• médiatorisation

        Bon jour ! Avec l'accord mûrement réfléchi d'une agence nationale, un laboratoire a mis sur le marché un médicament qui s'est révélé, à la longue, presque aussi mortel qu'une rafale d'un fusil d'assaut en état de marche.
       Après  de mûres réflexions, la  même agence a décidé que  ce  médicament serait retiré de la circulation, après quand même trenteBon jour ! ans de bons et loyaux services et quelques plus ou moins 500 victimes.
         Les membres éminents de cette agence, dûment qualifiés, tout au moins on l'espère, étudient avec un soin pointilleux les caractéristiques, les éventuelles possibilités d'effets secondaires du ou des produits avant de répondre favorablement aux demandes de mises sur le marché des nouveaux médicaments.
       Bon jour ! L'emploi du mot "marché", évocateur de gros, de très gros sous, pourrait, si l'honnêteté des intéressés n'était pas garantie par la République, donner à des gens par trop soupçonneux des idées iconoclastes.
         Car, bien entendu, il est absolument hors de question d'évoquer le début de l'idée d'un soupçon de peut-être éventuel pot de vin, bakchich ou autre dessous de table pouvant , allez savoir, mettre de l'huile dans les rouages de la mécanique.
         Jusqu'au moment où on s'aperçoit que ledit médicament a un effet plus que néfaste, et qu'il a grandement favorisé le départ pour les chasses éternelles de quelques centaines de citoyens. Alors, devant le risque de remous "électicides", on met en place une commission composée d'autres personnes, tout aussi qualifiées que les premières, afin qu'elles se penchent sur les détails de la fabrication de la kalashnikov chimique et des transactions qui l'ont suivie .
        Et découvrent les possibles nids de "petits" cadeaux, de migrations Bon jour !pécuniaires et autres joyeusetés, pour finalement peut-être conclure que le laboratoire pourrait bien avoir eu une attitude qui, si elle est efficace commercialement, l'est beaucoup moins déontologiquement.
        La déontologie, comme la nostalgie, ne serait-elle plus ce qu'elle était? Ce serait bien dommage. Il est vrai que quand on jongle allègrement avec des milliards, on pourrait avoir un point de vue un tantinet différent.
        L'organisme incriminé, après des réticences, des faux fuyants, des refus,Bon jour ! des tergiversations, déclare que , bien qu'il ne soit coupable de rien du tout, il indemnisera (un peu) les victimes, dans la mesure où elles n'iront pas pleurer dans le giron de la justice, ce qui n'est jamais bon pour les affaires, vous en conviendrez.
         Les hautes autorités gouvernementales, devant cette attitude lésineuse décident, dans un grand élan philanthropique, de créer un fonds public pour indemniser les victimes, à charge pour le laboratoire tendancieux de rembourser.
    Bon jour !     Elles affirment haut et fort, comme à leur intangible habitude que cela ne coûtera rien au contribuable. Ce qui ôte évidemment à l'homme d'en bas toute inquiétude.
        Pendant ce temps le laboratoire et tous ses concurrents continuent la création et la mise sur le marché d'autres poules au œufs d'or.
          Sous la surveillance attentive de l'agence nationale.
          Bien entendu .



    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :