• la grippe nous travaille

          Notre gouvernement protéiforme et thaumaturgique a trouvé le moyen d’aider les salariés- source de bonne santé économique du pays – à mieux vivre les affres épouvantables de la possible pandémie de grippe au nom barbare de H1N1 (ce nom indique que le virus présente à sa surface la combinaison de deux molécules-antigènes : l’hémagglutinine de type 1 ; la neuraminidase de type 1.

          Ce qui, vous vous en rendez compte est extrêmement dangereux pour l’économie mondiale. Si vous ne vous en rendez pas compte, ce n’est pas très grave, mais quand on utilise des mots avec deux g , des ases et des hema dedans  il faut  être prudent quand même).

          Et comme les salariés, menus fournisseurs de prébendes aux actionnaires des multinationales ne sont pas en mesure tout  seuls de prendre un cachet avant de rejoindre leurs usines, bureaux ou chantiers, le ministère du travail (qui gère aussi ceux qui ne travaillent pas) a pondu une circulaire au nom aussi rébarbatif que celui de cette sacrée foutue grippe.

          Enfin quand je dis nom, je veux dire, en l’occurrence numéro, car c’est bien connu, un  texte gouvernemental sans numéro est de la roupie de sansonnet pour tout fonctionnaire respectueux des règlements.

          Donc, la dite circulaire DGT 2009/16 ( Ne vous plaignez pas, je vous avais prévenus ) est , je cite «  un phare dans la nuit, un document de référence pour aider  les entreprises à ANTICIPER la pandémie, ce qui vaut déjà son pesant de Tamiflu, et surtout : si pandémie il y a. En effet, on n’est pas sûr ( on ce n’est pas ce que vous croyez, c’est le ministère du travail…. Quoi que …) qu’il y aura une pandémie, mais il vaut quand même mieux prévoir de donner un coup de main  aux comptes des actionnaires, ce qui est nettement plus rentable, n’est-il pas ?

          D’autant plus qu’un membre du cabinet du ministre ( déjà rendu célèbre par ses actions d’éclat aux commandes de l’éducation Nationale ) d’ajouter au sujet de ces mesures , qu’Elles seraient mises en œuvre pour limiter l'impact économique d'une telle pandémie.

          On n’est pas sûr, mais quand on ne sait pas quoi faire on agite le parapluie anti-réclamations  qu’est le superbe et imparable principe de précaution. On  ne sait jamais.

          En effet , si on laissait une hypothétique éventualité presque probable et peut-être même un peu possible, voire presque survenue de pandémie, perturber les gens qui dirigent ( avec une maestria que tous les smicards vous confirmeront ) notre pays serait définitivement foutu, et avec lui tous les petits chinois, thaïlandais, coréens, et autres issus de pays aux noms aussi exotiques que rentables économiquement.

          Vous voyez, vous qui, mécréants, croyez que vos chefs ne s’intéressent pas à vous, vous êtes dans l’erreur.

          Non mais.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    6
    peache Profil de peache
    Dimanche 2 Août 2009 à 08:48
    des pustules vertes, dis-tu ? Je crois bien que les pensants doivent en avoir quelques unes à l'intérieur du bulbe! Et toi, Mayaa, inconsciente que tu es, tu crois que parce que tu seras en vacances tu vas échapper aux miasmes fétides des candidats grippeux ? point du tout ! ern vacances c'est pire, on ne connaît même pas les gens qui gravitent autour de nous. Et on risque de rencontrer des gens de l'oms . Sois prudente, va louer un masque à gaz aux surplus des armées
    5
    Mayaa
    Samedi 1er Août 2009 à 14:50
    Euhhh.. Y a une phrase pas à sa place dans mon baratin ci-dessus .... mdr...

    Vlà ce que c'est de corriger et de rajouter des trucs.... Où sont donc mes lunettes ???:))) ...mdr...
    4
    Mayaa
    Samedi 1er Août 2009 à 14:48
    Ouais, nous aussi à l'entreprise on a reçu les directives de la Médecine du travail... Mince, vu le nombre de fois où je gratte le nez ou le menton, je vais vider le stock à moi tout seule ...

    - Masque qu'il faut changer au plus tard toutes les quatre heures, et chaque fois qu'on le touche, et qu'il faut balancer dans des sacs hermétiques

    -espace minimum entre deux salariés de deux mètres, ce qui fait que les ouvriers de chez nous peuvent plus aller bosser à deux sur un même chantier à moins de prendre deux véhicules différents

    - limiter les contacts, éviter les poignées de main (a fortiori les bises), se laver fréquemment les mains avec une solution alcoolique.... ça va être simple, ça, pour recevoir les clients ou les représentants...

    - savoir reconnaître les symptômes de la grippe : température supérieure à 38,5.C, courbatures ... Oh mince... moi je pensais qu'on avait des pustules vertes et quo'n perdait ses cheveux ...

    Fin bref, que des trucs peu compatibles avec une vie et un travail en société, ou tellement évidents ...

    Je crois bien qu'en septembre, je vais reprendre des vacances, moi ... :)))
    3
    peache Profil de peache
    Vendredi 31 Juillet 2009 à 14:13
    awa Bonobo ! tu risques rien, t'es pas pas président !
    2
    Bernard Rousseau
    Vendredi 31 Juillet 2009 à 13:18
    STOP Peache, je vais me taper un trouble vagal !!! MDR :-))
    1
    hem59
    Vendredi 31 Juillet 2009 à 08:13
     procurons des feuilles de température à tout le gouvernement   pour mesurer la surchauffe de leurs cerveaux  !!
     
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :