• Marchands de Parole (première partie)

    Marchands de Parole
    Marchands de ParoleJe m'en vais vous conter l'histoire de commerçants linguistes  qui furent connus en des temps lointains sous le mystérieux vocable de marchands de parole. Afin de ne pas vous épuiser, je me ferai le plaisir de vous offrir cette histoire en trois épisodes.

        Le premier, aujourd'hui, suit cette magistrale introduction, le deuxième viendra demain et le troisième lundi. 
    Datation : entre l'hégire et la parousie

    Situation : un astéroïde lointain
                          Personnages : les membres d'une association de marchands de parole.

             Or donc, en ces temps là, alors que l'Hégire était entrée dans sa phase convulsive et que la Parousie, en se profilant à l'horizon, provoquait des angoisses prémonitoires chez quelques bigots au curriculum vitae pas toujours en accord avec les préceptes édictés par Celui qui les attendait, dans une cité érigée sur une toute petite planète perdue dans un océan d'ailleurs, la vie se déroulait presque comme partout dans la Galaxie.
         Cet astéroïde merveilleux, savoureux mélange de jardin d'Eden, d'Eldorado, de Clochemerle(*)  et de Dysneyland, planté par des Dieux facétieux dans une mer de vide sidéral, avait été nommé Erato par un aède astral farceur amoureux des belles lettres, dont le sérieux était attesté par des diplômes de rhétorique transcendantale et de langues vernaculaires. Deux satellites, Polymnie et Thalie, l'éclairaient de l'esprit venu d'un monde lointain et de celui des premiers occupants, eux même venus d'ailleurs, mais ils ne savaient plus d'où, vous pensez, depuis le temps !
            Marchands de Parole Polymnie (**) éclairait l'est et Thalie (***) l'ouest.
            Ce système d'éclairage pour le moins particulier n'était pas le moindre des aspects de cette terre d'étrange dont l'isolement avait participé à donner à ses habitants un fort sentiment d'ilianité, cette sorte de conception du mode de pensée insulaire qui serait inaccessible aux continentaux, et conférerait à ses tenants une originalité inégalée, et, bien sûr, inégalable.
           Les habitants d'Erato, toutes origines confondues, mangeaient, travaillaient, aimaient, pleuraient, se faisaient parfois la guerre, se réconciliaient, se trahissaient, commerçaient, comme dans tous les mondes de la Galaxie, à cette nuance près que sur Erato, tout se monnayait, non seulement la nourriture et les vêtements, comme partout, mais aussi, et surtout, le droit à la parole
           Il est vrai qu'en ces terres exotiques et ces temps indéterminés, la parole n'avait pas le même sens que partout ailleurs, et, souvent, ne rien dire suffisait à se faire comprendre de Marchands de Paroletous. Ou presque, car ceux qui n'avaient pas les moyens de s'offrir la parole ne pouvaient naturellement pas objecter. Ils étaient cependant compris, car, ne pouvant parler, ils ne disaient rien, et étaient donc compris de tous. Cette forme d'expression silencieuse avait toutefois ses limites, celles d'Erato, que pour toutes ces raisons les habitants avaient ironiquement nommé " la planète Silence ".
    Marchands de Parole       La parole était donc relativement rare, ce qui lui donnait un grand prix, à défaut d'une grande valeur, et par conséquent, offrait la possibilité d'un commerce florissant, ce que quelques Eratiens, tous ou presque  bon teint, ayant compris la force de l'union, et aussi, et peut-être surtout, que les espoirs de gains engendrés par le commerce des mots seraient si énormes qu'il pourraient satisfaire plusieurs bénéficiaires, s'étaient réunis en association, et dispensaient généreusement leur parole, celle des autres ne leur important que peu, puisqu'ils ( les autres ) n'avaient pas les moyens de longuement discourir.
           Les membres de l'association, au cours de leurs pérégrinations lointaines, aŭ temps de Marchands de Paroleleur jeunesse exploratrice, avaient entendu parler de la Démocratie. Ce système leur avait paru bon, et son instauration n'avait donc soulevé aucun problème, puisqu'il avait nécessité l'institution du Parlement, dans lequel, comme chacun put le constater, les interminables échanges verbaux plus ou moins oiseux, avaient généré des profits qualifiés d'intéressants par ceux qui s'étaient offert le monopole de la diffusion gracieuse, mais pas gratuite, de la parole .
           A partir de cet instant, la lumière des satellites prit, selon le moment de la journée, une teinte dorée ou verdâtre, au gré des évolutions des virements bancaires arrivant aux comptes de l'un ou l'autre des marchands de parole, les Marchands de Paroleuns ayant opté pour une monnaie métallique aux tons d'or, les autres pour des billets verts, du même modèle que ceux d'une planète située à l'autre bout de la Galaxie qu' elle tentait vainement Marchands de Parolede conquérir depuis des siècles.
           Et bien sûr, le meilleur moyen de diffuser la parole, si on ne voulait pas occuper sans interruption les ondes des radios ou des télévisions, ce qui finirait par lasser les auditeurs, mêmes soumis, le meilleur moyen, donc, était d'imprimer et de distribuer des livres et des recueils de pensées.

     __________________________
    (*) Clochemerle-en-Beaujolais, savoureux village de la France profonde chanté dans les années 30 par le rabelaisien Gabriel Chevallier
    (**)Muse du chant
    (***) Muse de la comédie 


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    4
    Samedi 30 Juillet 2011 à 10:13

    on fait aller, on va comme on nous pousse

    je compatis à la constance de ma tante, elle qui me disait récemment qu' elle avait refusé ton nouveau bail de 99 ans

    je serai bien sûr avec vous par la pensée ce 6 août, jour béni entre tous et particperai de loin aux agapes que tu ne manqueras pas de servir à ta table

    bon vent jeunes tourtereaux

    bises que tu partageras avec ton asemblée.

     

    3
    Vendredi 29 Juillet 2011 à 12:24

    ce fut le 3 juin, mais sera arrosé le 6 aout, pour cause d'arrivée d'es enfants. Kiel vi fartas, Nevo ?

    2
    Vendredi 29 Juillet 2011 à 11:55

    ave Nabukednezo

     

    tu nous diras quand tu te re-maries, après quelque 10 lustres de vie commune???

    1
    hem
    Vendredi 29 Juillet 2011 à 10:44

    Ne dit  on pas que le silence est d'OR ?     


                      donc les non parlants étaient plus riches que les diseux (comme on dit dans ch'nord)          


                                            puisque la parole n'est que d'argent !!!


    J'attends la suite avec impatience

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :