• mots

    mots

    Steevie Wonder, chanteur américain de renommée mondiale était un jour soumis à un entretien par un journaliste. Pas soumis à la question comme aux joyeux temps de persuasion inquisitoriale, rassurez-vous. Je ne fais cette allusion comparative et, ma foi, assez … vaseuse, que pour évoquer les traductions parfois assez étranges, pour ne pas dire ésotériques, pondues sous leur coupole par nos chers vieux hommes verts.
    A la question du journaliste " n'est-il pas trop difficile d'être aveugle depuis l'enfance ? " le génial bonhomme a répondu :"" Non, ça aurait pu être pire, j'aurais pu naître noir ...""
    Il est vrai que cette saillie est aussi attribuée à Ray Charles, aussi génial, aussi aveugle et aussi noir.
    Les mots, surtout évidemment les très bons, sont doués d'ubiquité et voyagent même dans le temps.
    Et ils sont utilisés par les uns dans un sens et par les autres dans le sens contraire, selon l'usage dont ils ont besoin en l'instant.
    Prenons, par exemple, le cas archi connu du fameux "Messieurs les anglais, tirez les premiers !" que le comte d'Auterroche aurait prononcé à Fontenoy pendant lamots guerre de succession d'Autriche, en 1745.
    Les fusils, en cette heureuse période, n'étaient qu'à un coup.
    Du coup, la proposition devient nettement moins "panacheuse". En effet, après la première salve, les tireurs devaient recharger, ce qui, prenant... un certain temps,  les mettait à la merci de leurs adversaires qui, n'ayant pas tiré, avaient, évidemment, des fusils chargés...
    Une autre version, forcément celle d'un caustique tout aussi forcément d'une mauvaise foi antimilitariste, déplace la position des signes de ponctuation dans la phrase, qui devient :
    " Messieurs ! Les anglais ! Tirez les premiers !".
    Cette interprétation dénoterait de la part de son auteur une ruse vulgaire bien indigne d'un officier français, tout au moins dans l'image d'Epinal que nous devrions en avoir, mais d'un sens pratique certain..
    N'allez pas tirer de conclusion hâtive m'accusant de mépris des armées. C'est seulement une interprétation linguistique , et qui n'est pas de moi!
    Une autre phrase célèbre fut attribuée à l'ineffable Patrice Edmée de Mac Mahon, maréchal de France qui fut, avec toute la logique politique de cette motsépoque, le seul président monarchiste de la République, et plus connu aujourd'hui grâce à son célèbre " Que d'eau ! Que d'eau !" à Toulouse lors d''une crue de la Garonne.
    Lors d'une visite à Polytechnique, il aurait dit à un élève originaire de Guadeloupe, Sosthène Mortenol, fils d'esclave : "
    C'est vous le nègre ? C'est bien continuez...".
    L'attribution de ces mots sublimes à l'intéressé montre l'estime que ses contemporains lui portaient …
    En fait , le conditionnel étant obligatoirement de mise en matière de mots historiques,  cette citation serait issue d'une phrase adressée à Mortenol par ses labadens, phrase que je ne résiste pas au plaisir de citer :
    """ Ah ! c'est toi le nègre. C'est bien, conscrard (1), continue ! Je t'ai reconnu à ta face luisante, aux reflets brillants, sur laquelle se détachent deux yeux blancs comme deux rostos(2)de sapin dans tes ténèbres de la nuit. Si tu es nègre, nous sommes blancs ; à chacun sa couleur et qui pourrait dire quelle est la meilleure ? motsSi même la tienne valait moins, tu n'en aurais que plus de mérite à entrer dans la première École du monde, à ce qu'on dit. Tu peux être assuré d'avoir toutes les sympathies de tes ans((3). Nous t'avons coté(4) parce que l'admission d'un noir à l'X ne s'était jamais vue , mais nous ne songeons pas à te tourner en ridicule . Nous ne voyons en toi qu'un bon camarade auquel nous sommes heureux de serrer la main"".
    Notre histoire est pleine de ce ces citations plus ou moins aléatoires, plus ou moins apocryphes, qui font, quoi qu'on en dise ou pense, un fameux chapelet de délicieuses perles, qui, faisant rêver, donne à l'Histoire ce petit air de légende qui lui va si bien.

    __________

    (1) conscrit(2) ronds?(3) du même âge?(4) nommé

     

    photos :ohmymag.com;  campagne-valerie.fr; galerie.roi-president.com; savoiretpartage.com


  • Commentaires

    1
    Mercredi 19 Février 2014 à 15:29

    Quand on compare les aboiements auxquels on a droit dans les médias et ces réflexions subtiles, il y a de quoi être nostalgique. Merci pour ce partage, à bientôt

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :