• outrances

    outrancessDepuis que la démocratie a été inventée, toutes les républiques et même beaucoup de monarchies se livrent à ces exercices plus ou moins hasardeux qu'on nomme les élections. Ces choix sont, les hommes n'étant hélas que ce que nous sommes, l'occasion de tous les excès, abus, exagérations et, souvent toutes les outrances.
    Une des définitions de l'outrance est "Jusqu'à l'élimination de l'adversaire". Ces quelques mots illustrent bien les attitudes de divers soutiens de candidats , de tout bord, de tout poil, obédience ou idéologie à toutes les élections de tous les pays, voire entreprises du monde.
    Rien n'est assez insignifiant, rien n'est trop glauque, rien n'est normal ni naturel dans ces luttes masquées et mesquines qui agitent l'entourage de prétendants aux lustres voire aux ors des royaumes, des républiques ou tout autre poste de domination. Sans, évidement, tenir compte des conséquences éventuelles de ces flatteries ou vilenies sur la vie des vrais gens
    Bien entendu, chacun des sbires ou des journaux inféodés à l'un ou l'autre, chacun des ennemis ou amis de l'autre ou de l' un, et bien entendu avec leur accord tacite, recherche avec acharnement le plus petitoutrancess presque beau geste qui pourrait être attribué, le plus petit presque délit pouvant être reproché. 
    Et quand on ne trouve pas - ce qui est tout de même exceptionnel, les candidats étant seulement des hommes comme vous et moi … - on suppute, on conjecture, on amplifie, on détourne, on médit ou on fabrique des vérités aussi péremptoires qu'invérifiables, on lance rumeurs et bruits de couloirs, on intoxique par un peu de "mensités"(1) ou quelques"vérisonges"(1), sans aucun autre but que salir ou encenser, donc, croit-on, faire gagner ou perdre .Et, bien sûr, espérer recevoir quelques aumônes après la "victoire", tout en constituant des dossiers éventuellement utilisables lors des prochaines élections, ou le retournement de veston suivant, on ne sait jamais... 
    Néanmoins, ces glorieuses attitudes ne sont l'apanage d'aucun quidam, qu'il siège coté cour ou côté jardin.
    Comme elles sont courageusement et très discrètement initiées, malgré les incontournables et innombrables moyens d'information à sa disposition, l'électeur ne sait pas trop d'où elles viennent.

    En définitive elles ne servent strictement à rien, les convaincus restant sur leurs positions, et les abstentionnistes n'en ayant cure, ou y trouvant une raison à leur non action...
    Les élus le sont donc par une infime frange de gens qui votent oui ou non, vert ou bleu, noir ou blanc ou gris selon l'humeur du moment, la pluie, le soleil, la neige, l'ouverture de la pêche à la truite ou de la chasse, voire la rougeole du petit dernier. Ce qui explique les écrasantes majorités de 50,001% de 30 ou 35 % d'électeurs, soit un petit tiers des électeurs inscrits... Quant on arrive à 40 % , on parle presque de plébiscite....
    outrancessIl n'y a pas à dire, l'argent des contribuables affecté au financement des campagnes électorales est bienoutrancess utilisé.  Mon Père disait : "tu les mets tous dans un sac, tu secoues, le premier que tu sors ne vaut pas mieux que les autres". 
    Excessif? Peut-être. Quoi que .

    Mon Vieux a connu deux guerres mondiales et des myriades de conflits locaux  , trois républiques , un état bidon et a élevé  une kyrielle d'enfants qu'il a eu bien du mal à nourrir.
    Il a cru a des tas de promesses, et en a lourdement payé les espoirs déçus qu'elles avaient générés.
    Il ne se faisait donc plus guère d'illusions ..

    ______________________

    (1) condensés de mensonge et vérités ...

    images : slideplayer.com  ; blogrhiaepoitiers.wordpress.com ; 24heures.chslideplayer.fr

     


  • Commentaires

    6
    Mercredi 27 Septembre à 13:06

    Bonjour Peache, la politique est un panier de crabe on le sait. Mais beaucoup n'ont pas choisi, entre la peste et le choléra. Si on est élu  par 20 000 électeurs sur 47 000 inscrits y a-t-il de quoi se glorifier? Je ne pense pas. Mais ton père avait raison.

    Kisétoj Peache des Isles.

      • Jeudi 28 Septembre à 00:45

        d'un autre côté ,si on ne vote pas, peut-on se plaindre des élus ?

        kisetoj

    5
    Mercredi 27 Septembre à 10:17

    On choisit c'est vrai ceux qui doivent nous gouverner et améliorer notre situation. Et l'on se rend compte que l'on s'est trompé dans notre chois alors on râle.....Mais je suis assez d'accord avec ton père...Tous pareils.....

    Bonne journée.

      • Jeudi 28 Septembre à 00:46

        peut-être qu'au début, va savoir...

    4
    Mercredi 27 Septembre à 06:37

    Les joies de la démocratie, on a le droit de tout dire et de tout faire, même de salir ses adversaires. Et après on s'insurge su désamour des français pour la chose politique
    Amicalement

    Claude

      • Jeudi 28 Septembre à 00:48

        le problème c'est que ceux qui salissent  font partie aussi des plaignants.......

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :