• Les dieux, la vigne, les poètes et la vie

    Les dieux, la vigne, les poètes et la vieDepuis qu’il sait lever le coude, l’homo sapiens sapiens s’est toujours senti attiré par le raisin. Non pas à cause de la jolie couleur des grains, mais bien parce qu’il a très vite compris qu’on pouvait en tirer le vin
    Et les Dieux , qui sont les modèles des hommes ( c’est la bible qui le dit ) et sont très loin d’être insensés, l’ont déifié : Odin ne mangeait pas, il ne buvait que du vin, Bacchus , bien que petit dieu,Les dieux, la vigne, les poètes et la vie prenait soin de la vigne, tout comme son ancêtre Dionysos qui avait déjà dû pas mal en consommer, car, ne sachant plus très bien ou il habitait, il était devenu un dieu errant.
    Les dieux, la vigne, les poètes et la vieSabazios, Dieu des Thraces , aurait été traîné en justice et chassé de la cité, probablement pour avoir trop bu, et Jésus, fils de l’Homme, a changé l’eau en vin, et non pas le contraire, ce qui prouve que la religion, quoi qu’on en pense n’est pas toujours fermée aux joies de l’existence .
    Et Noé, vigneron s’il en fût, qui s’empressa de planter des vignes dès la descente de son perchoir d’Ararat. Mon vieil ami Umar Khayyââm fut vraisemblablement le meilleur de chantre de tous les temps de ce divin breuvage. :

    Les dieux, la vigne, les poètes et la vieBois du vin! Tu recevras de la vie éternelle.
    Le vin est le seul philtre qui puisse te rendre ta jeunesse.
    Divine saison des roses, du vin et des amis sincères!
    Jouis de cet instant fugitif qu'est la vie

    Et Villon aussi, et Baudelaire, et Banville et Hugo, et Verlaine, et Chénier et toute cette kyrielle deLes dieux, la vigne, les poètes et la vie poètes, ont chanté la vigne, le vin, l’ivresse même, avec  les vieux latins l’ont bien défini : in vino veritas …hips…voire encore nunc est bibendumn... n'est-il pas, mon cher Horace ?
    N’y a –t-il point de rapport, selon vous, entre la vigne et l’humanité ? Il faut neuf mois pour faire un homme, et il y a neuf mois entre la taille et la vendange de la vigne.
    Ça mérite réflexion, non ?


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    7
    Vendredi 21 Octobre 2011 à 00:38

    en  relisant tes commentaires, j'ai enfin compris l'usage d'égayer en parlant d'Abou Nawas...

    6
    Lauryale
    Jeudi 20 Octobre 2011 à 23:06

    Prends patience, le texte n'est pas finit dans ma tête !

    5
    Jeudi 20 Octobre 2011 à 00:16

    j'attends ton CD avec impatience....

    4
    Jeudi 20 Octobre 2011 à 00:16

    l'Ineffable ! Quelle richesse dans cette culture persane .  On est loin de l'Islam rigoriste et pudibond  des fous qui rèvent de mettre le feu au monde !

    3
    Lauryale
    Mercredi 19 Octobre 2011 à 23:09

    En ce moment sur FR2 le dimanche matin, sur l'émission islamique, ils parlent de l'Islam en Andalousie, avant c'était en Ousbékistan. Beaucoup de penseurs, poètes et philosophes musulmans sont cités régulièrement. L'émission est devenu très intéressante depuis un bon moment et c'est l'occasion de connaître ou d'approfondir des personnages ignorés. Ce n'est que dans des cercles fermés que l'on apprend que c'est grâce à plusieurs d'entre eux que la culture grecque est parvenue jusqu'à nous.

    Mon prochain DVD, j'aimerais, si je suis capable de le faire, sur la connaissance intellectuelle qui nous est parvenue par la route de la soie. Surtout par les villes mytiques Khiva, Boukhara et Samarkande. Il faudrait qu'il ne dépasse pas en longueur celui de la Norvège et soit suffisament facile pour ne pas ennuyer . Je ne vais pas oublier Abou Navas pour égayer la chose ...

    2
    Mercredi 19 Octobre 2011 à 00:25

    J'ai fait, pendant un temps, des Rubaïates un livre de chevet. On est loin des bondieuseries et hypocrisies " philosophistes"

    1
    Lauryale
    Mardi 18 Octobre 2011 à 23:42

    "Puisque notre sort, ici-bas, est de souffrir puis de mourir,
    ne devons-nous pas souhaiter de rendre le plus tôt possible à la terre notre corps misérable ?
    Et notre âme, qu'Allah attend pour la juger selon ses mérites, dites-vous ?
    Je vous répondrai là-dessus quand j'aurai été renseigné par quelqu'un revenant de chez les morts. "

    Autre réflexion de ce poète persan, homme sage et amoureux de la vie. Normal qu'il ait apprécié le vin !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :