• Le temps

     

    Bon jour !      Ces derniers jours, vous l’avez peut-être remarqué, il fut - beaucoup - question  de temps : temps de travail, temps libre,  temps de la retraite, beau temps, mauvais temps et cetera.
         Puisque tout le monde en parle,  on doit donc considérer  que cette composante de la vie est importante, ce que nos anciens savaient bien quand il nous disaient de ne pas perdre notre temps à des futilités
          Pourtant, une simple analyse démontre que les inquiétudes  de nos contemporains sont inutiles, puisque  le présent au singulier n'existe pas. En effet l'instant qu'il est supposé représenter est déjà passé, ou encore à venir.
         La preuve : quand je dis "je suis vivant ", lorsque je  prononce le mot " vivant ", la locution verbale "  je suis " est déjà passée . Je   devrais donc dire "  j’étais vivant ". Mais  je  ne  peux pas dire  j’étais vivant, puisque dans ce cas, je suis mort , et qu’il m’est alors difficile de dire quelque chose
         Quand cette notion devient plurielle, on dit " les temps " , qui englobent  le passé récent , l’instant qui passe et ne s’arrête pas  et le futur proche. 
          Le présent n'existe donc pas.  Le futur étant par définition hypothétique, le seul temps réel est donc leBon jour ! passé,  qu'il soit simple,  imparfait, conditionnel, subjonctif ou antérieur, ou passé aux profits et pertes.

          Quant à l'impératif, qui ne se conjugue qu'au présent, il n'existe pas non  plus, c'est évident. Il est donc impossible de commander, ordonner,  exiger ou interdire. C'est peut-être ce qui a amené des jeunes gens facétieux ( une faute de frappe a failli me faire écrire factieux) à afficher partout, il y a déjà plus de 40 ans , qu'il est interdit d'interdire.
           De là à soupçonner le temps  d'être responsable de ce que d'aucuns ont nommé la grande pagaille et certain la chienlit, il y a une barricade que je vous laisse le loisir de franchir. Je ne sais plus ( en vérité,  je  crois bien  ne  l'avoir  jamais  su  ) qui  a  dit "" Pour savoir où on va, il faut savoir d'où on vient ""
         En toute  logique,  on a été et on sera.  Mais on n'est pas. Donc on vient, on ira , mais on ne va pas ..
        Quand je pense que de grands philosophes se sont demandé  ce que voulait dire  Hamlet ....
         On a donc vécu, c'est sûr, et on mourra, c'est tout aussi certain, mais on  ne vit pas. Il y a,  entre le passé et l'avenir un espace sans dimension,  de non-existence, que l'on appelle présent,  mais qui est innommable,  puisqu'il n'existe pas. C'est tout aussi kafkaïen que surréaliste ou burlesque !
         Cette situation ne manque cependant pas de permettre d’envisager de réjouissantes perspectives . En matière de dettes, par exemple : on a emprunté, c'est sûr,   mais on ne rendra pas, puisque la dette, présente, …. n'existe pas, pas  plus que l’instant où on vous en parle…
         Bon jour !Dès demain, je vais contacter mon banquier, mais j’ai comme dans l’idée qu’il soulèvera des objections oiseuses, car il aime beaucoup M. D’Ormesson .  Ce génial académicien, en parlant de Dieu, affirme que le fait de nier son existence prouve qu’il existe, puisqu’on ne peut  pas nier quelque chose quoi n’existe pas.
        Dans cette optique, Dieu, les dettes, le temps et les banquiers  font un mélange aussi sulfureux que  démiurgique.
          Mais on ne sait jamais, puisqu’ici le verbe savoir est au présent …

     

     

     

     

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    6
    Samedi 18 Septembre 2010 à 22:42

    L'amour est intemporel, petite fille, le temps ne fait rien à l'affaire. Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain , disait Madame Gérard!!

    5
    K1000
    Samedi 18 Septembre 2010 à 21:53

    Je t'aime Papi.

    Au passé, comme au présent, comme au futur.

    4
    Mercredi 15 Septembre 2010 à 07:32

    parce que toi, Bonobo bricoleur, tu passes plusieurs années à préparer le coup de marteau que tu abattras sauvagement  sur ton  pouce ? Ben, franchement, je préfère encore un jaune , même sans préparation . A la tienne, Compère !

    3
    Bernard Rousseau
    Mercredi 15 Septembre 2010 à 06:18

    Waf! Je vois pas comment un coup de marteau sur mon pouce me prépare à frissonner un peu plus tard! Aouch!!!!! :o)

    2
    Mardi 14 Septembre 2010 à 07:38

    la vie ?  ce serait donc seulement un instant qui ferait croire aux gens qu'ils existent ?Que nenni ! Je crois, moi, que c'est tout ce qui se passe avant cet instant, et tout ce qui se passe après, c'est à dire qu'on prépare, consciemment ou non, adroitement ou non, humainement toujours  ce sublime moment, et quand il est passé, béatement, on continue à l'apprécier, et on recommence pour  faire encore plus  hérisser le poil ...

    1
    Bernard Rousseau
    Mardi 14 Septembre 2010 à 05:48

    Le temps, c'est quand un coin de ciel te fait hérisser le poil. Tout le reste est mort et pure perte.


    La vraie vie ne dure donc qu'une heure ou deux, c'est selon...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :