• Ne pas perdre le nord

         Ne pas perdre le nordAux quatre coins du monde, dit-on, peut-être  en réminiscence des temps où la Terre  était plate, et même carrée, avant de devenir ronde, ou, comme en nos temps incertains, cabossée de partout par ses occupants.
            Certains vont même aux quatre coins de l’hexagone, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde ni même de n’importe qui, finalement, sauf peut-être de nous autres, anciens gaulois, vieux francs et nouveaux euro…péens, à qui, c’est un petit corse teigneux qui l’ a dit, rien n’est impossible…Quoi que… mais c’est une autre histoire !
            Ces quatre coins, qu’on dit cardinaux bien qu’aucun d’entre eux ne fut jamais Ne pas perdre le nordecclésiastique, sont nommés en francophonie Nord, Sud, Est et Ouest, ou Nordo, Sudo, Oriento et Okcidento en internacia lingvo. Et même, dans le sabir des  grands bretons, North, South, East et West.  
           Chez les grecs ils s’appelaient Borée, Notus, Eurus et Zéphyr, noms des quatre vents fils d’Eole et d’Aurore,  devenus chez les romains Aquilon, Vulturnus,  Auster Ne pas perdre le nordet Favonius. Les chinois, plus matérialistes,  ont mit une Tortue au Nord, un Phoenix au Sud, un Dragon à l’Est et un Tigre Blanc à l’Ouest.   
          Pendant ce temps, dans les brumes Nordiques les vieux germains et vikings, poétiques en diable, ont fait naître  quatre nains gigantesques ( ce n’est pas contradictoire, c’est mythologiquement nordique…) des vers qui tombaient Ne pas perdre le norddu crâne d’Ymir zigouillé par Odin et ses frères au cours d’une joyeuse étripade  dans les profondeurs de l’Asgard, sous le Frêne du Monde.
           Ils les ont nommés Nordi, Sudi, Austri et Westri et les ont chargés de soutenir la voute céleste.  
     Ne pas perdre le nord   Cette affectation est d’une logique implacable, puisque le crâne d’Ymir, dont ils sont plus ou moins directement issus servit, au début des temps, à former les cieux, tandis que son sang formait la mer, son corps la terre, ses os les montagnes, et ses cheveux les arbres, tandis qu’Odin créa le temps avec son cerveau.
          Quand on assassine les gens, il faut bien que cela serve à quelque chose ! Peut- on rechercher là l’origine de cet art d’accommoder les restes si cher à nos nutritionnistes ? …
         Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme a dit un jour l’éminent Lavoisier, Ne pas perdre le nordreprenant l’universel nihil novi sub sole de notre cher ami Ecclésiaste.
           Et, maintenant si  une sorte d’inquiétude se manifeste au moment où, dans une de vos pérégrinations, en vous dirigeant vers le Nord ou vers n’importe où, vous vous rendez compte que vous allez vers des …vers …, il ne faut pas vous en étonner, c' est Odin qui l'a voulu.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :