapiécée,  dont parfois la pièce, mal cousue, laissait s'enfuir les quelques malheureuses pièces qu'ils possédaient. Ces dernières, se répandant sur le sol Piècesde la pièce, allaient se cacher sous les dames-jeannes  contenant les pièces de vins emmagasinées pour accompagner les pièces de gibier  servant de pièce de résistance  au cours des ripailles organisées dans cette pièce par les spectateurs de la pièce.
         Ces pièces pouvaient parfois aussi servir de pièces à conviction, en cas de délit commis dans la pièce. Ces pièces devenaient alors des pièces du procès.
       Mises à la disposition des avocats, ces pièces devenaient des pièces de défense,  et permettaient d'attaquer l'adversaire,  moins violemment bien sûr qu'avec une piècePièces d'artillerie,  mais pouvant mettre l'autre plaideur en pièces, ce dont Jean Racine a fait une pièce,  " Les Plaideurs" se déroulant dans la pièce servant de cadre au procès, auquel il n'était permis d'assister que contre la présentation d'une pièce d'identité ou d'une autre pièce justificative.
          Et peut-être aussi en glissant une pièce au cerbère gardant la pièce…

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    3
    hem
    Jeudi 8 Septembre 2011 à 11:06

    faut il te donner la pièce  ?  et de combien d'euros cette pièce doit être frappée ?


    car il n'y en a que  2 !  pièce de 1 €uro,  pièce de 2euros !!!       si chacun de tes lecteurs te donnait une  pièce ?  qu'en ferais tu ?


    bises  pas rapiécées

    2
    Mardi 6 Septembre 2011 à 23:57

    va savoir ...

    1
    Lauryale
    Mardi 6 Septembre 2011 à 23:44

    Là tu as fait fort ! Je vois que l'on s'amuse à Nouméa. Ne devrais tu pas soutenir nos champions ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :