• les mots pour le dire

    les mots pour le direCe matin, une curiosité presque malsaine m’a poussé à regarder à la télé les résultats de la quête aux voix en vue de recruter le prochain candidat aux ors de la République.
    Je ne ferai pas de commentaire sur cette opération, qui a certainement, pour l’un ou l’autre, un intérêt plus ou moins démocratique.
    Entre les annonces, on nous montrait le devenu traditionnel défilé d’innombrables experts, spécialistes, témoins, candidats, partisans, électeurs et bien sûr journalistes, chacun y allant de son commentaire forcément éclairé, de son expérience incontournable , de son expertise pointue et de ses prévisions lumineuses.
    Le tout dans le langage incontournable de ce genre d’événements, émaillé comme de coutume deles mots pour le dire réjouissants pataquès, amphigouris et autres énormités coquecigruesques.
    Une expression m’a plongé dans des abysses d’incertitudes, voire d’inquiétudes, puis amusé quand je me suis souvenu qu’à chaque élection , une quantité non négligeable de fautes de français sont commises, plus ou moins teintées de ce que les scrutateurs de cerveau nomment lapsus révélateur.
    Devant un bien joli tableau électronique, une charmante personne détaillait les résultats au fur et a mesure de leur réception.
    C’est ainsi qu’elle annonça que trois millions huit cent mille et quelques votants avaient été dépouillés.
    Cette annonce a fait jaillir devant mes yeux effarés des cohortes d’électeurs tout nus, a qui on avait arraché sans vergogne vêtements et économies, et qui  allaient en pleurant grossir les queues devant les bureaux d’aide sociale.
    Habituellement, le...dépouillement des électeurs, abstentionnistes, et même non inscrits se fait après le dépouillement... des bulletins , par prélèvements d’impôts et taxes joyeusement divers.
    C’est alors que j’ai compris ce que les divers aspirants voulaient dire en parlant de ce changement qui serait l’objet des vœux des "français"(1): maintenant, on nous piquera nos sous AVANT les élections !!!!
    les mots pour le direCatastrophé, j’ai exposé mes craintes à ma charmante épouse, qui m’a gratifié du regard consterné qu’elle utilise quand elle tente  de m’expliquer une manœuvre cuisinière ou ménagère que mon cerveau de mâle a du mal àles mots pour le dire comprendre.
    Et, utilisant le ton éducateur qu’elle utilisait pour apprendre à nos enfants le B A BA des choses de la vie, elle m’expliqua que le mot dépouillés ne faisait pas références aux électeurs, mais aux bulletins de vote, et que mes pinaillages étaient (sont) saugrenus..

    J’ai essayé de dire qu’il y a une différence de taille entre le bulletin de vote et l’électeur qui le brandit.
    Mais son regard plein de commisération m’a frappé au cœur, et m’a renvoyé à mes élucubrations.
    Alors,  parodiant piètrement Galiléo Galilei, j’ai lâchement abandonné le champ de bataille en grommelant "et pourtant, c’est pas pareil ..."

     _______________________________

     (1) cf article " improbabilité des espérances" sur ce blog, en date du 13/10/2016

     images  ; lemauricien.com ; alienor-fernandez.com  , memegen.com , chire.fr


  • Commentaires

    3
    Mardi 22 Novembre 2016 à 21:34

    La solidarité féminine......Mais au global cette charmante jeune femme a quand même été à la hauteur....( avis subjectif bien sûr)

    Bonne soirée.

    2
    Lundi 21 Novembre 2016 à 11:40

    smile Tu 'as bien fait rire Peache, et j'envie un peu ta femme qui ne doit pas s'ennuyer avec toi. Il faut bien reconnaître que nous, les français de base, nous sommes de plus en plus dépouillés hélas!

    Bonne semaine à toi et ton épouse si elle n'est pas morte de rire, bises.

     

      • Lundi 21 Novembre 2016 à 12:42

        le rire est le propre de mon home ! ça aide bien à vivre.... Kisetoj , bonan semajnon

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :