• minerve

    minerveAprès le sac de Béziers de 1209, cette cité médiévale fut le refuge de nombreux cathares, poursuivis, pourchassés, exterminés pour avoir voulu vivre selon les principes du christianisme originel.  Il n'y avait pas, au moment de la croisade dite des Albigeois, de château plus fort que Minerve. Comme les narbonnais se plaignaient des raids menés par ses habitants, Simon de Montfort assiège la ville en 1210.
    Guillaume, le seigneur de Minerve capitulera le 22 juillet 1210 après sept semainesminerve de siège, les résistants étant assoiffés.
    Un chemin couvert, dont on peut encore voir deux pans de murs en ruines, conduisait des remparts au puits St-Rustique qui ravitaillait en eau les assiégés. Montfort détruisit ce puits à l'aide de catapultes.
    Les conditions de la capitulation de Minerve qui furent fixées par Arnaud Amaury, infâme légat du Pape précisaient que seuls pouvaient sortir ceux qui se soumettaient à l'église catholique.
    140 cathares qui ne voulurent pas renoncer à leur foi périrent dans le bûcher. Du château, il ne reste que la candela et une façade à l'est au-dessus des gorges du Briam.

    Cet épisode terrible m'a inspiré le texte suivant

     

    Minerve

    Depuis trente-cinq jours,
    Monfort campait autour
    avec son ost et ses soudards.
    Ce matin là, un soleil de foi se levait
    sur Minerve la Cathare.
    C'était l'aube mais, déjà, la chaleur de juillet
    trouait le corps des hommes de ses feux,
    et sortir de l'ombre crevait les yeux.
    minerveDevant sa baliste, un homme du Nord,
    près de son tas de pierres
    regardait tristement les corps
    de ceux d'en face se déchirer
    sur les terribles roncières
    quand du puits ils s'approchaient
    pour tenter de cueillir les quelques pauvres gouttes
    qu'ils perdraient en remontant sous la voûte.
    deux hommes mouraient pour chaque seau,
    la vie était moins chère que l'eau,
    femmes, enfants, vieillards, guerriers,
    la soif tuait autant que les pierriers.
    Au fond de la Cesse , là-bas, entassant
    chênes et oliviers énormes,
    les soudards riaient, impatients
    de voir brûler les hérétiques
    voués au feu par Dominique,
    le castillan fou du Dieu de Rome.
    Le vicomte Guillaume, faydit et fier,
    riche de faim et de poussière,
    ravalant sa honte et sa rage,
    rassembla les fiers sergentsminerve
    et les Parfaits si sages,
    et les cent quarante croyants,
    haves, décharnés, mais toujours vivants
    reçurent le consolament.
    Puis, ensemble, d'un seul élan,
    plutôt que d'abjurer, se jetèrent
    dans les flammes en chantant .
    minerveDevant sa baliste, près de son tas de pierre,
    l'Homme du Nord se signa en pleurant,
    tandis que Monfort, impassible,
    croyant encore son salut possible ,
    goûtait le spectacle avec ivresse.
    Mais devant Toulouse, au Ramier,
    une pierre vengeresse,
    patiente, l'attendait.

     

     photos :locationsdusud.fr; chateauxetpayscathare.blogspot.com; fr.wikipedia.org; cahiers.de.minerve.pagesperso-orange.fr; fr.wikipedia.org

     


  • Commentaires

    5
    Mercredi 23 Juillet 2014 à 13:24

    merci Lolabel, de ces éléments . Il est loisible de disserter des heures et des heures sur cet épisode de notre histoire, des bûchers, des sacs et autres menues distractions de ces temps de folie ! Il est vrai que le catharisme est devenu une source de .... revenus, mais il reste présent dans l'esprit du Lauragais. Ne dit -on pas "es oun amaury " pour parler d'un quidam douteux , en référence au fils du sinistre Montfort ?

    Bonne journée, puis qu'il est 22 heures 30 ici .

    4
    Mercredi 23 Juillet 2014 à 09:57

    Innocent III écrivait à Philippe Auguste depuis 1198 pour lui demander d'intervenir contre les cathares, mais le roi voyait d'un très mauvais oeil l'ingérence du Pape dans les affaires de l'Etat. il a fallut l'assassinat d'un de ses légats, Pierre de Castelnau,  en janvier 1208 pour "ça dégénère". Jusque là, le roi avait fait la sourde oreille, mais devant ce crime de lèse papauté, il ne pouvait plus ignorer les demandes (ordres) de ce Pape avec lequel il ne s'entendait pas du tout. L'avidité des grands barons du Nord s'est manifestée après la chute de Carcassonne, le 15 août 1209. C'est Simon de Monfort qui a ouvert "le bal" en acceptant les terres des Trencavel qu'aucun autre ne voulait. Les grands barons n'étaient là que dans le cadre de l'ost, et ne pensaient qu'à retourner chez eux après leur 40 jours, seuls quelques uns sont restés (moyennant finances...). Les terres de Trencavel et celles de son oncle, Raymond VI de Toulouse, ont été données à Montfort, qui a, à son tour, casé ses potes... 

    Mais je pense qu'à la base, dans ce conflit, c'est l'intégrisme catholique qui est à l'origine de cette croisade et des nombreux bûchers allumés par l'Inquisition (instaurée en 1233).

    Malheureusement, aujourd'hui, cette histoire est commercialisée à outrance, rapportant écus sonnants et trébuchants à tous les "V.R.P" du Catharisme si prompts à se remplir les poches grâce au  martyr des victimes de cette croisade qui est la seule qui fut organisée par des chrétiens... contre des chrétiens....

    "Tout" est "cathare" ici depuis 35 ans.... C'est (tristement et malheureusement) très lucratif !

    3
    Mercredi 23 Juillet 2014 à 01:57

    quel beau raccourci, Lolabel ! Victimes d'un Innocent .... L'hypocrisie étalée sans la moindre vergogne .. Ces crimes n'avaient rien a voir avec la Foi   , il ne s'agissait que de la plus basse mesquinerie, du plus vil appât du gain et de la volonté papale et royale de s'emparer des riches terres des Comtes de Toulouse. Quant à la complicité des croisés du Nord, tous les soudards, spadassins, reitres,  hashishins , ou huns, qu'ils soient chrétiens, arabes, juifs , animistes ou mongols l'ont un jour commise, et d'autres, où les mêmes, la commettront. Il serait temps que l'Humanité devienne humaine

    2
    Mercredi 16 Juillet 2014 à 09:22

    Un bel hommage aux victimes du pape Innocent III et des croisés venus du nord...

    1
    Mercredi 16 Juillet 2014 à 08:17

    Le moteur a toujours été l'avidité, la foi a servi de prétexte, sur ce point rien n'a jamais changé

    amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :