• le temps des affaires

    le temps des affairesIl fut un temps,en notre doulce France, où on pouvait lire des journalistes, des vrais, comme Théophraste Renaudot, Camille Desmoulins, Albert Londres, Emile Zola ou Jean Jaurès, bien que les deux derniers ne le fussent qu’accessoirement, mais "pour de vrai".
    Aujourd’hui, la presse, qu’elle soit écrite, parlée, télévisée ou radiococotierisée, ne semble plus avoir pour but que "dévoiler" les turpitudes réelles ou supposées des gens en place ou risquant de le devenir.
    Ou plutôt quelques pisse-copies ou aboyeurs radiodiffusés qui  prétendent faire partie de cette noble profession, en faisant planer des doutes, en insinuant – lourdement – par exemple qu’une jeune députée n’aime pas la France, parce qu’elle a signé - il y a 5 ans - une pétition défendant la liberté d’expression d’un rappeur excessif.
    C’est beau, le courage...
    Les propos de ce musicien sont très très excessifs, et on peut les considérer comme outranciers, voire injurieux.
    Mais si la Justice ne les a pas condamnés, de quel droit un logorrhéique blablateur - dont je ne citerai pas le nom afin que les enfants ne lui jettent pas des pierres dans la rue – lui en ferait-il le reproche ? Se prendrait-il pour un nouveau Zorro  ? Où la prétention incongrue de quelques uns va-t-elle se nicher ?
    La station de radio où s’est déroulée cette ineptie affirme que l’expression est libre sur son antenne. C’est une bonne chose.
    Ce bavard saugrenu ne semble favorable à la loi du 29 juillet 1881 que quand il peut en bénéficier .le temps des affaires
    Ce qui ne le dédouane pas, ce malotru qui a agressé bêtement, misérablement, imbécilement, à cause de la couleur de sa peau, cette nouvelle députée, tout en évitant soigneusement de dire quoi que ce soit des Léo Ferré, Renaud et autres Boris Vian qui ont quelque peu mal parlé de la République...et des autres signataires de la pétition à l’origine du psychodrame.
    Mais il est vrai qu’ils étaient et sont, eux, bien blancs, bien de chez nous .
    En traînant dans certaines salles de rédaction et studios, on a comme une sensation d’odeur de peste brune, et c’est bien préoccupant.
    Pour le moins …....

    images : reseau-canope.fr ; livre.fnac.com

     


  • Commentaires

    3
    Samedi 24 Juin à 09:08

    Il faut servir la bonne ou mauvaise soupe aux chers auditeurs ou téléspectateurs !

    A nous d'être vigilants.

    Bonne journée.

    2
    Samedi 24 Juin à 07:10

    Par un temps on nous enseignait qu'un bon journaliste qui fait de l'information ne transmet que des faits avérés et ne les interprète pas, il est censé donné une information. Mais depuis plusieurs décennies la presse nous habitue à recevoir des informations non contrôlées, c'est le scoop qui compte, il faut être le premier, il faut choquer, peut importe la vérité. Alors maintenant la dérive continue, il n'est pas rare de voir s'exprimer, dans les journaux ou les émissions, des personnes qui expriment des idées qui nous replongent dans les années 40

    Amicalement

    Claude

      • Samedi 24 Juin à 08:51

        espérons que ce n'est que  ça !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :