• Le certif

        Bon jour ! Pendant plus de cent ans, les gamines et les gamins des écoles communales  se sont vus interrogés, testés, examinés,  et ont attendu,  qui avec inquiétude, qui avec  certitude, qui avec une assurance  de façade se décomposant ou grandissant au fur et a mesure de la parution sur les grilles de l’école de liste des  certifiés. 
         Et la gloire incandescente de l’heureux (se ) élu (e) proclamé (e) dans journal local : 1er(e)  du Canton, fut un titre somptueux dont les détenteurs se sentent encore auréolés quand ils arrivent   à la retraite . Ou qui essaient d’y arriver, en nos temps incertains,  à grand renfort de manifs et de slogans vengeurs.
        Etrangement, ce premier  et souvent unique diplôme des petits français d’en bas, qui n’allaient pour la plupart ni au collège  ni au lycée, fut créé et supprimé par des hommes de gauche , Jules Ferry et Lionel Jospin.
        Et bien entendu, on entend de ci de là des voix murmurer qu’il faudrait le remettre en lice. Je ne sais pas si ce serait une bonne ou une mauvaise idée. Ces temps ci sont exigeants, et il faut – au moins – être titulaire du baccalauréat pour obtenir le plus petit emploi.
         Tant pis si ces titulaires ne sont guère plus, et parfois même moins, instruits que leurs anciens du certif.  Loin de moi l’idée ou la plus petite prétention à reformer l’éducation nationale, mais force est de constater qu’un grand nombre de  bacheliers savent si peu lire et écrire qu’on peut être amené à se demander ce qu’ils ont fait de leur scolarité depuis la maternelle…
        Définir  à qui appartient le  redoutable honneur d’être  responsable  de cette
    situation  est aussi aléatoire que solutionner la quadrature du cercle, tant il est duBon jour ! domaine du rêve d’identifier un responsable dans nos administrations. Je parle d’un vrai responsable, pas de ce qu’on nomme si joliment un fusible dans la presse. Les enseignants, les parents, et souvent - et peut-être surtout- les élèves ont une part chacun de cet immense gâchis
        Il y a quelques temps, quelqu’un a eu l’idée de faire passer à quelques grands érudits actuels les épreuves de ce mythique passage. Nombreux furent ceux qui ont, dans le fond de leur fierté, regretté de s’être inscrits …
    Bon jour !     Monsieur Jospin  a demandé qu’on amène 80% des jeunes gens au baccalauréat . Excellente idée, et louable intention  évidemment. Mais la méthode pour y parvenir  le fut moins.
           On se contenta de baisser les exigences..
       Si quelqu’un a une bonne idée, le ministre est preneur, paraît-il, car il passe beaucoup de temps , en son autre qualité de porte parole du gouvernement, à faire de la pub pour les réformes qui passent mal. 


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :