• Otages frais et frais d'otages

     

         Bon jour !On est en train, dans les hautes sphères pensantes ( ce n’est hélas pas un pléonasme ) de notre royaume,  de pondre une loi. C’est un exercice de plus en plus fréquent, et de plus en plus liberticide. Cette fois, on (personne n’ayant assumé la paternité de cette loi ) envisage de faire payer aux otages libérés les frais engagés pour leur libération.
       Sauf, le ministre  des affaires étrangères dixit, aux  journalistes  et aux humanitaires. Et ce brave baladeur interpartis de préciser que l’article 13 ( porte bonheur ?) du texte visé  s’adresse principalement aux agences de voyages, qui devront aviser leurs clients des risques encourus dans les diverses destinations.
        Ce  qui confirme, pour  ceux qui l'ignoraient encore  qu'il existe plusieurs catégories d’êtres humains dans  notre monarchie , puisqu’on peut payer pour libérer des journalistes et des humanitaires, tandis que le vulgum pecus se chargera lui-même des frais éventuels.
        Bien entendu on ne parle pas des frais engagés pour  libérer le politicien de tout poil, qui, en effet, ne  se déplaçant en dehors de nos frontières  que vers des endroits où il peut trouver un hôtel aux nombreuses étoiles, et entouré des gorilles armés jusques aux dents ( le s  de jusques est fait exprès, pour jouer à La Fontaine, tant ces élucubrations  législatives ressortissent de la fable ), ne risque pas de ruiner les finances publiques, en tous cas pour des frais de rapatriement.  Car le reste du déplacement est généralement, assez , disons.. coûteux. Mais , comme aurait pu dire le père de Mowgli, ceci est une autre histoire..   Il est vrai que le petit peuple n'a pas grande audience, en nos temps sans élection proche.
          Dorénavant, et bien sûr jusqu’à  l’avenir inclus , si vous voulez aller faire un tour Bon jour !exotique, il vous faudra bien regarder les infos, et  vous assurer, par exemple en  échangeant des courriers avec l’ambassade locale, qu’il n’y a  pas de risque de révolution,  de coup d’état, de banditisme ou autres actes de piraterie maritime récents, en cours ou en instance,  contracter une assurance " remboursement de frais  de  prise d’otage "  et conserver soigneusement les lettres des ambassadeurs ou consuls pour, si vous rentrez un jour vivant dans votre village, pouvoir vous faire rembourser les frais que notre royaume fraternel mais fauché  vous aura réclamé si vous êtres pris par des  Farc, ou des pirates,  ou par des contre  ou par des pour…
         Ou alors, malin, vous vous inscrirez comme correspondant local de la gazette deBon jour ! Trifouillis- Les-Gros-Matous,  ce qui vous procurera une carte de presse, et en avant pour l’aventure, Monsieur le Ministre  des étranges affaires  l’a dit, on paiera pour vous. Et avec un peu de chance, le beau carrosse volant royal ira vous chercher et vous serez reçu sur le perron du Palais , devant la télé et toute la presse radiodiffusée ou  écrite en costume du  dimanche, après qu’une cellule psychologique ait pris soin  de votre député .
         Une, libre, fraternelle et égalitaire qu’ils disaient les autres, là,  en 89 … 
         Il est vrai que ces utopistes parlaient de République.

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Mercredi 7 Juillet 2010 à 22:57
    tu ne t'es pas un  peu trompée de chronique , copine ? 
    1
    hem
    Mercredi 7 Juillet 2010 à 10:21
    selon que tu sois manant ou seigneur, ton sort n'est pas le même !

    mais  voyons, peache, il faut bien que les hauts placés trouvent autre part que dans leur poche les sous qui leur manquent pour s'octroyer de substancielles retraites.
    il faut bien penser que, eux, n'ont pas la sécurité de l'emploi ! vois ces deux  secrétaires d'état sacrifiés sur l'autel de la république !
     tu diras cela laissera du temps à l'un des deux pour fumer tranquillement ses cigares   
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :