• L’est là ? L’est pas là ?

        L’est là ? L’est pas là ?     C’est le genre de question qui devrait figurer dans les manuels de formation des huissiers de notre représentation nationale,  selon,  entre autres, le Progrès de Lyon et  le Monde, journaux  sérieux s’il en est.
          En effet, ils ont (les huissiers), constaté que nombre d’élus brillaient par leur absence au sein de ce haut lieu de la République .
          Malgré tout, il est précisé que nos valeureux députés sont en progrès constant, paraît-il, puisque   seulement 35 % d'entre eux sont punissables pour absentéisme, L’est là ? L’est pas là ?   c’est à dire beaucoup moins que les années précédentes.
           Ouf ! On a eu peur!
         35 %, ça fait à peine plus qu’un tiers soit plus ou moins  201,95 députés. Le 1, 95  représente peut-être un ou deux députés qui hésitent  entre   l’école buissonnière et le travail harassant dont ils nous donnent la preuve  au cours des séances télévisées. ..
           Mais il faut relativiser : le représentant élu par les citoyens L’est là ? L’est pas là ?   lambda n’est “sanctionnable” que s’il fait l’impasse sur plus de  deux réunions de commission du mercredi matin par mois.     Ce qui revient à dire que si l’honorable parlementaire  vient deux fois par mois le mercredi matin au boulot, il sera considéré comme étant présent pendant tout le mois. Exactement comme tout ouvrier ou employé  qui ne viendrait  à l’atelier ou au bureau que deux matinées par mois, soit 12 jours par an. Non mais !
           Non ? Ah bon !
         En effet,  j’aurais dû m’en souvenir,  dans la vraie vie, les employeurs sont un tantinet plus chatouilleux sur la présence des serfs à leur poste de travail. 
          N’allez  pas en  déduire que la vie  de nos représentants n’est pas la vraie vie, puisque, vous le savez bien, ils sont indispensables au bon fonctionnement d’une république qui se respecte, à défaut de respecter ses citoyens. Mais foin de mauvaise langue. La présidence de la docte assemblée précise que seulement vingt à trente députés par mois sont sanctionnés, et on leur retient 25% de leur indemnité parlementaire mensuelle, soit 1400 €.
          Je  suis pratiquement nul en mathématiques, mais si 1400 € représentent  25%, il ne leur reste plus, à ces punis,  que 4200 € par mois pour ne pas être là, ce qui fait à peu près à peine 3 fois le SMiG  net, généreusement attribués à ceux qui pellent et piochent, eux, pendant 5 jours par semaine.   
             La sanction est terrible !
         On comprend  qu’au début de chaque nouvelle  mandature, nos chers (très chers)L’est là ? L’est pas là ?   députés se votent, tous partis confondus, et à l’unanimité, s’il vous plait, une confortable augmentation de leur indemnité.
          Mais quand même, n’oublions pas que pendant ces douze jours annuels, ils travaillent pour nous, et que, grâce  à ce labeur acharné, notre situation s’améliore de jour  en jour.
             Ou presque  ….

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :