• laïcité identitaire

    laïcité identitaireCe principe important de notre constitution est, ces derniers temps, mis à toutes les sauces, et en particulier dans les cantines scolaires.
    Dans une commune du sud ouest de l'hexagone, un maire a décidé d'interdire aux restaurants scolaires de donner des repas particuliers à certains enfants, ce qui les exclut de la cantine. Les bons citoyens bien propres sur eux seront rassurés, il s'agit seulement de ceux qui, en raison de leur religion, ne mangent pas de porc, ou de bœuf ou sont végétariens.

    Cet édile intransigeant se base sur une circulaire du ministère de l'intérieur (du 28 août laïcité identitaire2011). Un de ses collègues refuse, lui, seulement les enfants de chômeurs, de quelque confession qu'il soit.
    Je ne veux pas m'immiscer dans le fonctionnement des cantines scolaires, des mairies ni même du ministère, qui sont des organismes dont les dirigeants sont sensés être sains d'esprit, honnêtes et pleins de mansuétude et d'empathie pour leurs concitoyens, surtout les enfants.
    laïcité identitaireCependant, les gamines et gamins des maternelles et des cours élémentaires, ou moyens des écoles ne sont pas responsables des choix religieux de leurs parents, et il est fort peu probable qu'ils aient eux-mêmes personnellement choisi un dieu ou un autre. On punit donc leurs parents à travers eux. Et cette punition a pour origine la religion des intéressés.
    Qui a dit que le temps des croisades était révolu?
    Je n’irai pas jusqu'à dire que cette privation est une sorte de forme de jihad chrétienne, si on peut s’exprimer ainsi. République laïque, mais liberté de culte. Séparation de l'Eglise et de l'Etat, mais présidents chanoines de Latran depuis le 15ème siècle.
    Par ailleurs, les familles des enfants exclus sont le plus souvent modestes. Car je doute que le fils d'un émir ou d'un maharadjah inscrit dans une école primaire soit privé de cantine.... D'un autre côté, il en est quand même assez peu de cette hérédité princière.
    Créer entre les enfants une ségrégation religieuse ou d'emploi, sous un prétexte de laïcité ou d'économie de bouts de chandelles, ne peut être que sous-tendu par des choix politiques. C’est pour le moins malsain, pour être gentil. Mais que ne ferait-on dans le cadre d'une précampagne électorale?
    Flatter l'électeur plus ou moins déserteur dans le sens de l'ego national, quitte à changer de type d'enfant à affamer selon les résultats des urnes est une méthode qui peu se révéler efficace.
    On pourrait choisir ceux qui sont ceci, ou pas cela, qui viennent d'ici ou de là, qui ont l’œil comme ci ou le cheveu comme ça, les gros, les maigres, ceux qui n'ont pas l'accent du village etc. L'éventail est large et l'imagination des braves gens sans limite.
    Pas clair, nauséeux, populiste, mais efficace. Il faut savoir ce qu'on veut.
    Nos ancêtres les gaulois voulaient aussi rester entre eux, non?


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :