• Ouvéa.

    Bon jour !     Actuellement Mathieu Kassowitz tourne en Polynésie un film sur l’épouvantable affaire d’Ouvéa, en 1988. Quelques un des acteurs  sont des kanak qui ont directement participé aux événements qui ont motivé le film.  Evidemment, ce tournage  crée la polémique. Il n’a pas été tourné sur les lieux , pour diverses raisons,  dont la moindre n’est pas la  plaie encore trop vive. Je ne peux, ni ne veux m’immiscer dans les explications de cette affaire, ne me sentant pas qualifié pour le faire.
         Je viens de lire trois livres, écrits par des officiers de l’Armée de TerreBon jour ! et de la Gendarmerie, qui ont participé voire dirigé les opérations. Et je me pose beaucoup de questions.  Si ils sont - globalement - d’accord sur le déroulement , ils divergent totalement sur leurs propres actions, et s’accusent mutuellement de mentir  quand ils parlent l’un Bon jour !de l’autre, chacun étant évidemment le meilleur et le seul a détenir la vérité.                          
    Généralement,  dans toutes  les armées de tous les pays du monde, c’est le plus haut gradé qui a raison, ou qui, en  tous cas, est considéré comme tel. Tous ceux qui ont eu l’honneur, la chance ou la malchance de participer à des opérations risquées pourront vous le confirmer.

         Mais ces divergences, qu’on peut éventuellement considérer comme des problèmes d’ego plus ou moins surdimensionné, donnent une image pour le moinsBon jour ! négative de nos Forces Armées. Personne n’a écrit, à ma connaissance, le point de vue Kanak de cette affaire, qui a commencé et s’est terminée par des massacres . Pour quel résultat ? 
         Jean Marie Tjibaou et Yewene  Yewene ont été abattus quelques mois plus tard, par un de leurs partisans qui les considérait comme des traîtres à la cause. Les gens de Hienghene ont accepté   la coutume de pardon des  gens de Gossanah , le Haut Commissaire de la République a parlé à Ouvéa, un comité a été créé pour commémorer la mort des gendarmes et a bâti un monument à leur mémoire, un monument a été élevé à la mémoire des kanak tués, et Kassowitz  en fait un film, mais a quoi ont servi toutes ces morts ? 
      Des deux côtés, les victimes sont devenues des héros. Les tenants de l’indépendance locale et ceux de la souveraineté française disent qu’ils ont gagné. Seules, les mères, les épouses les pères et les filles et les fils des morts ne comprennent pas pourquoi.  
         Il n’y a rien de nouveau sous le soleil.

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :