• Latin

          Hier j'ai entendu deux personnes discuter de l'opportunité du retour à Bon jour !l'usage du latin au cours des offices religieux. En avançant en âge ( ce qui est bien moins dévalorisant que vieillir ) j'ai quelque peu cherché à comprendre, en dépit des avertissement de mes Vieux qui me disaient que cette façon de réfléchir menait tout droit à l'insubordination. En vérité, j' avoue avoir toujours trouvé à cette éventualité un petit air encourageant ..
         Pour avoir exercé les nobles fonctions d'enfant de chœur dans ma - hélas lointaine – jeunesse, je suis en mesure de pouvoir affirmer que 98 % des assistants aux offices ne comprenaient pas un traître mot de ce qu'ils chantaient, psalmodiaient voire ânonnaient.
        Les prêtres de l'époque, par ailleurs fort braves gens parfaitement convaincus de l'importance de leur sacerdoce, du fait de ces sacrifices latinisants jouissaient auprès de leurs ouailles d'une aura ressemblant beaucoup à celle dont le fameux Docteur Diafoirus, qui régnait avec superbe sur les saignées et autres lavements dont il faisait un usage immodéré.
          Bon jour !Bien entendu, la comparaison s'arrête là, les bons curés, chanoines et autres abbés qui servaient ( ce mot s'applique parfaitement à eux, qui servaient Dieu en étant au service des hommes ) dans les paroisses s'épuisaient à nous enseigner les valeurs de la religion et les grands principes issus des divers Conciles ayant eu lieu au cours des siècles.
          J'ai lu quelque part dans des commentaires que les tenants du français à la messe seraient des fondamentalistes, ce qui, Dieu m'en soit témoin, est une hérésie, le fondamentalisme étant un mouvement protestant ayant euBon jour ! lieu aux Etats Unis vers les années 1910/1920. J'ai cru comprendre que l'auteur voulait parler d'intégrisme, ce qui est une autre énormité, l'intégrisme étant le fait ceux qui refuse la modernisation des rites religieux et leur adaptation au monde moderne.
       Notre Pape doit assumer une difficile succession, bien que son prédécesseur ait été aussi intransigeant que lui sur les grands principes. Mais, comme on dit au rugby, il avait " la manière ", ce qui ne semble pas être la qualité première du Pontife actuel, si on en croit les propos qu'il à tenus à Ratisbonne vis à vis de l'Islam.
           Il est vrai qu'avant d'être élu à la tête de l'Eglise, le Cardinal Ratzinger était Préfet de la Doctrine de la Foi, descendante directe de l' Inquisition de sinistre mémoire, et que cette doctrine n'inclinait pas à la patience vis a vis des contrevenants.
    Bon jour !       Le latin est d'une importance capitale dans la construction du français. Etant espérantiste convaincu, je sais l'importance de cette vieille langue dans la construction de la Internacia lingvo du bon Docteur Zamenhof. Le latin est par ailleurs à la base de l'italien, du français, et de toute une tripotée de langues parlées dans la vieille Europe. Mais il n'est plus guère parlé qu'au Vatican.    
          Dire la messe en latin exclut de la compréhension des préceptes de Dieu un grand nombre de fidèles. En nos temps moderne, il est plus qu'indispensable de comprendre. Et cinquante Pater Noster psalmodiés sans comprendre ne vaudront jamais un seul Notre père convaincu.
         Le Christ lui même prêchait en araméen.  Faut-il pour cela dire la messe dans cette langue ?
          Cependant, devant les monstrueux problèmes de notre pauvre monde, devantBon jour ! l'épouvantable misère qui règne en de nombreux endroits, devant la folie destructrice qui ravage les milieux financiers, il me semble un tantinet mesquin de pinailler sur la façon de dire la messe.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    6
    Lauryale
    Mardi 31 Mai 2011 à 23:20

    C'est rien de le dire .....

    5
    Vendredi 27 Mai 2011 à 22:08

    a cette toute petite nuance près que l'espéranto est nettement plus facile a apprendre que le latin. Quant  au rapprochement des hommes, il fut un tout petit peu trop souvent disons .. brutal, non?  

    4
    Lauryale
    Vendredi 27 Mai 2011 à 15:42

    La mécréante que je suis et qui se rappelle toutes les prières en latin, trouve effectivement toutes ces querelles ridicules. Mais je dois reconnaître, que lorsque j'assiste à un office 'lors mariage  ou autres) le latin me rappelle de bons souvenirs. J'ai eu l'occasion de visiter une église en Croatie l'année dernère et j'ai pensé que les prières en latin, comme l'espérantoqui a ton suffrage, rapprochait tout de même bien les hommes.

    3
    Vendredi 27 Mai 2011 à 12:43

    tu devines bien  mia onklo, tu devines bien, ici on va dire que ça va, on regarde en-dessous, ça rassure.Bises à vous deux

    2
    Vendredi 27 Mai 2011 à 10:54

    je ne devinerais pas comme une sorte d'intention iconoclaste dans ce propos? Kiel vi fartas, Nevo ?

    1
    Vendredi 27 Mai 2011 à 10:14

    on va laisser le "pinailler" aux curés!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :