• paroles, paroles, paroles

    On lit, on entend, on voit, dans tous les moyens de communication de notre République presque indivisible, des commentaires relatifs aux propos d’un provocateur récurremment en désaccord avec la pensée des gens .
    Enfin des gens qui ne pensent pas comme lui, évidemment.
    Les sorties de ce jeunot se situent aux confins du pire, du plus mauvais, du plus saugrenu, de l’assez sensé , avec, c’est bien humain, évidemment une grosse recherche d’auditoire, de publicité, puisque nos temps incertains sont friands, sinon assoiffés, de scandales le plus glauques et  sanguinolents que possible..
    Et comme le fait d’être connu est hélas devenu synonyme de grandeur, voire d’honorabilité, Mère Térésa, Einstein, Pasteur , Mandela, Hitler, Pol Pot, et quelque autre journaleux producteur de poil à gratter sont devenus des références.
    Le dernier cité devrait, toujours si on en croit les divers organes de presse croyant encadrer la pensée des gens , faire l’objet de plaintes pour apologie du terrorisme.
    Si vous en avez envie, vous pourrez trouver ses mots dans n’importe quel journal, de la feuille de chou de campagne aux quotidiens de la capitale se disant respectables et de référence.
    Je ne veux pas les reproduire ici, car je ne n’ai aucune envie de faire de la publicité à leur auteur, dont je ne partage pas la façon de voir le monde .
    D’autant plus que le but de mon propos n’est pas de dire si il a raison ou tort, mais d’évoquer l’article 11 du magnifique texte du 26 août 1789, vous savez, cette fameuse et si peu respectée Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, :
    """"La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi""""
    Il ressort de ce texte qu’on peut dire, écrire et publier tout et son contraire, le meilleur comme le pire et en recevoir ou en payer les conséquences.
    Toutefois, ce meilleur et ce pire sont aussi variables que les opinions promesses des candidats aux élections.
    Le tout est de déterminer où commence l’excès, à partir de quel mot il y a trouble à l’ordre public, donc poursuite et punition ou pardon éventuels.
    Et c’est alors que commence le problème, car, parmi ceux qui vouent
    le boutefeu aux Gémonies , on trouve aussi tout, n'importe quoi  et son contraire, des gens de bonne foi aux chercheurs de célébrité, de reconnaissance ou – et peut-être surtout-  bien entendu, pour quelques uns, de profits....
    On n’est pas sortis de l’auberge ….

     images :laconnectrice.net, planete-beaute.blogspot.com,, revolutionfrancaise.pagesperso-orange.fr,,  fr.123rf.com


  • Commentaires

    7
    Mardi 11 Octobre 2016 à 17:38

    Merci pour ton petit passage sur mon site. Très bon article de ta part.....".La vérité n'est jamais amusante, sans cela tout le monde la dirait ..." à partir de là, Je ne crois plus beaucoup de choses, ni aux écrits ni à ce qu'on raconte. Bonne soirée à toi. Musicalement. marcel... 

    6
    Dimanche 9 Octobre 2016 à 09:42

    L'auteur des propos que l'on incrimine, vient de faire une série de déclarations disant exactement le contraire de ces propos liminaires et les béats devant leur téléviseur vont une fois encore gober cette soupe distribuée largement à leurs frais d'ailleurs.Et dire que la redevance augmente encore....

    On va encore encombrer les travées des tribunaux pour juger des mots à qui l'on prêtera une signification que certains n'ont pas compris.....

    Bon dimanche

      • Dimanche 9 Octobre 2016 à 09:47

        ne serait-ce pas, finalement, le but de la manoeuvre ?

    5
    Dimanche 9 Octobre 2016 à 07:56

    On dit que la liberté des uns s'arrête où commence celle des autres, mais de nos jours il n'y a plus de limites définies; certains ont tous les droits tandis que d'autres n 'ont plus que des devoirs, que ce soit en paroles ou en actes.

    Bon dimanche Peache, bises.

      • Dimanche 9 Octobre 2016 à 09:52

        pourvu que je ne parle  ni de l'autorité, ni de la politique, no des gens en place, ni..ni... ni.. disait Beaumarchais... Les temps passent  et ne changent  guère......

         

    4
    Dimanche 9 Octobre 2016 à 06:38

    Le changement est en marche, bien des choses ont déjà changés, la légalité est devenu réactionnaire car elle est un frein à l'illégalité. Tout est mis en œuvre pour protéger la libre circulation du trafic et de ceux qui veulent transformer le visage de notre démocratie. Nous avons donné les clés du pouvoir à de sombres voyous et ils n'ont pas l'intention de les laisser filer, tout le reste n'est que détail pour occuper le citoyen lambda

    Amicalement

    Claude

      • Dimanche 9 Octobre 2016 à 09:54

        et le citoyen lambda se repaît de ces arguties aussi sottes que  grenues!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :