• Marchands de paroles ( fin )

    Marchands de paroles ( fin )     Pendant ce temps, les prébendes continuaient de tomber des sphères dirigeantes, en pluie bienfaisante et régulière, et alimentaient leur escarcelle, et les zéros s'alignaient avec une constance exemplaire sur le compte qu'ils exploitaient en commun. Cette manne, l'homme n'étant que ce qu'il est, excita naturellement des appétits, voire des convoitises gourmandes.
           Si bien qu'un jour l'un des Marchands de Parole prit la navette spatiale et Marchands de paroles ( fin )s'envola vers la constellation mère avec, dans ses bagages avec une bonne part des avoirs de l'Association. Ce que voyant, un autre s'empara derechef du reliquat et prit la navette suivante. Ni l'un ni l'autre n'avaient évidemment informé leurs collègues ou leurs malvoyants mais généreux mécènes de cette promenade.
           Les autres marchands ne réagirent pas immédiatement, la pensée de la trahison d'un de leurs pairs ne leur venant pas immédiatement à l'esprit. Quand ils comprirent la situation, ils prirent très mal la chose et se réunirent afin de définir quelle politique adopter vis à vis des riches déserteurs. Les avis étaient partagés, les uns vilipendant les fuyards, d'autres, avec Dieu sait quelle intention sous-tendue, leur trouvaient des excuses, et même des raisons.  
         Marchands de paroles ( fin )D'autres encore, ne se sentant pas suffisamment impliqués restèrent en arrière et, rejoignant la masse des Eratiens muets, ne dirent rien, et quelques uns, peut-être déçus de n'avoir pas eu l'idée les premiers, décidèrent, malgré tout et la mort dans l'âme, de dénoncer à la justice les turpitudes financières commises.

          Ces inféodés, ayant estimé que  l'affaire méritait d'être connue, d'autant plus  que, comme dans toutes les sociétés de toutes les galaxies, les bailleurs de fonds, n’étaient pas très surs de la clarté de leurs actes, ne souhaitaient par conséquent pas prendre d'initiative, ce qu'ils furent cependant bien obligés de faire quand le bon peuple s'interrogea et demanda des comptes.
           Marchands de paroles ( fin )Les réponses embarrassées provoquèrent une crise du pouvoir, et, comme toujours en Marchands de paroles ( fin )l'occurrence, le gouvernement tomba, et des élections durent être programmées, qui amenèrent au pouvoir des hommes nouveaux, réunis en un nouveau parti. Par faute de candidats, ou pour pérenniser une tradition déjà bien établie, ce dernier recruta ses membres dans l'ancienne majorité, et Erato retrouva sa sérénité.
        Quelques temps plus tard, les fuyards rentrèrent au bercail, dans la plus absolue discrétion, et sans faire de bruit, dans la droite ligne des errements habituels à Erato, ils fondèrent une nouvelle association, qu'ils nommèrent Le Silence d'Or .
        Ils reçurent in petto les aides substantielles attribuées aussi généreusement que Marchands de paroles ( fin )d'habitude à quelques créateurs. Et les habitants du pays du silence , heureux et béats, satisfaits du dénouement de cette épineuse affaire, continuèrent à se taire, et à payer chèrement le droit à la parole, qui, cette fois, fut limité a la conversation météorologique.

             Car un chat échaudé, fût-il muet, se méfie de l'eau, même si elle est froide

     

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :