• oui, chef

    oui, chefVous n'êtes pas sans ignorer que, dans la lointaine métropole (lointaine pour moi, bien sûr), il existait (et  peut-être existe encore ) dans les glorieuses années de ma jeunesse baladeuse, des dispositions printanières si administrativement bien nommées "barrières de dégel". 
    Chaque année, après les sombres journées de l'hiver, les chutes de neige, gelées et autres menus plaisirs des mois en R , quand le printemps et sa douceur s'annonçaient, les routes, qui avaient subi les rigueurs du froid, risquaient, si on les surchargeait, d'être mises en un état que les suspensions automobiles ne supporteraient pas. oui, chef
    C'est pourquoi, chaque année, à Paris, où vous savez bien que tout ce qui est bon pour les campagnes se décide, quelqu'un, quelque part, pondait une directive, adressée à tous les préfets, sous-préfets, et autres maires de la République.
    Ainsi que bien entendu, à toutes les forces de l'ordre, expression aussi gouvernementale  qu'indiscutable désignant tous les personnels (1) ayant pour but, sinon pour idéal, le bien-être et le maintien dans le cadre républicain des masses laborieuses, scolaires et même retraitées de la nation. 
    Cette directive enjoignait aux sus-cités d'interdire aux véhicules dépassant un certain tonnage de circuler sur les dites routes lors de certaines périodes bien précises, commençant à telle heure et finissant à telle heure. 
    Cette précision a plongé des générations d'exécutants dans des abîmes de perplexités, car ils ne comprenaient pas bien comment une route peut être endommagée à partir de 8 heures et pas à 7 heures 45, ou après 9 heures, et pas à 9 heures 15. 
    les ordres sont les ordresC'est tout simplement parce que les exécutants ne sont pas là pour comprendre, mais pour exécuter, seules lesoui, chef hautes instances parisiennes étant en mesure d'apprécier les éventuels dégâts causés à une chaussée antillaise  par un ou deux bœufs  tirant tranquillement son cabrouet transportant paisiblement  de la canne à sucre lors de l'application de ces fameuses barrières de dégel . 
    Car, dans leur grand souci d'éviter aux lointains ressortissants de commettre une erreur fatale, les têtes pensantes franciliennes précisaient que la circulaire , et notamment l'exemplaire destiné à la maréchaussée, arme d'élite dans laquelle j'avais à cette heureuse époque l'honneur de servir, que la circulaire donc était à diffuser " jusqu'à l'échelon brigade et peloton isolé". Donc partout.
    C'est ainsi que, passant par la Direction à  Paris, la légion à  Fort-de-France, le groupement à Saint Claude et la Compagnie à Basse-Terre, l'ordre a été scrupuleusement transmis et  est parvenu à la Brigade de gendarmerie de Basse-Terre, chef-lieu du magnifique département de la Guadeloupe, en ce mois de mars 197..., que Phoebus avait glorieusement amené à un petit 32° à l'ombre. 
    Les ordres, surtout,  évidemment, ceux venant de Paris, ne se discutent pas. C'est ce que m'a rétorqué mon chef, quand j'ai émis un doute sur l'utilité deles ordres sont les ordres cette opération, en ces lieux et sous ce soleil. 
    Et je suis parti, avec mon collègue et néanmoins ami, en direction du Pont du Galion, près du fort Saint Charles, à l'entrée de la ville, avec pour seule et unique mission, inscrite en rigolant mais scrupuleusement par notre chef sur le bulletin de service, de "faire respecter les barrières de dégel". 
    oui, chefCe à quoi nous nous sommes, scrupuleusement, attachés pendant deux heures, heureusement à l'ombre du flamboyant ombrageant l'entrée  du pont, qui, comme tout le reste du département, survivait tant bien que mal à une canicule durant depuis décembre.oui, chef
    Et à notre retour, j'ai, scrupuleusement, mentionné "aucune infraction constatée aux barrières de dégel". Notre chef a, scrupuleusement, vérifié si ce document était bien rempli, et l'a , scrupuleusement, rangé en rigolant, tout comme ses collègues de tous les départements d'Outre Mer, situés, comme chacun sait (ou devrait savoir), dans les zones tropicales de la planète. 
    Détail intéressant, Saint Pierre et Miquelon, archipel français situé au large du Canada et vivant des hivers à température moyenne de moins 1° à moins 6° , et ne bénéficiant pas encore du statut de département , n 'était pas destinataire de cette sacrée foutue circulaire.....

    ____________________________

    (1) personnels est un mot pluriel à sens particulier  qui désigne tous ceux qui supposés exécuter les ordres donnés par les états-majors

    photos : www.my-angers.info;danae.unblog.fralpesantilles.blogvie.comwww.youtube.comwww.undersociety.fr


  • Commentaires

    2
    Lundi 22 Février 2016 à 09:43

    Bonjour Peache, rien de nouveau sous le soleil, le chef a toujours raison même s'il dit des stupidités, c'est le privilège des galons. J'ai souvent été confrontée à ce genre de choses, mais jamais aussi drôles et insolites que ton histoire.

    Passe une belle semaine et attention au vent, bises.

     

    1
    Lundi 22 Février 2016 à 07:18

    Les ordres sont les ordres et on ne discute pas!

    Pendant ce temps dans les Vosges, on se battait contre les nids de poules que les grumiers nous avaient si généreusement fait au dégel, c'était le temps idéal pour sortir les bois coupés pendant l'hiver

    Amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :