• Lèse majesté

    Bon jour !     En Gaule monarchique, on risquait la lettre de cachet, l'embastillement, voire le pilori ou la roue quand on commettait un acte ou tenait un propos attentatoire à la grandeur supposée des monarques.
         Enfin, quand je dis "on" je veux dire les grands, c'est à direBon jour ! les nobles ou les grands bourgeois, car le petit peuple ( ou bas peuple, suivant les goûts ), en moins de temps qu'il n'en fallait pour faire une révolution, se retrouvait dans un cul de basse fosse et bien sûr sans lettre de cachet, courrier réservé à l'élite.
       Heureusement, deux siècles  et des  miettes  se sont écoulés, deux empires se sont écroulés, des révolutions ont provisoirement révolutionné, des républiques égalitaires et fraternelles sont nées, ont vivoté et sont mortes de leur belle mort ou de coups d'état foireux, et maintenant, dans la gloire de notre chaotique 21ème siècle, on ne parle plus de lèse majesté, puisqu'il n'y a plus de roi, bien que quelques fayots nostalgiques des fastes de Versailles considèrent que l'épouse du président est devenue la première dame du pays.
         Mais il ne faut pas croire que les "grands" (ou auto supposés tels) n'ont Bon jour !plus de moyens de coercition envers les iconoclastes et autres plaisantins qui se permettent des privautés, voire des farces de potaches a leur détriment ou même en leur honneur.
         Ni évidemment au dam des chefs des pays amis ou (surtout) du grand frère "outre-atlantiquain".  
        C'est  ainsi qu'un douanier a, l'infâme, osé se  photographier avec leBon jour ! passeport du chef du grand (par la taille) pays ami, provoquant les foudres des idoines se supposant protecteurs d'icelui et de son image. 
        Bien entendu, au palais, on prit ombrage de l'outrecuidance de ce fonctionnaire qui a donné des puces aux gardes du corps du titulaire du passeport. 
             Cet acte impardonnable devait être impitoyablement sanctionné, sans le plus petit délai ou explications du criminel. Et ipso facto, sans désemparer, manu militairi et présidentiellement, en cinq mots vite fait Bon jour !sur le gaz, on a muté l'épouvantable farceur qui n'aura plus, jusqu'à se retraite (ou la prochaine révolution, allez savoir ) l'occasion de diriger qui ou quoi que ce soit , ou commander autre chose qu'une bière au bistrot du coin. On recherche activement ses complices.
         Et c'est bien fait pour lui .
        Non mais.  On ne rigole pas avec  les documents identitaires. Surtout ceux du Grand frère, modèle et parangon de toutes les vertus.
         Nihil novi sub sole disait l'Ecclésiaste.
         Mais, un jour, peut-être Saint Bons Sens reviendra...


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :