• le délai, c'est le délai, scrogneugneu!

    le délai, c'est le délai, scrogneugneu!Erare humanum est, disaient les vieux romains, quand ils voulaient se faire pardonner une grosse conn... bêtise.
    Et au cours des semaines de siècles qui ont suivi, cet aphorisme a suivi avec constance et application le déroulement des vies sociales, politiques, administratives, ou militaires des pays et des gens qui gravitent autour chez nous, ce centre du monde incontestable et pourtant malhonnêtement contesté par des olibrius qui n’ont rien compris à sa grandeur .
    Et pourtant, chaque minute de nos deux mille ans et quelques d’histoire, des tas d’erreurs, confusions, méprises, quiproquo, et autres fourvoiement ont agrémenté l’harmonieux déroulement des faits, exploits et grosses conn...  bêtises qui nous ont conduits à ce duodi brumaire CCXXIV du calendrier républicain , ou si vous préférez du 2 novembre 351 de l’ère de Kronenbourg.
    Pour n’en citer que quelques unes, nous pourrions parler de la crémation à la buche de Jacques de Molay, qui permit lale délai, c'est le délai, scrogneugneu!
     malédiction de toute une tripotée de rois, des dictateurs ayant émergé des révolutions, de la découverte des Amériques, qui a permis l’arrivée des mal bouffes ( en franglais fast-foods), de l’invention de l’écriture qui a permis l’Administration, l’invention de la roue, qui a apporté les Procès-verbaux et c’est des rats, comme disait ma grand mère, grande amatrice de citations latines.

    Une des dernières en date est survenue il y a à peine quelques mois entre Tibarama et Touaourou: Une jeune femme a accouché d’un petit garçon, dans une clinique. L’affaire s’est déroulé sans problème, la maman, le petit garçon et le papa sont en pleine forme.
    Et alors, me direz-vous, c’est banal, puisque nous sommes tous passés par là. Par la naissance, pas par l’accouchement. Car les hommes n’accouchent pas, sauf parfois d’idées vaseuses.
    le délai, c'est le délai, scrogneugneu!Ma mère, qui savait de quoi elle parlait, puisque je suis le septième de sa progéniture, me disait que si les femmes accouchaient du premier, les hommes du deuxième, il y aurait peut-être trois enfants, mais sûrement pas quatre ! Ayant assisté à la naissance des miens, je confirme...
    Cette intéressante précision apportée, revenons à notre nouveau né, dont la situation est pour le moins abracadabrantesque .
    En effet, ce bambin n ‘existe pas, la sage femme n'ayant pas accompli les démarches à l’état civil, dans le temps imparti.
    En effet, dans notre société phagocytée par les formalités administratives, un enfant né non déclaré en mairie dans les troisle délai, c'est le délai, scrogneugneu! jours n’existe pas .
    Bien pratique pour lui si il lui arrivait de ne pas aimer l’école, mais, si il peut être malade, il ne peut pas être soigné. Administrativement parlant, bien sûr.
    Et comme l’Administration n’est pas en mesure de réparer les conn... erreurs des administrés, il faudra un jugement du tribunal pour donner vie à ce successeurs d’Adam.
    Je ne connaissais pas cette méthode de procréation, mais en nos temps de progrès, tout est possible, n’est-ce pas ?
    Ce jugement, espérons-je règlera sa situation. Mais la Justice est aussi administrative, et il faut des papiers pour justifier de son identité.....

     photos : alternatives-pyrenees.com ; www.ervinart.com ;www.catherinesagefemmeaix.fr ;francegraphik.over-blog.com 

     

     


  • Commentaires

    4
    Vendredi 6 Novembre 2015 à 20:31

    le poids des règlements , qui ne sont pas toujours compréhensible des administrés ne le sont pas toujours non plus de ceux qui les ont "pondus" fait pencher l'administration dans le sens de la chute... Mais , plus ou moins directement, nous tous sommes à leur(s) origines(s)

    3
    Vendredi 6 Novembre 2015 à 14:08

    Et que dire des gens qui ont été déclarés morts par erreur et qui doivent prouver qu'ils sont bien vivants?

    Vivre dans notre monde est un casse-tête chinois. Bises Peache et belle fin de semaine (tu as vu, je n'ai pas écrit bon week-end!) yes.

      • Vendredi 6 Novembre 2015 à 20:25

        tu vois, c'est presque aussi facile de causer le gaulois que s'enregistrer à l'état civil. Bon dimanche !

    2
    Mardi 3 Novembre 2015 à 06:39

    A l'ère de l'informatique nous sommes plus empotés qu'à l'ère des registres et des petites fiches, les lourdeurs administratives me surprendront toujours

    Amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :