• Nuances

         J’ai entendu aujourd’hui deux petites phrases qui m’ont enchanté, sur une radio s’adressant à ceux qui ont quelque chose entre les oreilles, au cours d’une émission planétaire superbement animée.
         Pour ne pas la citer, il s’agit de "Allo la planète " sur France Inter, entre 23 heures et 1 heure du matin, heure française La première était
      " la vérité dépend de celui qui l’écoute " , l’autre l’œuvre d’un franco-suisse, qui disait "  Je suis suisse de naissance et français par ma mère ". 
      Nuances  Ainsi donc,  la vérité, comme les  promesses électorales ne ressortent Nuances
    aucunement de la responsabilité de  celui qui les énonce, mais uniquement
    des auditeurs ou des … récepteurs.
         Cette notion  nous éclaire sur les motivations et les intentions des grands causeurs, éminents conférenciers et saints prédicateurs qui ont sévi au cours de siècles, et qui, bien entendu, connaissaient ce principe.
         Cela nous précise aussi  l’opinion qu’ils avaient (qu’ils ont  encore et qu’ils auront toujours, hélas !) sur  leurs auditeurs, c'est-à-dire  de  nous autres, écouteurs béats, qui menuisons nos idées avec leur  langue de bois.
       Heureusement, un grain de sable, venu  des râleurs, anticonformistes, anarchistes et autres révolutionnaires, s’est glissé dans les rouages des crânes têtus, entêtés et entêtants de leurs héritiers  et a provoqué cette vague qui permet à l’humanité d’évoluer , malgré les carcans du politiquement correct et du bienséant béat  et bien pensant.  
       Et ceux-là essaient, au travers de leurs livres, articles, blogs voire conversations, de résister à la soumission  démissionnaire et de relancer le débat, en espérant parvenir un jour  à une société  vraiment  libre de sa pensée, de sa parole et de ses actes.  
         D’accord, c’est utopique. Mais ce sont bien les utopies qui ont fait bouger l’humanité,  non ?
       Ainsi,  elle finira  forcément  par mériter  une  majuscule et deviendra, enfin,   " l’ Humanité ".
         D’accord, ce sera long !
         Sed, espero vivigas , ĉu ne ? ( L’espoir fait vivre, n’est-ce pas ? ). 
         Quand à l’autre phrase, elle illustre le sens de Nuancesl’humour de son auteur, et la vénération  qu’il porte  à sa mère.
         Pas du tout le chauvinisme franchouillard dont  tous les étrangers ( ceux qui ne sont pas français, évidemment  ) se gargarisent à nous affubler.
          Avec un peu de raison quand même…

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :