• longueurs

     

    longueurs     Les réponses  administratives  négatives,   ou, mais  c'est   plus  rare,  positives,   sont lentes  à  venir. Qui, dans nos temps modernes,   ne   s'est  jamais plaint d'une tardive réponse   de la sacro-sainte  administration  à une demande  que, bien  entendu,  le requérant  considérait  comme urgente, importante, capitale, voire vitale?
         Qui ne  s'est   mis en colère ou tout  au  moins  ne s'est un tantinet énervé en recevant une réponse aussi tard  venue que  négative ?Il faut cependant admettre une fois pour toute,   à la décharge  des Fonctionnaires (*), que tout,  dans  notre   système administratif est  hiérarchisé.
         Chaque échelon  est  jaloux  de ses prérogatives, ces dernières étant les justificatifs de son existence.  Et,  surtout, seuls, les  Chefs (*) sont autorisés  à signer, ce qui leur donne une indéniable importance.Dans   chaque service,  une  seule personne  est  donc en mesure de signer les documents, et il  est  impossible, voire impensable,  à   un fonctionnaire   de s'affranchir  de cette  règle,  sous peine, non seulement de faute professionnelle  grave, mais aussi, légalement,   de  non-validité du document litigieux.
           Bien   sûr,  il existe  ce  qu'il  est convenu de nommer  des  délégations  de signatures. Toutefois, ces  dernières sont partielles,  et données à  plusieurs individus, chacun pouvant ainsi ponctuellement assurer une partie de la continuité du service en l’absence du Chef.
          En effet, si un  Sous-Chef (*)  administratif avait  des pouvoirs aussi étendus que le longueursChef  administratif, on  pourrait  se poser  des  questions  sur  l'utilité  de   ce  dernier.  
         Ce  qui revient à dire   qu’ obtenir  la réponse  à une  demande adressée  à  l'administration, et portant sur plusieurs sujets tient du miracle, car il faut -  et il faudrait  que  cela  suffise, mais… - réunir  les signatures  de plusieurs Chefs, ou  Sous-Chefs   Délégataires (*). Ce  qui, dans  notre  beau  pays  comme dans  tous les  autres, hélas, est  un  obstacle quasi insurmontable,  en raison des grèves, des  assemblées  générales  qui vont décider si…, des  congés,  des  R.T.T. (rattrapage   du temps…de  travail ?), des  congés  parentaux, des congés de maladie, de l’ouverture de la chasse ou de la pêche, des réunions de formation ou d’information, des  congrès, de  la  rougeole  du  petit  dernier ou de  la   machine  à  café .

         Qu'en  est-il   alors pour  une demande  ne portant  que  sur   une  seule question entrant  dans les  attributions d'un chef  unique ? Dans  cette éventualité,  la demande  recevra  une réponse, mais celle-ci  pourra  être   longue à venir,  bien   que  ne  nécessitant qu'une  seule  signature, pour  les raisons exposées  au pénultième paragraphe. Par  ailleurs  il est aussi possible que la demande  à question  unique, entrant dans les prérogatives  d'un  seul Chef n 'arrive  pas  à son destinataire,   en raison d'une des absences exposées ci-dessous.   
         Elle  suivra  alors  un   itinéraire  aussi aléatoire,  pour  ne  pas dire aussi capricieux, que les  allées  et venues du Planton (*) chargé de  la transmission des   dossiers  entre  chaque  bureau, qui cherchera le délégataire.Rien ne  se perdant  dans l'Administration,  le  destinataire  de la  demande devra donc être à son  bureau lors de  l'arrivée  du Planton,  afin  d'être en mesure de signer  le  Carnet de  Récépissés  de Remise du  Courrier (*),   document  indispensable  à la justification   des fonctions dudit planton. Si  cet important  document n'est pas  signé, pour  cause  d'absence  (  voir  plus haut ) du  Sous-Chef  délégataire,  la  demande repartira sur  le bureau  du Chef  responsable et attendra  le retour  de  ce  dernier, avant d’entreprendre  un éventuel    second  voyage. 
         Si,   par  chance,  le  Sous-Chef   est présent,  s'il  a  bien   reçu la  demande,  cette  dernière devra  attendre,  pour être traitée, que  toutes  celles  qui sont  arrivées  avant  elle  soient solutionnées. Ce   qui,  bien sûr, prendra un certain temps, ( Cf plus haut…) .

        Il se peut aussi que le Fonctionnaire chargé  de  distribuer  le  courrier  dans  les différents  services, pour  cause de  fatigue ou  d'une petite distraction   bien   pardonnable ( il n'y a que ceux  qui ne font  rien  qui ne se trompent pas )  ne  se  soit  trompé  de  destinataire.
         longueurs Cette faute minime  peut   avoir  des  conséquences aussi  incalculables que  la  date  de réception  de  la réponse. En effet, il faudra que le personnel du bureau contacte le Vaguemestre (*) pour lui signaler son erreur, et lui rendre le document  fautif.   
         Le Vaguemestre, n’ayant pas forcément le temps de recommencer son circuit devra trouver le  Planton, ou   attendre son   retour pour  lui faire signer l’inévitable  Carnet  de Récépissés. Le Planton pourra alors partir à la recherche du Fonctionnaire habilité… 
         Il faut donc prendre grand soin de la santé de nos Fonctionnaires, car on tremble d’inquiétude  à l’éventualité   d'une  épidémie  jetant au lit ou sur les  routes les  Chefs autorisés à signer, les  Sous-Chefs délégataires, les Plantons et  les Vaguemestres  en   même temps (ou l'un    après  l'autre, ce  qui, en définitive,  reviendrait au même…)

         Notre cher  La Fontaine, qui  avait  certainementlongueurs eu maille à  partir  avec  l'Administration   de son   époque, nous avait bien prévenus  :
            Patience  et longueur  de temps …..

     

     

     

     

     

    ___________

    (*) Dans l’Administration, le nom de  tout ce qui est important comporte une majuscule.

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    4
    Bernard Rousseau
    Jeudi 25 Juin 2009 à 14:18
    Partout sur la planète les fonfons sont tous les mêmes. Mais certains gardent un esprit qui tique... Paaardon, esprit critique!
    3
    peache Profil de peache
    Jeudi 25 Juin 2009 à 06:04
    eh tu connu ça, dans la fonction publique de tes étendues neigeuses, espèce de traîneur de raquette ?
    2
    Bernard Rousseau
    Mardi 23 Juin 2009 à 13:48
    Les signatures... Ça me fait rigoler à penser que c'est comme les traçes de pisse des Hyènes dominantes sur les arbustes de la brousse.
    Qui y pisse sans droit fait un a croc !! :-)
    1
    el mektoub
    Mardi 23 Juin 2009 à 12:43
    c'est là que l'on s'aperçoit en plus, que donner un quelconque pouvoir aux cons, mène droit au caporalisme, chacun a su où cela nous a mené.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :