• liaisons dangereuses

    Dans notre belle République, où les lois régissent tout, ou presque,  personne n’est censé les ignorer, et tout un chacun devrait être suffisamment sensé pour les respecter .
    Mais nos législateurs sont tellement prolifiques que le pauvre lambda désireux de ne pas ignorer la loi devrait, pour survivre, provoquer un marasme consomptif dans les pharmacies en se gorgeant de tous les antalgiques antimigraineux.
    Mais, comme on dit dans les cas difficiles, il faut ce qu'il faut, puisque les français, héritiers des déclarants des droits de l’homme sont très chatouilleux sur ces droits. Cependant,  quelques uns sont surtout intéressés par les jugements qui leur attribuent quelques subsides , quand ils gagnent un procès.
    liaisons dangereusesAttention, je ne veux en aucun cas dire, ni même penser du mal des gensliaisons dangereuses qui sont indemnisés d’un préjudice subi . Loin de là ! Car l’argent , si il apporte une compensation, n'est qu’un faible palliatif.
    Tout ça pour parler d’un procès qui s’est déroulé en Auvergne, relatif à des relations qu’on pourrait presque qualifier d’adultérines ou peut-être même de morganatiques entre une épagneule racée et un clébard plutôt moins que plus ... aristocratique.
    Attachée dans une cour, en plein hiver auvergnat, cette  épagneule bretonne au nom à particule attestant de sa noble lignée, attendant tranquillement son métoestrus, a subi les assauts aussi empressés que reproductifs du chien du voisin, un border collie .
    Ce suborneur avait déjà, un an plus tôt copulé avec l’altesse et ce voyage au septième ciel s’était soldé par une portée de métis.
    En février 2014, donc, le séducteur, a récidivé sans la moindre vergogne, et, cette fois sept chiots sont entrés dans le monde. Hélas, après leur naissance, la noble animale tomba malade, et dût subir une ablation de l’utérus.
    Son maître, qui précise au tribunal que sa chienne n’avait rien demandé, est désolé parce qu’il ne verra plus de chiots courir dans la maison. On pourrait se demander où sont les sept derniers nés, mais là n'estliaisons dangereuses pas la question .
    Afin de pouvoir faire son deuil de cette non divagation de petits chiens, il réclame quelques milliers d’euros, en paiement des frais vétérinaires et, surtout, en compensation des souffrances endurées par l’animal . Il va vraisemblablement ouvrir un livret de caisse d’épargne, pour ses vieux jours ( ceux de la chienne, bien sûr ).
    Les discussions d’apothicaires allemands que cette aventure a provoquées dans l’enceinte du tribunal ont dû bien réjouir les spectateurs.
    Et je tiens a préciser que je n’ai, en aucune manière, ni intentionnellement ni accidentellement , fait le moindre rapprochement entre une éventuelle corrélation entre auvergnats et écossais, ces derniers étant, avec une mauvaise foi évidente, réputés pour avoir des oursins dans leurs porte-monnaie.

    images : jardindessources.canalblog.com ; dogbreedinfo.com ; placersonargent.fr ; 

     


  • Commentaires

    4
    Jeudi 13 Avril à 05:15

    A quoi et à qui doit-on l'expression "réserver un chien de sa chienne "?

    Je trouve que ton article a du mordant.

    3
    Mercredi 5 Avril à 11:10

    Moi j'aurais condamné le propriétaire  de la chienne pour n'avoir pas pris des précautions élémentaires.

    Bonne journée.

    2
    Mercredi 5 Avril à 11:01

    De nos jours les gens font des procès pour tout et n'importe quoi dans l'intention de gagner de l'argent. Même si je compatis à l'état de cette pauvre chienne, j'estime que son maître est en partie responsable de l'avoir laissée attaché à un piquet à l'extérieur alors qu'elle était en chaleur.

    J'ai entendu ce matin que l'homme avait été débouté.

    Gis baldau mon cher Peache, kisetoj.

    1
    Mercredi 5 Avril à 09:05

    Bien d'autres princesses se sont contentées de roturiers, elles ne font pas de procès aux parents de ces messieurs, c'ailleurs l'inverse est vrai aussi, il arrive que des prince choisissent des roturières et la encore personne ne fait de procès. La princesse ayant accepté les assauts du vagabond, je ne vois pas ou est le mâle

    Amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :